expo

Une expo, en-jeu écolo ?

Vous avez vu les affiches un peu partout dans Lyon. Elles vous ont intrigué mais vous n’avez pas encore osé franchir le pas ? Je vais vous donner quelques bonnes raisons pour ne pas passer à côté de l’exposition-expérience du moment à la Sucrière,  » Nés quelque part », entre spectacle, exposition et jeu de rôle.
Je ressors ma boîte à clichés (oui je sais d’ores et déjà que j’aurai des remarques mais j’assume mouahaha).
Dans mon 33m², je n’ai pas la place d’abriter un potager, la cohabitation avec le lombricompostage ? J’ai encore dû mal à signer le bail et je n’ai pas la super motivation de mes copines pour faire ma propre lessive. Non, L’écologie dans mon quotidien d’urbaine lyonnaise ressemble plus à trier le papier et le verre (et vu le nombre d’apéros, croyez moi, c’est une tâche des plus fastidieuses), éviter de manger des tomates en hiver, prendre mon super cabas plutôt que des tonnes de petits sacs plastiques blancs qui vont tuer les jolies tortues et ne pas laisser couler l’eau quand je me brosse les dents.

Certains diront que c’est déjà pas mal, d’autres que l’on peut mieux faire et ils ont certainement raison.
La COP21 est en effet passée, écologie et développement durable semblent un peu moins à l’honneur. C’était sans compter sur l’Agence Française de Développement qui remet ces questionnements au cœur de l’actualité et à l’esprit de chacun avec cette exposition itinérante qui restera à Lyon jusqu’au 12 mars 2016. Donc les chatons ne tardez pas trop si vous voulez la voir.

Bref, l’idée avec l’exposition de la Sucrière, ce n’est pas de jouer à qui est le plus fort, le plus grand, le plus beau en écologie. Non, c’est faire prendre conscience aux visiteurs que nous vivons et habitons un même système, une même planète. Ouvrir les yeux sur un destin commun où les problèmes écologiques d’un pays peuvent avoir des répercussions dans un autre.

Dans la peau de Dahia

On part en voyage, vous me suivez ? Vous êtes-vous déjà demandé ce que c’est de naître dans le barrio de Medellin, d’être une femme au Nigeria, de voir votre île menacée par la montée des eaux ? Moi pas franchement. Nés quelque part nous invite, pendant 1h15, à être Manolo, Mehiata, Nalin ou encore l’un des 21 personnages proposés.

FullSizeRender
On embarque direction Le Cambodge, le Niger, le Cameroun, le Maroc ou encore la Polynésie pour vivre le quotidien de ces personnages très vite attachants, découvrir leur vie, les problèmes auxquels ils sont confrontés, suivre leur destin mais aussi vivre leur défis, leur espoir et leurs bonnes nouvelles.

Dans cette expérience interactive, j’ai reçu comme « personnage » Dahia, une jeune fille de 10 ans vivant au Maroc. « C’est moi qui conduit les chèvres au puits, mais depuis que j’habite Casablanca je me sens plus en sécurité entourée de solidarité. Je vais bientôt découvrir l’école. Ma maman elle cuisine des crêpes, les meilleures du bidonville à ce que l’on dit et mon petit frère Amin rêve de devenir ingénieur et de construire des voitures qui marchent à l’énergie solaire. »
Le décor est planté, chacun son carnet et après une petite vidéo introductive on se dirige à la case « Maroc », une comédienne nous attend pour nous conter l’histoire de Dahia et de sa famille mais aussi des habitants du bidonville.
Au contact de comédiens dans des décors plus vrais que nature, on vit un voyage sensoriel plutôt intéressant et original. Très vite les visiteurs se prennent au jeu, on analyse la situation avec nos propres sentiments et notre propre vécu. Le public se détend, les questions, échanges et débats constructifs se mêlent à la bonne humeur.

Et alors c’est écolo-responsable comme expo ?

Certes on trouvera toujours à redire ou à améliorer mais on peut saluer : des décors fabriqués à proximité, avec des peintures sans solvants et matériaux recyclés, du bois des forêts éco-gérées et des comédiens enthousiastes pour la plupart afin de faire vivre l’emploi local.
Par contre pour les carnets de voyage, on n’a pas franchement l’impression (sans jeu de mot) qu’il s’agit d’un papier eco-responsable ou éco-géré, en tout cas l’accent n’est pas mis dessus.
Les documents pourraient être réutilisés pour plusieurs visiteurs pour éviter la surimpression de papier.
Et inciter les gens à venir à la Sucrière par des modes doux de transports pourrait être un vrai plus !

expo2

Verdict

❤ On a aimé :

– Une exposition interactive mais qui laisse place à l’humain, à l’échange et qui ne mise pas tout sur le numérique.
– Une exposition sur l’éco-responsabilité positive et qui ne fait pas (trop) la morale. On n’a pas l’impression que tout va mal, et des fois le dimanche après-midi cela fait du bien de se dire que tous ensemble on va s’en sortir. On en sort en se questionnant, plus positif et avec plus d’ouverture d’esprit. Pour une fois on ne nous martèle pas que tout ce que l’on fait est mauvais.
– venir à plusieurs à l’exposition et avoir chacun un personnage différent ce qui permet de renforcer l’interaction à la fin de la visite, on échange sur la vie de nos personnages et les solutions qu’ils ont trouvées ou qui sont développées dans le pays.
– Ne pas voir passer le temps.
– une exposition qui plaira aux familles comme aux amis.
– une exposition où l’on fixe nous même le prix (avec 3 variables possibles) selon notre engagement.

☁ On a moins aimé :

– Être un peu frustré de ne pas avoir pu connaître tous les personnages et les 7 écosystèmes. Mince j’aurai tant voulu aller (re)faire un tour en Polynésie moi ! Un parcours peut être plus libre serait plus judicieux, pour découvrir au gré de nos envies les différents pays et histoires.
– certains décors car si les « cases » permettent de nous plonger dans l’univers du pays, d’autres lieux comme la poste, l’école ou encore le centre administratif présentent finalement peu d’intérêt et ne reflètent pas assez le reste de l’exposition.

Exposition Nés quelque part à la Sucrière

🏠 La Sucrière, 49-50 Quai Rambaud LYON 2
⏰ Ouverture en période scolaire 14h, 15h40 et 17h20. Pendant les vacances scolaires et WE 11h, 14h, 15h4 et 17h20. Sur réservation uniquement
💰 tarif A « je m’intéresse » : 6 € / Tarif B « je participe » : 10 € /Tarif C « je soutiens » : 15 et +€
💻 http://www.nesquelquepart.fr