lyon-week-end-touristique

Alors comme ça Lyon a été élue meilleure destination touristique européenne ?

Quand la nouvelle est tombée, j’ai été le premier ravi. Cela fait des années que je soûle mes amis-non-lyonnais sur le fait que la Capitale des Gaules est une ville géniale. J’avais là un nouvel argument pour les convaincre.

Mais alors que l’euphorie créée par cette récompense s’empara du web local (et même de la télé nationale, dis donc !) j’ai commencé à me dire que quelque chose n’allait pas.

Oui, Lyon est une ville géniale à vivre mais est-elle réellement une ville géniale à visiter ? Comment notre bonne vieille ville de province a pu être qualifiée de meilleure destination en Europe devant des villes comme Rome, Berlin ou Amsterdam ?  Car, à bien y réfléchir, par certains aspects, Lyon ne ressemble PAS DU TOUT à une ville touristique.

Loin de moi l’idée de dénigrer l’excellente stratégie mise en place par la ville de Lyon à travers la marque territoriale OnlyLyon, ni même de minimiser l’énorme travail accompli depuis une dizaine d’année, il n’empêche qu’il me semble que la ville manque encore d’importants atouts pour être définitivement désignée ville touristique majeure.

Si aujourd’hui, la ville peut s’avérer une agréable surprise pour les touristes qui n’en attendaient pas grand chose, elle pourrait devenir une désagréable déception pour ceux qui en attendraient trop suite à cette récompense.

Voici donc, selon moi (et selon certains membres de la team CityCrunch qui ont eu la gentillesse de m’aider pour cet article) ce qu’il manque encore à Lyon pour mériter son titre.

Des restos qui servent passé 22h30

resto-ferme
Quant tu cherches un resto à Lyon passé 23h

Je suis sûr que ça vous est TOUS arrivé. Vous faites un apéro entre amis, vous ne faites pas gaffe à l’heure, il est 22h vous avez faim et là c’est le drame ! Impossible de trouver un resto qui veut bien accueillir votre petite troupe. Il est trop tard ! Le chef est déjà parti se coucher. Une fois un serveur m’a même carrément dit qu’il ne nous prenait pas car il avait fait un suffisamment bon chiffre dans la soirée et qu’il pouvait se passer de 4 couverts de plus (#truestory). Certes, en cherchant un peu on arrive parfois à trouver une table (mais il faut bien connaitre la ville, ce qui n’est généralement pas le cas du touriste) et la situation semble un peu s’améliorer ces dernières années, mais le nombre de fois dans l’année où je finis par bouffer au Mac Do ou à la Brasserie Georges parce que c’est trop tard reste anormalement élevé.

Des métros qui circulent plus tard

dernier-metro
Le jour où on on nous annoncera que les métros circulent toute la nuit à Lyon

C’était une des promesses de campagne de Gérard Collomb en 2014 mais j’ai bien peur qu’on n’en voit jamais la couleur (les promesses n’engagent que ceux blablabla….). Caler aux moins les horaires des métros sur les heures de fermetures des bars le week-end semble être la norme dans pas mal de grandes villes européennes. Quand est-ce qu’on s’y met nous aussi ?

De l’anglais un peu partout

french-kiss
« Hello ! Do you know french kiss ? »

Ça devrait être la base ! Je dis ça avec tout le respect que je dois à ma jolie langue maternelle qu’est le français : l’anglais est LA langue universelle. Si Lyon se veut une ville touristique, il me semble qu’il y a de gros efforts à faire en la matière. A quand des annonces en anglais dans le métro, les gares, les centre-commerciaux ?

Bon et puis cours d’anglais intensif pour tout le monde (« Brian is in the kitchen… In the kitchen !!! Ça devrait pourtant parler aux Lyonnais) afin de pouvoir guider les touristes égarés.

Une Presqu’Île plus animée en soirée

presquileLa Presqu’île passé minuit

Plusieurs personnes de passage à Lyon m’ont déjà fait remarquer que la ville était assez calme le soir. J’ai d’abord cru qu’on parlait pas de la même ville et puis, en creusant, je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas sortis de la Presqu’Ile. Certes, le quartier reste animé avec ses nombreux restos et ses quelques bars mais on est très loin de l’agitation festive qui secoue les quartiers limitrophes que sont le Vieux-Lyon, les Berges, les Pentes ou la Guillotière. De plus, la plupart des salles de concert ne sont pas dans le centre, voire sont carrément à la périphérie. Bref aujourd’hui le touriste peut avoir l’impression qu’il ne se passe rien la nuit à Lyon en restant dans le centre alors que le reste de la ville rugit. Alors hop hop hop ! Un peu plus d’animation nocturne en Presqu’Ile, s’il vous plait (bon et puis il y a maintenant plus que des bureaux dans les immeubles haussmanniens, personne ne viendra râler #jerigolebiensurdesolesivoushabitezenpresquile)

Un lieu dédié à la street food

food-truckQuand un nouveau food truck débarque à Lyon

La street food est la tendance culinaire majeure de ces dernières années. Pourtant Lyon qui se targue d’être la Capitale de la Gastronomie semble avoir du mal à se saisir du mouvement et reste accrochée à son éternel bouchon comme une moule à ses frites. De nombreux lieux dédiés à la street-food ont ouvert un peu partout en Europe et je suis convaincu qu’une sorte d’anti-Halles Bocuse pourrait avoir beaucoup de succès auprès des jeunes touristes. Tout le monde n’a pas envie de se faire un bouchon à chaque repas !

Un vrai monument emblématique

dog-housseÇa aurait eu plus de chien, si on avait construit ça à la place du Musée des Confluences.

Demandez à n’importe quel Français l’image qu’il a de Lyon, il y a 1 chance sur 2 qu’il vous réponde le tunnel de Fourvière. On a vu mieux comme symbole de la ville. A mon sens, il manque un monument iconique et unique qui servirait d’étendard à une ville qu’on a toujours un peu de mal à définir. Le Musée des Confluences (et peut-être le Crayon à son époque) aurait pu jouer ce rôle, mais j’ai l’impression qu’on est pas allé assez loin dans le concept pour que sa renommée dépasse nos frontières. Mais il est n’est jamais trop tard pour imaginer le monument qui fera connaitre Lyon demain. Une sky tower à la Part-Dieu, un monument gonflable géant sur le Rhône, une statue géante de chat tout en haut de la Croix-Rousse façon Corcovado…

La mise en avant du cinéma

lyoncinePourquoi croyez-vous u’il y a un lion/Lyon sur le logo de la MGM ?

Lyon est le berceau du cinéma. Voilà quand même quelque chose dont la ville peut être très fière. Pourtant, ce superbe atout en matière touristique est rarement mis en avant. On a des beaux musées en la matière (Musée du Premier Film et l’excellent Musée de la Miniature et du Cinéma) mais la notoriété du Festival Lumière peine à dépasser nos frontières et surtout cela ne se ressent pas du tout dans la ville. Pourquoi une ville qui a vu naitre le cinéma a-t-elle si peu de rues ou de stations de métro nommées en l’honneur de grands réalisateurs ou acteurs ? La ville pourrait être truffée de clins d’oeil au 7ème art et les touristes pourraient s’en amuser et se souvenir que c’est à Lyon qu’est née l’une des inventions les plus féeriques du 19ème siècle.

Une meilleure valorisation des quartiers

nycLa Guillotière (le Brooklyn lyonnais) la nuit…

La chose que je préfère par dessus tout à Lyon est son patchwork de quartiers. Selon moi c’est la ville de France qui possède des quartiers les plus différents les uns des autres. On saute d’une ambiance à une autre en traversant un fleuve ou une avenue. C’est assez génial de se dire qu’on peut visiter une dizaine de petites-villes dans la grande ville. C’est un aspect qu’utilisent très bien des villes comme New-York ou Toronto. Dans cette dernière, chaque quartier s’est vu attribuer une couleur qui se retrouve sur les plaques des rues, les panneaux et le mobilier urbain. Il serait dommage que les touristes ne gardent de Lyon que l’image de la Presqu’Ile ou du Vieux Lyon. Leur faire découvrir le charme de la Croix-Rousse, l’agitation des Pentes ou de la Guillotière, les immeubles art-déco du 6ème, ou les folles constructions de la Confluence leur permettraient de voir Lyon dans toute sa diversité (et ça les ferait rester plus longtemps !).

Voilà j’ai fait mon petit cahier de doléances. Je pense que si Lyon pouvait faire quelques efforts en la matière (et je suis sûr qu’elle le fera vue la motivation des équipes en charge), la vague de touristes qui commence à enfler va se transformer en raz-de-marée (et on aura alors d’autres problèmes, mais ça sera le sujet d’un autre article ^^).

N’hésitez pas à nous dire ce qui selon vous manque à Lyon pour devenir une super destination touristique.