Velos qui veulent notre mort
Avons-nous le droit de critiquer quelque chose de génial et de quasi gratuit ?
Est-ce juste de crier « Remboursez nos invitations » ?
Cracher dans la soupe est-il vilain, pan pan cu-cul ?
Toute ces interrogations m’assaillent alors que je m’apprête à écrire un article très très méchant sur le Vélo’v.

J’entends déjà les non-lyonnais s’interroger sur ce mot et commencer à feuilleter leur Robert. Pour faire simple, le Vélo’v c’est plus de 3000 vélos dispachés dans plus 200 stations à travers toute l’agglo. Tu glisses une carte dans la machine et hop, un beau vélo tout beau est libéré et te permet de vagabonder à ta guise dans les rues et ruelles de Lyon (certains ont essayé les perifs, mais on n’a pas de nouvelles depuis…). Pour plus d’infos sur le concept c’est ici.Après cette trop longue introduction, voici donc ce super article vengeur sobrement intitulé : Mort aux vélos qui veulent notre mort !

Acte 1 : Mademoiselle LeSud, tout ragaillardie par l’arrivée des beaux jours, voulu s’aventurer sur les routes avec un de ce merveilleu mode de transportsécologique et pratique qu’est le vélo’v.
La jeune fille s’équipa de sa carte et, après quelques manipulations sur un écran tactile, libera un vélo de la borne qui le maintenait prisonnier. S’engageant sur la route, quelle ne fut pas sa surprise lorsque, arrivée au premier virage, seul son guidon tourna, laissant la roue avant bien droite dans son axe. La pauvrette se retrouva au beau milieu d’un carrefour incapable de se diriger déclanchant la fureur des automobiliste et de leurs klaxons. LeSud tenta de leur répondre avec sa sonnette, mais celle-ci était cassée…
Acte 2 : Monsieur Qyrool, à la suite d’une soirée à boire des bières en compagnie d’une collègue à la descente incroyable et possédant une vessie sans fond, voulu regagner son lit. L’heure tardive, rendait impossible un rapatriement en métro ou en tram. Le bus de nuit spécial étudiants bourrés ne roulait pas pour cause de vacances. L’unique option qui s’offrait à notre ami, était le vélo’v. Mais à cette heure-ci de la nuit, en plein centre ville, les petits vélos rouges sont comme les petits bonhommes verts, ça courent les rues ! Après une bonne demi heure d’errance à la recherche d’une station non dépouillée, Qyrool arrive enfin à trouver un vélo. Il crie au miracle lorsqu’il se rend compte au premier coup de pédale que les deux pneus sont crevés. L’aventurier n’est pas farouche et décide d’avancer malgré ce handicap. Quelques mètres chaotiques plus loin une station semble lui apporté un salut. Après avoir reposé le vélo pourri et remonter sur un nouveau, Qyrool se rend compte qu’il n’a pas gagner au change, lorsque la selle se fait la malle, manquant d’embrocher le pauvre cycliste nocturne par son orifice annal. Découragé, le jeune homme décide de continuer à pied. A mi parcourt, une station rempli de vélo apparaît soudain tel un messie sauveur. Sur son vélo pas crevé, et à la selle vaillante, Qyrool parcourt gaiement les quelques rues qui le sépare de son dodo. Hélas, arrivé à son domicile, toutes les stations du quartiers sont pleines et aucune borne ne semble vouloir le libéré de son fardeau. Le pauvre se met à hurler dans la nuit comme un vieux loup à la lune…

Acte 3 : Quelques jours plus tard, Qyrool (encore lui), malgré son expérience malheureuse, décide de braver l’adversité et de se remettre en selle pour rentrer de la bibliothèque. Arrivé à la station vélo’v, il passe en revue tous les vélos afin de déterminer le plus en forme (selle bien sellée; pédales qui tiennent, pneu bien gonflé, guidon stable). Le vélo choisi, il pose dans le panier ses bouquins et s’élance sur un grand boulevard. La paix Vélo -humain n’est hélas que de courte durée : au premier feu rouge, les freins du diabolique engin refusent de répondre. Moment de flottement, le vélo surmonté d’un Qyrool tétanisé traverse le carrefour sous les yeux médusés des automobilistes arrêté au feu. Par miracle aucune voiture ne venait par les cotés…Toute cette histoire pour vous prévenir que nous sommes victimes d’un complot ! Les vélo’v veulent notre mort !! Les témoignages sont nombreux et inquiétants :
http://vue-d-ici.blogspot.com/2006/01/ma-premire.html
http://www.jeuxdemaux.com/2005/10/11/466-velov-mon-amour
http://rebellyon.info/article1465.html
http://nikoz333.free.fr/?p=33 

L’arrivée des beaux jours et le nombre croissants d’utilisateurs de ces véhicules de l’enfer, risque de provoquer une hécatombe…
Soyez donc sur vos gardes, n’enfourchez pas ces vélos rouges, couleur du diable, et soyez vigilent quand vous sortez dans la rue.
On vous aura prévenu…
tags technorati :