Ouuuuh, je les vois déjà venir, les esprits chafouins qui, rien qu’à la lecture du titre de cette nouvelle suggestion d’amélioration, se disent déjà :  « le casque c’est moche, ça décoiffe, c’est chiant à transporter…. ».

Car chez les utilisateurs de vélo, deux clans s’affrontent : les pro-casques et les pas-casques – on ne va pas dire « anti-casques » car fondamentalement, je pense que beaucoup de personnes ne remettent pas en cause l’efficacité d’avoir un casque sur la tête en cas de chute, juste qu’elles veulent garder la liberté de ne pas en mettre.

Personnellement, je roule toujours avec mon casque.

Peut même vous dépanner pour les soirée costumées ! (source : EcoHelmet)

Mon cher et tendre s’étant fracassé le crane il y a quelques années (ça n’arrive pas qu’aux autres et je peux vous assurer que les conséquences peuvent être très graves…) et aux moins deux de mes amis proches ayant méchamment abimé leurs casques lors de chutes (si c’était pas le casque, c’était la tête !), j’ai pris l’habitude d’en porter un (premier prix : 13 euros dans une enseigne de sport grand public) et maintenant, quand je n’en ai pas, je me sens vraiment vulnérable.

Reste que, effectivement, le casque c’est la mort du style, c’est galère à transporter (moi je m’en sers comme panier quand je fais mes courses ou pour ranger mes gants / bonnets / cache-nez quand je sors… ou je le laisse attaché au vélo en le passant dans mon antivol…), en hiver ça fait froid aux oreilles (là j’ai trouvé l’arme ultime : le bonnet sous le casque, je vous laisse imaginer la touche…), en été ça fait transpirer les cheveux… mais ça peut vous sauver la vie !

 

Un distributeur de casques… à Melbourne (Australie) où le port du casque est obligatoire.

 

Autre argument : il m’est déjà arrivé 3-4 fois de croiser des cyclistes avec des enfants dans le siège-arrière qui me montraient du doigt (pas bien !), l’air absolument ébahi  : « Papaaaaaa, papaaaaa ! La dame, elle a un casque, comme moi !!!! ».
(Bon, déjà, un enfant m’appelle « la dame » = ça y est, je suis vieille = envie de mourir).
Comment voulez-vous que vos enfants comprennent qu’il est important de protéger sa tête si vous-même ne protégez pas la vôtre ?

Enfin, tous ceux qui me sortent le contre-argument ultime « Ouai mais en Hollande et en Belgique, ils roulent tous en vélo sans casque et il n’y a pas plus d’accidents ». Euh oui, mais dans ces pays, il y a beaucoup plus de vélos (effet de masse), les automobilistes sont beaucoup plus aguerris et surtout : les pistes cyclables sont souvent dans des contre-allées loin des voitures donc forcément…

 

Une vraie piste cyclable Hollandaise (loin des voitures…).

Bon, toujours est-il qu’une designeuse américaine a eu l’excellente idée de créer un casque… en papier ! (si, si).

100% recyclé et 100% recyclable. Ce casque en papier a remporté un James Dyson Award. Il parait qu’il absorbe autant les chocs qu’un casque traditionnel et qu’il est étanche.

Une fois replié, il est tout plat et ne prend quasi pas de place : on peut le ranger dans sa poche ou dans son sac. Le prix de vente est inférieur à 5 dollars l’unité et il pourrait très bien être vendu dans des distributeurs automatiques ou dans les bureaux de tabac par exemple…

 

Source : www.jamesdysonaward.org

Et on peut même le recycler en décoration de fête !

Elle est pas bonne mon idée ?