avant-paris-header

Article mis à jour en juillet 2015 dans le cadre de notre semaine Best Of

Dans un pays centralisé comme la France, tout émane de la Capitale. L’hégémonie de Paris dans de nombreux secteurs est telle que les autres villes de France apparaissent comme de simples suiveuses. Mais en creusant un peu le sujet, on se rend compte que la Province a souvent eu une longueur d’avance sur Paris. C’est le cas à Lyon, où l’innovation constitue une part importante de l’ADN de la ville.

Alors, la prochaine fois qu’un Parisien vous assènera d’un air supérieur que tout se passe à Paris, n’hésitez pas à lui citer ces 10 trucs que Lyon a connu avant Paris.

Les Vélibs

velovC’est le concept le plus emblématique de cette rivalité Paris-Lyon. A en croire les médias (Parisiens forcément), Paris serait une ville pionnière en matière de vélos en libre service 24h/24. Or lorsque les premiers Vélib ont pointé leur nez dans la Capitale, en 2007, cela faisait déjà 2 ans que les Lyonnais pédalaient sur le Vélo’v. Si Lyon n’avait pas eu le culot de tenter un tel concept (il fallait oser couvrir la ville et la banlieue de stations de vélo vu la topologie de la ville), il n’est pas sûr que le Vélib ferait partie aujourd’hui de la panoplie du bobo Parisien.

Aujourd’hui encore, Lyon reste la championne du vélo en libre service.

Les Berges

berges

En 2007, lors de l’inauguration des Berges du Rhône à Lyon, Gérard Collomb, alors en campagne pour les Municipales, avait convié son homologue, Delanoë. Celui-ci se serait exclamé : « Il faut faire la même chose à Paris ». 6 ans plus tard, le projet des Berges de Seine est inauguré.

Mais les 2,5 km d’aménagement de la Capitale font pâle figure comparés aux 5km des Berges du Rhône et aux 25km des Rives de Saône. Bref, en matière de berges, Lyon a la plus grosse.

Les trains

train

Peu de gens le savent mais le réseau ferré de France est parti de Lyon. La première ligne de chemin de fer du pays reliait St Étienne à Lyon dès 1830 (pour être précis, une petite ligne reliait déjà St Étienne à Andrézieux, mais ce serait donner trop d’importance aux Stéphanois que de le relever). Paris dut attendre 1836 avant d’être reliée à la commune de Saint Germain en Laye.

Le réseau s’est ensuite développé autour du nœud lyonnais. Il suffit des regarder une carte de France des lignes de trains : la région Rhône-Alpes est la région la plus maillée en matière de train.

Les Gratte Ciel

gratteciel

Les premières tours françaises furent lyonnaises. En 1934, le secteur de Villeurbanne accueilli les « Gratte-Ciel », un ensemble de logement sociaux à l’architecture art déco, aujourd’hui classé. La hauteur de 60m était pour l’époque remarquable.

Paris vit pousser sa première tour d’habitation en 1960 avec la Tour Albert (67m). En 1963, la tour Esso fut la première tour de la Défense, elle culminait alors à 63m.

Le métro

metro

L’histoire a retenu que le métro parisien fut inauguré le 19 juillet 1900. En revanche, peu de gens savent que les Lyonnais voyageaient déjà dans des wagons souterrains, grâce aux ficelles (sorte de funiculaires enterrés) de la rue Terme et de Croix-Rousse depuis 1862. La ficelle de la Croix-Rousse intégra le réseau du métro (en tant que ligne C) en 1978 et reste à ce jour la seule ligne de métro à crémaillère au monde (lui permettant de gravir la pente de 17,5 % pour accéder aux plateaux de la Croix-Rousse.)

En 1991, Lyon inaugure la première ligne de métro gros gabarit sans chauffeur. Paris attendra 1998 pour automatiser la ligne 14.

La bourse

bourse

Place forte du commerce à la Renaissance, Lyon ouvre la première bourse de France en 1540. Les banques italiennes implantées à Lyon prêtent aux souverains de toute l’Europe. Le fameux Crédit Lyonnais voit le jour en 1863.

La bourse de Paris fut créée en 1664, mais Lyon restera la première place financière de France jusqu’à la fin du 19ème siècle.

Le Zoo

Zoo

Si les ménageries ont toujours existé, les zoos « modernes » apparaissent après la Révolution Française (les ménageries ayant une connotation trop royale). Strasbourg fait office de pionnière en 1804, Lyon suit quelques décennies plus tard en installant un zoo, en 1868, dans le Parc de la Tête d’Or. Le Zoo de Paris (ou Zoo de Vincennes) est inauguré en 1934 (les animaux de la ménagerie du Jardin des Plantes ayant été mangés par les Parisiens assiégés lors de la Commune).

Le Musée Guimet

guimet

Le Musée Guimet, situé dans le 16ème arrondissement parisien et qui accueille le Musée National des Arts Asiatiques a été inauguré en 1889. C’est une réplique exacte du Musée Guimet construit à Lyon, dans le 6ème arrondissement, en 1879. Ce musée abrita de 1909 à 2007 le Musée d’Histoire Naturelle de Lyon dont les collections seront transférées au futur Musée des Confluences en 2014.

Les bateaux Mouche

mouche

Si à ce stade de l’argumentaire votre adversaire Parisien n’est pas convaincu, assenez-lui le coup final des bateaux-mouche. Cet emblème de Paris est en effet Lyonnais. Ce mode de transport est présenté au reste du monde lors de l’exposition universelle à Paris, en 1867, mais la compagnie des bateaux mouche faisait déjà circuler des bateaux sur le Rhône depuis 1862.

Le terme « mouche » vient lui même du nom du quartier de Lyon (La partie fluviale de Gerland, situé dans le 7ème arrondissement ) où ils étaient construits.

Les transports de demain

futur

Alors certes, Paris n’a pas encore adopté ces concepts lyonnais. Mais cela ne m’étonnerait pas que la Capitale finisse par suivre sa petite sœur, tant la Capitale des Gaules a fait preuve d’ingéniosité ces derniers siècles (notamment en terme de transports).

Lyon vient en effet de mettre en place 2 infrastructures assez inédites. La première est le premier tunnel mode doux au monde, la deuxième est le premier bus-navette sans chauffeur qui emprunte depuis quelques semaines, comme un clin d’œil au passé, le tunnel de la rue Terme qui a vu circuler le premier « métro » lyonnais.

Edit juillet 2015 : le bus-navette sans chauffeur n’est plus dans le tunnel de la rue Terme. Il continue d’être testé à diverse endroit (Confluence entre autre…) avant de trouver sa place définitive.

BONUS : pour fêter le cap des 100 000 lectures de cet article nous avons ajouté un 11ème élément

La Pyramide

pyramide

Elles sont toutes deux l’un des symboles de leur ville respective. La Pyramide du Louvre et celle au sommet de la Tour Part-Dieu se ressemblent énormément. Elles sont constituées de plaques de verre et mesurent 22m de hauteur sur une base de 35m. De vraies jumelles ! La pyramide lyonnaise a été construite en 1977 par les architectes Stéphane du Château et Araldo Cossutta . La parisienne fut érigée 11 ans plus tard par l’architecte Ieoh Ming Pei.  Hasard ou pas, Araldo Cossutta a travaillé quelques années pour Ieoh Ming Pei. De la à dire que la pyramide lyonnaise a inspiré celle du Louvre, il n’y a qu’un pas que nous franchissons avec une chauvinisme assumé.

En conclusion, si Paris reste une terre d’innovation et jouit de la primeur de certaines modes, n’oublions pas que la Province, en général, et Lyon, en particulier, n’est pas en reste quant il s’agit d’inventer des nouvelles façons de se déplacer, vivre et s’amuser.