Ho non ! Ce restaurant est maintenant fermé :(

Un simple coup d’oeil à la devanture de l’Adams a suffi à nous séduire. On revenait d’un resto pas terrible (dont on ne vous parlera pas) qui nous avait laissé sur notre faim (au sens propre comme au figuré) quand on est passés devant ce qui allait devenir une de nos premières bonnes surprises de ce début d’année. De l’extérieur, l’Adams avait tout d’un bistrot bien franchouillard, mais sur l’ardoise affichée dans la rue, des plats asiatiques (nems, bo-bun, wok…) attisèrent notre curiosité … et notre appétit. Il n’a pas fallu plus de 3 jours pour que je revienne de ce côté de la Presqu’Ile pour le tester.

Chaises bistrots, banquettes et canevas

A peine passée la porte, on entre dans un univers où le bon goût semble avoir été banni à tout jamais. Canevas ringards (#pleonasme) au mur, banquettes et chaises de bistrot dignes des meilleurs PMU et serviettes rouge qui pique… On trouve ça génial. Il est appréciable de voir que des établissements osent encore s’affranchir de la sacro-sainte déco suédoise avec meubles en bois clair et ampoules à filament.

Fort heureusement, les tenanciers ont eu la bonne idée de ne pas pousser le concept du kitch jusque dans la playlist, en diffusant RTU, une radio que nos oreilles de bobo-hipsters apprécient grandement !

On s’installe et on passe commande. La carte est ultra-courte : 3 entrées, 3 plats, 3 desserts et basta. Pour ce midi ce sera grand écart culinaire avec bo bun pour les uns et pot au feu pour les autres.

En entrée, on se partage des nems au poulet. Ils sont très bons, pas du tout gras et la petite salade qui l’accompagne est astucieusement pimpée avec des herbes, des légumes râpés et des cacahuètes.

Arrivent ensuite les plats. Je suis assez bluffé par mon bo bun qui avec son petit mélange de verdure fait de coriandre, menthe, oignon rouge, ail effilé et zests de citron vert, renouvelle un peu ce plat qu’on commence à connaitre par cœur.

A côté de moi, mes comparses se régalent de leur pot-au-feu. La viande est fondante, les légumes sont frais et le gratin de pommes de terre délicieux. Le plat s’avère très gourmand sans tomber dans la lourdeur de ce type de cuisine. Bref, un vrai régal.

On termine le repas par des cafés accompagnés d’un crumble pomme / poire sans grande originalité (et avec une fraise un peu hors saison sur le dessus) mais qui assure son rôle de touche sucrée de fin de repas.

Des prix raisonnables place Bellecour : mais c’est du jamais vu ?!

Notre repas est terminé depuis un moment, mais on trainasse un peu. Il faut dire qu’on se sent très bien dans ce café et que le temps dehors est exécrable. On finit pourtant par lever nos fesses de la banquette pour aller bosser.

Le passage en caisse est sans douleur. 15€ la formule entrée + plat + dessert, 13€ le pot-au-feu et 1,50 le café. Rien à dire surtout pour un établissement situé en Presqu’île à 30 secondes de la place Bellecour. Mention spéciale pour le bo-bun à 9,50€ certainement l’un des moins chers de Lyon.

Bref, vous l’aurez compris, on vous recommande chaudement l’endroit.


L’Adams
🏠 4 rue Paul Lintier
🚇 Métro Bellecour
⏰ Ouvert du lundi au jeudi de 9h à 23h et du vendredi au samedi de 9h à 1h – restauration uniquement le midi
💻 Suivez l’Adams sur Facebook
☎ 04 72 61 12 37