LyonOuest

Cette semaine, sur Lyon CityCrunch, les lecteurs prennent les commandes et publient des articles. Aujourd’hui, Chouquette avait envie de donner quelques conseils aux gens qui, comme elle, débarqueraient à Lyon depuis l’Ouest de la France.

Je pensais à venir habiter Lyon depuis longtemps.

Ayant grandi dans le quart nord-ouest, et avec du sang 100% pur beurre demi sel coulant dans mes veines, c’est naturellement que j’ai fait mes quatre ans d’études à Nantes. Puis l’envie de changer d’air : je suis partie pour Bordeaux. J’y suis restée 3 ans et y ai rencontré mon cher et tendre, avec qui j’ai emménagé dans la capitale des Gaules il y a un an et demi.

J’y pensais déjà étudiante : « Lyon la grande, pleine d’opportunités… et surtout bien plus attirante que le Paris pollué, ridiculement cher et où tout le monde s’entasse ! ». Pour trouver du boulot, on a sauté le pas en couple, il a pris le vin et les canelés, moi ma bigoudène et mes gâteaux au beurre, direction l’Est, contrée quasi inconnue !

Etape 1 – Les régies

Jeune occidental, toi qui connais les « agences immobilières », oublie. A Lyon, on te parle de « régies »… Quoicéça ? Ben en fait, c’est soit comme une agence immobilière de l’Ouest, soit c’est juste un endroit que les proprios paient cher pour qu’ils te filent les clés quand tu veux visiter, mais tout seul, comme un grand ! Donc tu peux clairement dire en visitant « oh la vache, c’est naze », sans être malpoli, mais pour ce qui est des détails du bien visité, c’est pas toujours ça non plus… Mais c’est comme ça ici, à la démerde ! Attention hein, y’a aussi des visites plus traditionnelles, mais la pratique est très courante tout de même !

Etape 2 – Les courses

Tu as trouvé ton appart, tu emménages, mais il te faut bien manger un bout et remplir un peu tes placards – Je t’invite à partir dans ces nouvelles contrées que sont les Carrefour et Auchan locaux.

Pour ma part, j’ai découvert un autre bout de France au travers des supermarchés :

  • Les rayons fromages : souvent plus grand que dans l’Ouest, avec des fromages parfois méconnus dans l’Ouest. Ici, on apprécie le camembert, l’Ossau Iraty fait partie du paysage, mais on ne connaît pas le curé nantais (cela dit, à Bordeaux on ne le connaît pas non plus… ON DEVRAIT, voilà.). Tu seras par contre émerveillé par les sachets de fromage à fondue, les monts d’or par dizaines, la cervelle des canuts, le fromage fort et toutes formes de séchons. Poussez-vous, on arrive, et avec des étoiles dans les yeux (c’est ton haleine après le fromage fort qui fait ça…)
  • Tu as déballé ton micro-ondes et tu cherches un plat Fleury Michon (préparé du coté de Chantonnay par nos copains vendéens), et là, au détour du rayon frais, surprise… « C’est quoi ces boudins blancs ? C’est pas qu’à Noël ? Y’en a des paquets de 2, 4, 6 et jusqu’à 20 (!), tu te rapproches, et là, malheureux, il ne s’agissait pas de boudin blanc mais bien de… QUENELLES, un rayon entier, oui. Ne fait pas cette tête, il ne s’agit pas des quenelles horribles en boîte qu’on te servait à la cantine petit… Il s’agit du vrai truc, tu demandes à tout Lyonnais qui se respecte, les quenelles en boîte, plutôt mourir. Tu en as pour tous les goûts, nature (plus faciles à appréhender), à la volaille, au brochet… En plus, très économiques et pouvant se marier avec tous les accompagnements liquides (béchamel, sauce tomate…) mais aussi coupées en petite rondelles et revenues dans du beurre (je reste bretonne…), ça fait des petits « choux » pour l’apéro J

Etape 2 bis – les bouchons

Bon, tu as faim mais la flemme d’aller faire les courses, tu auras bien entendu avant de venir « il faut que tu ailles dans les bouchons lyonnais et que tu découvres la gastronomie locale ! », alors tu y vas. Que tu viennes du Sud-Ouest, ou l’huile d’olive et le magret de canard sont rois ou du pays du beurre salé (en haut à gauche de la carte de France), il faut s’attendre à une gastronomie vraiment différente de ce que tu connaissais. Au menu, saucisses aux lentilles, saucisson brioché, abats en tous genres et gratin dauphinois. Bienvenue au pays où le Jésus n’est pas religieux, mais presque, car c’est un genre de saucisson, et qu’il fait pas mal d’adeptes aussi… Mais surtout, il faut goûter à la praline (tarte, brioche et tout ce qui est sucré, car la praline, ici, c’est à toutes les sauces, même à la crème anglaise J)

Etape 3 – Les transports

Une fois rassasié, tu peux te balader dans ton nouvel environnement….Pour sortir à Lyon, il vaut mieux prendre les transports en commun. Si tu prends ta voiture les risques de perte, de parcours circulaires à l’infini et de crises de nerfs se voient augmenter considérablement. Bon, les transports à Lyon, ne mentons pas, sont chers, et s’arrêtent tôt. Le métro est vraiment top, et peut même créer des sensations fortes (toi aussi atterris sur les genoux de ton voisin d’en face la première fois que tu prends le métro C). De leur côté, le tram et les bus desservent bien l’agglo en complément du métro, mais avec la circulation, tu peux rester coincé longtemps …

Etape 4 – Les Lyonnais

On m’avait dit avant de venir : « Toi qui trouve les Bordelais froids, tu vas voir c’que tu vas voir avec les Lyonnais » Et ben non. Voilà, entre le boulot et les gens rencontrés depuis que l’on est installés, on a trouvé plein de gens sympa ! Je ne sais pas, peut-être que je n’ai pas rencontré de vrais Lyonnais hein, mais au bout de tous ces mois, franchement, que je les trouve sympa les Lyonnais. Même si les tournures de leurs phrases ne sont pas toujours conventionnelles, on a tous nos déformations régionales. « C’est quelle heure ? » « Et dix ? » ????!!!

Les vrais manques :

Pas compliqué, y’en a 2 selon moi :

  • De l’air, du vrai. Bon, le coin est tout de même bien pollué. C’est dû à la densité de l’agglomération lyonnaise et à l’activité de celle-ci… j’avoue que le grand air, faut pousser en voiture pour le chercher…
  • L’océan. Bon, je suis peut-être le mauvais exemple, puisque déjà, à Bordeaux, je me trouvais loin de la côte (oui oui, une heure, c’est loin), mais là, la mer n’est pas loin, elle est hyper méga loin. Une collègue me disait « oh ben non, on prend la voiture le vendredi soir et on y est le soir pour le restau et on y passe le week-end… »). No comment. Le pire étant quand vient l’été, tu te retrouves à aller chercher un peu de fraîcheur au… lac… Qu’il soit payant (et ils le sont souvent) ou non, il y a du monde, pour se partager un bout d’herbe ou de plage assez petit…

Les vrais plus :

  • La mer, c’est loin, tu as… les lacs, mais surtout les montagnes ! et ça, c’est méga top ! Pour ma part, je n’avais jamais testé les montagnes l’été, génial ! Et qui dit montagne, dit bonne bouffe !
  • On est vraiment proche de l’Italie, je sais pas pour toi, mais aller au boulot et voir écrit « Turin : 300km », moi je trouve ça top moumoute !
  • Paris à 2 heures, Nantes et Rennes à 4h30, je parle bien sûr du train ! De son coté, Easyjet permet de relier en un saut de puce Biarritz, Bordeaux, Nantes et Brest !

Moralité : La vie à Lyon est top, vraiment, une fois ces petits détails intégrés, tu te fonds dans la masse, et c’est une ville où l’on se sent vite chez soi. Nous, avec mon Bordelais préféré, on a rapidement trouvé du boulot, ce qui est un coup de bol mais qui peut arriver ici !

Suggestions d’amélioration :

  • On l’aura compris, on prend les Alpes et on bouge touuuuute la ville direction l’Atlantique…
  • Une biscuiterie « la Trinitaine » à Confluence accolée à la « Toque Cuivrée » pour les canelés !
  • Importer des mouettes, parce que les mouettes, c’est chouette…