Aujourd’hui sur Lyon 69, le blog des bons plans sorties à Lyon, on vous propose un article dédié à tous les petits nouveaux lyonnais et les touristes afin de les éclairer dans leur quête de lieux pour sortir à Lyon.

Les principaux lieux de sortie à Lyon

Nous y voilà ! Je ne vais pas vous donner la liste des établissements sympas, mais la localisation des « spots » de soirées, à savoir les rues ou quartiers où vous êtes sûr de trouver de l’animation quelques soient le jour et l’heure.

Les Quais de la Soif (Quai Augagneur, 3e arrondissement)

Sortir-à-Lyon-berge-su-rhone

Bien avant la rénovation des Berges du Rhône, les péniches ancrées le long des quais étaient déjà des lieux de sortie incontournables. Un peu plus « mainstream » aujourd’hui, les Berges attirent une foule métissée tous les soirs. Il y en a pour tout les gouts : de la péniche branchée, au vieux bateaux babos, du rock à l’électro, du champagne dégusté sur le pont d’une embarcation, à la bière tiède achetée à l’épicerie du coin et descendue sur la pelouse des Berges.  Vous trouverez forcement de quoi passer un bon moment. C’est l’incontournable des soirées lyonnaises.

We ♥ it : La Marquise.
Bien qu’elle ait un peu perdu de son aura ces dernières années, cette péniche reste un passage obligé pour les fans d’électro. De nombreux artistes de renoms ont mixés dans ses cales. Surveillez la programmation !
20 quai Augagneur – marquiseclub.free.fr

La Gare M’a Tu Vu (Les Brotteaux, 6e arrondissement)

Ou-Sortir-Lyon-brotteaux

Située dans l’huppé 6eme arrondissement, l’ancienne gare des Brotteaux, investie par plusieurs établissements branchouilles, est devenu en quelques années un véritable spot de sortie pour qui veut se montrer. L’offre de bars et restaurants sympas, dans les rues avoisinantes, vous permettront d’entamer la soirée très tôt et de la finir très tard. Vous passerez d’un établissement à l’autre en un claquement de doigt (et de carte bleue…).

We ♥ it : L’ApériKlub
La jeunesse dorée lyonnaise se donne rendez-vous dans ce bar aménagé aux abords de la gare. Appréciez la superficialité de la foule avec humour et complicité en sirotant votre mojitos rawsberries. En fin de soirée descendez de quelques marches dans la boite le First qui autre son physionomiste antipatique présente l’avantage de ne pas faire payer l’entrée. Avec un peu de chance, vous y croiserez des V.I.P. Lyonnais (à Lyon le V.I.P. se limite aux joueurs de foot…)
13 place Jules Ferry

Le Vieux Lyon British (rue Saint Jean, 5e arrondissement)

Vieux-Lyon-Sortir

Envahi de touristes la journée, le vieux Lyon s’enflamme en début de soirée grâce aux nombreux pubs qui y ont pris leurs quartiers . Concentrés sur la rue St Jean et vers la gare Saint Paul, vous êtes sûr d’y dégotter de nouveaux meilleurs amis irlandais ou british avec qui descendre des hectolitres de bière autour d’un match de rugby ou de fléchettes. Alors, après avoir avalé votre cervelle des Canus dans un bouchon attrape-touriste de la rue Saint Jean, filez vite diluer dans le houblon votre erreur.

We ♥ it : Le Wallace
Immense établissement le long de la Saone, le Wallace, c’est  l’Écosse en terre lyonnaise. Choix de bière et whisky hallucinant, burgers à tomber (de sa chaise de bar), ambiance survoltée les soirs de match, concert endiablé, quiz efforiques. Le tout en anglais bien sûr !
www.wallacebarlyon.com – 2 rue Octavio Mey

Les Pentes décadentes (Le bas des Pentes de la Croix-Rousse, 1er arrondissement)

Sortir-Sainte-Catherine

Destituée de son titre de rue de la soif lyonnaise par les quais (voir plus haut) et par une récente obligation de fermeture à 1h du matin, la rue Sainte Catherine, continue d’attirer malgré tout le chaland. La rue et sa dizaine d’établissements se sont fait une réputation (bonne ou mauvaise) autour de beuveries généralisées et des inévitables bagarres qui en découlent. Pour un peu plus de sérénité et d’originalité remontez les pentes et parcourrez les petites rues, le coin regorge de lieux alternatifs pour écouter des concerts ou danser jusqu’au bout de la nuit.

We ♥ it : Le DV1
Ouvert en 2002, ce club gay très hétero friendly s’est taillé une belle réputation. Ambiance enflammée autour du bar sur fond de tubes du moment contre ambiance survoltée et électronique au sous sol, dans tous les cas une programmation pointue. Le DV1 à la recette pour relancer n’importe quelle soirée qui aurait mal commencé.
L’entrée est gratuite. Ne manquez pas le show transformiste de Candy William’s le dimanche soir.
6 rue Violi – www.dv1club.com

Les Quais de la Loose (Quai Pierre Scize, 5e arrondissement)

Quai-Sciez

Vous aurez peut-être remarqué les nombreux établissements le long du quai Pierre Size. Ne vous laissez pas avoir, clubs échangistes, karaoké, boîtes pour plus de 60 ans, il y en a pour tous les gouts, mais très certainement pas pour vous. La plus part des établissements sont soit glauques soit ringards et la clientèle est composée uniquement de touristes égarés venus en bus et attirés par les lumières.

We ♥ it : Non vraiment on voit pas…
D’ailleurs aucun lyonnais ne voit ;)

En résumé et en image, voici la carte à retenir :

Carte-sortie-à-lyon

Quelques alternatives en devenir.

Lyon étant une veille en mutation, quelques nouveaux spots de sorties commencent à émerger. C’est pas encore la méga folie mais c’est à suivre de près.

La Cité Internationale :
Non, la Cité Internationale ce n’est pas que cette enfilade froide d’immeubles imaginée par Renzo Piano. Depuis l’année dernière de nombreux établissements ont ouvert à proximité de la Salle 3000. Pas de quoi faire une sortie de maboul, mais idéal pour un combo avec un ciné ou un spectacle.

La Guillotière :
Oui tiens c’était bizarre que Qyrool, nous ait pas encore parlé de la Guille… se disent les habituées du blog…

Après un bon bol de udon dans le Chinatown lyonnais pourquoi ne pas enchainer la soirée dans un des nombreux bars associatifs du quartier. La Guillotière regorge de bars alternatifs (notamment entre la rue de Marseille et l’avenue Jean Jaures), certains n’ont même pas d’autorisation légale, d’autres sont dans les appartements ou au fond d’une cour.  Cependant, que ce soit pour écouter du jazz manouche dans un squat de roumains,  profiter d’un concerto de gameboys , un spectacle de marionnette africaine ou boire une bière bio, vous aurez très certainement besoin d’un guide local pour dégotter le bon plan (le quartier n’était pas le plus rassurant de Lyon).

Bon à savoir

A Lyon, vous ne trouverez pas de grosses boites généralistes réunissant des milliers de personnes contentes de bouger leurs fesses sur Lady Gaga (sauf en lointaine banlieue peut-être). La vie nocturne s’organise plutôt autour d’une galaxie d’établissements  très ciblés. Vous trouverez forcement le lieu qui vous correspond (le bar lesbien des plus de 40 ans qui aiment le tricot, par exemple…). En conséquence, il n’est pas rare de papillonner dans plusieurs lieux au cours d’une même soirée. On peut par exemple commencer la soirée en écoutant du jazz dans un bar des pentes de la Croix-Rousse. Puis enchainer par des déhanchés périlleux dans la cale d’une péniche des Berges.  Pour finir, à l’aube, par refaire le monde avec un groupe d’artistes dans un bar associatif du quartier de la Guillotière.

A Lyon, si vous savez où commence votre soirée, vous ne savez jamais où vous allez la terminer…

Même si le lundi soir est plutôt calme, vous pouvez sortir tous les jours de la semaine et de nombreux établissements sont ouverts le dimanche soir. Si vendredi et samedi sont très animés, le jeudi et sa déferlante d’étudiants reste le jour de la semaine le plus propice à l’emballement incontrôlable de la soirée. Et tant pis pour le vendredi matin…

Les gens sortant relativement tôt du bureau (comparé à Paris), certains bars sont déjà bondés dès 19h. Les Lyonnais dinent généralement vers 21h et malgré un titre de capitale de la gastronomie, il vous sera difficile de trouver un restaurant qui sert minuit passé. Les boites se remplissent à partir de 1h du matin pour fermer vers 5h.

Enfin, même si elle est très animées en journée, la Presqu’ile n’est pas le quartier le plus festif de Lyon. N’hésitez pas à traverser un fleuve ou un grimper sur une colline pour trouver les soirées les plus fiévreuses.

Pour compléter l’article  j’invite tous les lyonnais à nous filer leurs bonnes adresses de boites, d’after et de bars dans les commentaires.

Et si vous faîtes partie du flot de nouveaux arrivants (étudiants, salariés mutés de grès ou de force pour un nouvelemploi à Lyon, etc.),  perdus dans la ville à la recherche de vodka redbull, mojitos ou plus sobrement d’un peu de chaleur humaine (corps à enlacer, bouche à embrasser et tout ça…), n’hésitez pas à poser des questions !

Bonnes sorties à tous !