Dîtes bonjour à Guillaume, qui rejoint la team de CityCrunch et qui, en guise de premier article,  se prête au jeu du Pour ou Contre de cette semaine.

Quelle tristesse!

L’automne est déjà là et, comme si le calendrier et les galères de la rentrée ne suffisaient pas pour nous le rappeler, pluie et orages s’en chargent. Alors, on rentre chez soi, trempés jusqu’aux os et moroses, en repensant à ces chaudes journées d’été. On range shorts, chemises légères et lunettes de soleil au placard en regrettant notre sexiness estivale.

Mais, ce n’est pas parce qu’on a déjà perdu notre merveilleux teint halé, douloureusement acquis sur la plage, qu’il faut se laisser aller. Alors, pour rester beau et en bonne santé, la solution est toute trouvée. Sortez les baskets et votre plus beau jogging : on part se défouler.

Où faire du sport après l’été ?

Quand on a plus la possibilité de faire son petit jogging sur les quais ou à la Tête d’Or dans la chaleur du soir, à moins de vouloir sauter dans les flaques et d’aimer courir mouillé, il reste toujours la salle de sport. Fitness, zumba, pilates (que la Team a déjà testé pour vous) ou autres, sur Lyon, il y a l’embarras du choix. Mais, est-ce bien l’idéal ? Pour vous aidez à choisir, une petite compilation d’arguments pas toujours très objectifs…

Pour les salles de sport

Que ce soit pour garder la ligne, la forme ou même le sourire, le sport en salle est la solution la plus simple et, certainement aussi, la plus efficace.

Tout : que vous soyez plutôt « abdos fessier », « yoga » ou « body pump » (et surtout si ces mots vous évoquent quelque chose), sachez que les salles proposent toutes un panel conséquent de méthodes pour reprendre le pouvoir sur votre corps. Une manière de varier les plaisirs en alternant effort intense et exercices d’assouplissement.

Tout le temps : pas de contraintes dans votre emploi du temps, vous y allez quand vous voulez, comme vous le voulez. Une journée de boulot difficile, des cours jusqu’à 20h ? La plupart des salles ferment à 22h en semaine et sont ouvertes toute la journée.

Par tous les temps : contrairement aux sports « d’extérieur », la salle de sport est à l’abri de la pluie, du vent, de la neige et autres intempéries.

Partout : non, les salles de sport ne sont pas que l’apanage des » presqu’îliens ». Il y en a aux quatre coins de la ville, ce qui vous laisse l’embarras du choix. D’ailleurs, le site Quellesalledesport.com propose un classement des salles lyonnaises en fonction des avis laissés par les visiteurs.

Tous à fond : pour ceux et celles qui aiment danser : passées 25 piges, danser et se défouler sur de la techno à fond, en sortant du taf à 19h00 en short et tee-shirt, c’est quand même autrement plus pratique que de devoir attendre le samedi soir 1h00 du mat’ pour espérer aller en boîte de nuit !

Tout pour le tout : toute calorie dépensée est une calorie de gagner pour les restos et apéros (méthode Clémentine !)

En plus, cerise sur le biceps, si vous êtes un minimum social, il n’est pas impossible que vous fassiez des amis…

Contre les salles de sport

Cela dit, il ne faut pas se voiler la face non plus. La salle de sport n’est pas la solution à tous vos problèmes et ne fera pas de vous un dieu/une déesse en l’espace de 2 semaines (si c’est le cas, appelez-moi).

A la salle, je me ruine : il faut bien briser le tabou, que dis-je, l’omerta qui entoure la pratique du sport en salle. Oui, ça coute un bras et très peu de salles offrent des forfaits à la portée de toutes les bourses. Il est rare qu’elles descendent en dessous de 50€ par mois.

A la salle, je suis moche : à tous ceux et celles qui ont choisi la salle de sport pour se montrer et exposer leur musculature ou leur cambrure, cessez de rêver. L’effort physique enlaidit : visage crispé, auréoles sous les bras, gouttes de sueur de chaque côté du front, etc. Si en plus vous ajoutez le bruit et l’odeur (Jacques, si tu nous entends)… Non, vraiment. Et pour ceux qui, au contraire, cherchent là-bas leur âme soeur, eh bien bon courage.

A la salle,  je reste au sec : contrairement aux sports « d’extérieur », la salle de sport est à l’abri de la pluie, du vent, de la neige et autres intempéries. Ce qui ne ne laisse aucune excuse pour ne pas y aller !

A la salle, je cogite un peu trop : c’est quand même pas très naturel, tous ces cours où les gens bougent des bras et des jambes sur de la techno à fond, si ?

A la salle, je m’ennuie : il est vrai qu’un temps passé, soulever des poids ou se déhancher sur Gusttavo Lima pourra vous sembler rébarbatif. Ces salles de sport, royaume de la machine, de la sueur et de l’homme bodybuildé type Schwarzy avec des veines partout, nous font parfois oublier le principe de base du sport : s’amuser, se divertir, échanger parfois, se dépasser souvent.

Quoi d’autre ?

Il y a dès lors deux écoles chez ceux qui refusent de s’enfermer dans une salle pour travailler leur corps (la philosophie bière-pizza-match de foot ne sera pas traitée dans ce qui suit) :

Pratiquer un peu de sport tous les jours : à Lyon, rien n’est plus simple. Un abonnement Vélov’, un petit tour au Parc de la Tête d’Or ou sur les quais du Rhône (avec un petit parcours de santé au sud de Guillotière), une ascension de la montée des Carmes déchaussés sur la pointe des pieds (ça affermit les mollets!) et le tour est joué. Pourquoi s’enfermer quand on peut aussi profiter des beautés de la ville gratuitement (ou presque) ?

S’inscrire dans un club sportif : foot, basket, tennis de table, kung-fu… La ville compte près de 300 établissements sportifs. Voilà qui vous laisse le choix. Par ailleurs, le Grand-Lyon ou diverses associations organisent couramment de grands événements sportifs comme le Run In Lyon, Equita’Lyon ou encore la rando-roller du vendredi.

Vous pouvez aussi choisir de devenir flasque et gras, mais ça, c’est un autre sujet…

Quoi qu’il en soit, salles ou pas, vous n’avez plus d’excuse pour rester pantouflards chez vous. Suffit de demander à la Team ses bons plans. Un bon moyen de garder la forme, le sourire et ses économies!

Alors ? Vous êtes pour ou contre la salle de sport ? Criez « POUR » ou « CONTRE » en argumentant ou pas dans les commentaires.