C’était le week-end dernier. Comme tout bon Lyonnais qui se respecte, on s’est tous précipité place Bellecour pour recevoir notre petite bible annuelle des bons coins lyonnais : j’ai nommé le Petit Paumé!

Plus qu’un guide, une tradition

Rien à redire : la tradition est maintenant bien ancrée dans les mentalités lyonnaises. Après 44 éditions, disons que le Petit Paumé a fait du chemin, touchant toutes les générations de Lyonnais et s’imposant comme une référence en matière de guide de la vie à Lyon. Mais, il n’en demeure pas moins une institution controversée, souvent critiquée pour son manque de finesse ou de justification.

Alors, chez LyonCityCrunch, on a décidé de peser le pour et le contre, histoire de savoir ce qui rend le Petit Paumé indispensable et ce qui le tire vers le bas. Le tout en restant critique et juste, comme d’hab’ (non, parce qu’il faudrait pas nous taxer de snobisme, non plus!)…

Les plus du Petit Paumé

 1 ) Un must have du vrai Lyonnais

Clémentine : « Avec le nombre d’année, c’est devenue un élément de la ville à part entière, un peu comme la Fête des lumières, les Nuits Sonores ou le Petit Bulletin qu’on récupère à la boulangerie… C’est un « objet culte » que chaque lyonnais se doit d’avoir dans sa bibliothèque Billy non ? »

Emilie : « Il y a une quinzaine d’année, le PP, c’était l’occasion de briller en société. C’était un peu ma bible d’ailleurs. Je le feuilletais dans le métro avant une soirée pour savoir où on allait atterrir. »

Guillaume : « Quand tu arrives sur Lyon, tu en entends forcément parler. C’est presque à travers lui que tu découvres la ville. »

 2 ) Un événement à part entière

Clémentine : « Les différents évènements organisés Place Bellecour, et même à Villeurbanne ou dans le Vieux Lyon animent la ville. »

Guillaume : « La Nuit du Petit Paumé, c’est quand-même pas n’importe quoi. Tout comme les animations proposées lors de la distribution. Le PEtit Paumé touche un large public, petits ou grands. »

3 ) Un guide atypique

Emilie : « Souvent créatif, beau et drôle.  »

Myrtille : « Je me rappelle de celui qui avait un thème années 20. Graphiquement il était très réussi. »

Les moins du Petit Paumé

1 ) Un guide un peu dépassé

Pierre : « Avec des sites comme Yelp ou Trip Advisor, ça n’a plus trop d’intérêt. Ca doit servir qu’au 30% des gens qui n’utilisent pas internet. »

Clémentine : « A l’heure d’internet, le concept du gros bouquin est dépassé, je trouve. J’imagine que le temps que le test soit fait, l’article écrit et le bouquin imprimé et distribué, l’avis a déjà 6 mois ! Et donc, fatalement, quand je le récupère, je le feuillette et le reste de l’année il prend gentiment la poussière pendant que je cherche un restau sur le web… »

Emilie : « J’en ai toujours un de l’année en cours chez moi, mais je ne l’ouvre plus du tout. »

2 ) Des critiques peu constructives

Clémentine : « Globalement, je n’accroche pas avec la façon dont les avis sont écrits. C’est un humour potache : jeux de mots et calembours qui sonnent très « BDE de grande école » (tiens, tiens…), voire « bande à Ruquier » (aïe, aïe), et qui ne donnent finalement pas beaucoup de renseignements sur le lieu… Quand je cherche un tatoueur et que la seule chose qui ressorte soit « hygiène irréprochable », j’ai envie de dire : « Heureusement ! ». »

Anthony : « Certes, elles sont parfois bien tournées, mais au final, il arrive qu’on ne sait pas le type de cuisine, ni même si c’est bon. »

3 ) Le problème de la pub

Guillaume : « Je trouve que la pub gâche l’ensemble. Il y en a trop. Ca rend la lecture beaucoup moins agréable. Ca lui donne un petit côté annuaire. On le feuillette vite fait et le repose bien gentiment. »

Clémentine : « Je reste assez sceptique quant à l’impartialité des avis… Vous pensez vraiment qu’un commerçant qui achète un encart puisse se faire démonter par la critique ? »

Alors, cher lecteur, qu’en penses-tu ? Ton avis nous intéresse. Donc, n’hésite pas à apporter des POUR ou des CONTRE dans les commentaire et éclairer un peu notre lanterne.

Edit : Bon, on vu des commentaires, la balance semble quand même pencher fortement d’un coté. Alors on peut le dire, le Petit Paumé, on est :

contre

50 commentaires

  1. Comme je l’ai dit sur Facebook, c’était marrant quand je suis arrivé a Lyon il y a 3 ans. Mais depuis c’est vraiment un truc qui prend la poussière car ça ne m’a jamais rien apporté.

    comme l’article le dit, avec des sites qui donnent plus d’infos et plus récente… je vois pas l’intérêt de ce bouquin. A part faire de l’argent a un certain BDE d’une grande école. Alors c’est un beau projet pour eux, mais c’est un peu comme un magazine féminin, il y a parfois un truc intéressant entre les pubs….

    1. Pierre Barthelemy,

      Le PP (Petit Paume) n’est pas produit par le BDE de l’EMLYON Business School, mais par une association independante qui se consacre entierement a ce sujet, nommee le Petit Paume. Elle rassemble pres de 35 etudiants qui travaillent tres dur pendant un an pour arriver a ce resultat. Le petit paume est aujourd hui distribue en pres de 300 000 exemplaires gratuits, et a un budget total de pres de 750 000 euros. Ce budget est entierement demarche a force de partenariats stables, serieux et de longue duree, toujours grace a une qualite de service exceptionnelle.
      Le guide peut avoir certains defauts mais il ne faut pas oublier que c est la production d’eleves et pas de professionnels. Et c’est la ou tout le monde manque de consideration.

      Veuillez excuser la pauvrete orthographique de mon commentaire, je n ai pas le clavier adequat….

      1. Ok Ok, c’est ce qu’on m’avait dit a mon arrivée a Lyon. Et ca ne m’avait pas plus choqué que ca. Ce type de bouquin existant un peu partout et systématiquement géré par une école de commerce. Je maintiens que c’est un beau projet pour des étudiants.
        Maintenant, mes restaux préférés sur Lyon refusent d’y apparaître. Et après qqs années a Lyon, ce bouquin n’a plus d’intérêt

      2. Est-ce qu’il ne faudrait pas justement en imprimer moins ?
        300 000 ex !! Combien partent à la poubelle ou ne sont jamais ouverts.
        Je ne sais même pas s’il y a plus de 300 000 foyers dans le Grand Lyon. Vous en distribuez aussi à Paris ?

        En plus en rendant le Petit Paumé plus dur à trouver ça le rendrait encore plus chérissable 🙂

        1. Hey, j’avais mis moi aussi un laïus sur le côté « non-écologique » de la chose dans l’appel à témoins, mais ça n’a pas été retenu par le comité de rédaction… 🙂
          300 000 éditions, je n’ose pas imaginer l’impact sur le développement durable… Mais bon, si ça fait bosser un imprimeur lyonnais…

  2. Je pense que justement c’est une chance d’avoir tous ces guides et sites pour se faire une opinion en synthétisant toutes les infos et en lisant entre les lignes pour ses faire sa propre opinion sur un commerce, à ne pas prendre comme parole d’évangile donc. Après le petit paumé, on aime bien aussi la rubrique fripon et on se demande surtout à combien, ils y sont allés 😛 (mode déconne off).

  3. « fatalement, quand je le récupère, je le feuillette et le reste de l’année il prend gentiment la poussière pendant que je cherche un restau sur le web »

    C’est exactement ça.
    Quand je suis arrivée sur Lyon pour les études (10 ans déjà), c’était le top, on le feuilletait dès qu’on avait envie de sortir de chez soi.
    Aujourd’hui, et malheureusement, ce format est complètement dépassé par le web.
    (et d’ailleurs au passage, je trouve le site du PP pourri, et je ne trouve jamais les infos que je cherche aussi vite que dans le bouquin) Il faut qu’ils s’actualisent.

    J’aime bien cela dit ouvrir pour la première fois le guide et découvrir les traits d’humour (pas tous les ans au top niveau) et les nouveaux lieux mis en avant, c’est toujours le petit évènement de la rentrée.

  4. Comme je l’ai dit sur Yelp, pour ma part je ne me sens plus dans la cible du PP depuis un moment. C’est sympa mais ça reste un guide fait par des étudiants et je n’y trouve pas la diversité que j’aime sur Yelp (forcément, désolée pour la minute auto-promo !)…

    Bon sinon par contre je fais ma pénible (encore) mais c’est pas possible ce type d’article. C’est bien d’avoir l’avis de chacun mais un joli article synthétique avec l’avis de tous et pas une énumération de citations ça serait bien plus sympa à lire, je trouve ! 🙂

    1. Je vois ce que tu veux dire Camille mais en même temps, ça permet d’apporter des arguments complétement contradictoires, ce qui serait compliqué à synthétiser.
      ça évite aussi que Pierre et Guillaume soient « responsables » de tout ce qu’on peut dire 🙂
      Et je trouve que ça permet aussi d’entrer en interraction via les commentaires, selon les avis qu’on a tous apporté…

  5. pas drole, trop de pub, pas pratique, je l’ai recupere 2 ans de suite a mon arrivee a lyon, puis je les ai donnes sur freecycle et j’avais completement oublie son existence jusqu’a votre article… bref d’ac avec tout le monde !

  6. J’étais bien contente de découvrir ça, quand je suis arrivée sur Lyon, il y a plus de trois ans.
    Et puis, c’est vrai qu’au fil du temps, quand je cherchais quelque chose, j’utilisais plutôt internet – notamment le site du Petit Paumé en question.
    Cela dit, je suis tout de même contente d’avoir un bouquin qui synthétise tout, même si je pense qu’ils devraient développer au niveau des infos pratiques, notamment les laveries, ce serait bien pour les étudiants qui arrivent ou déménagent.

    En revanche, je rejoins le deuxième point des critiques.
    Ce qui me fait hurler (intérieurement) chaque fois que je lis leurs critiques, c’est cet espèce de masturbation intellectuelle et pseudo-poésie qu’ils utilisent et qui fait qu’on y comprend absolument rien (je pense à une certaine critique dont je n’ai jamais réussi à savoir si elle était positive ou négative… alors en retirer des éléments pertinents, pensez donc !).
    Je suis sûre qu’ils pensent avoir une bonne maîtrise de la langue française, mais la vérité, c’est que ça parait juste ridicule et prétentieux. Quelqu’un qui maîtrise bien la langue française saura non seulement faire des phrases qui vous laisseront sur le Q, mais il ne laissera aucun doute sur la signification de sa phrase ; demandez aux écrivains publics.

    C’est aussi pour ça que je préfère utiliser le site : au moins, on peut lire les commentaires, parce que si on ne s’en tient qu’aux avis du Petit Paumé…

    1. Je me rappelle aussi avoir lu un truc que j’avais trouvé assez déplacé (j’imagine que vous pouvez ranger ça dans l’humour potache), mais je ne me rappelle plus quoi exactement.

  7. Je ne sais pas si la réaction d’un petit paumé vous intéresse, mais j’ai envie de vous répondre sur deux trois points.

    « comme l’article le dit, avec des sites qui donnent plus d’infos et plus récente… je vois pas l’intérêt de ce bouquin. A part faire de l’argent a un certain BDE d’une grande école.  »
    FAUX ! Le Petit Paumé est une association loi 1901. Nous sommes tous des étudiants qui font ça bénévolement, pour une association qui n’est pas un BDE mais bien Le Petit Paumé, association à part entière. Par ailleurs nous sommes le plus gros cityguide… de France.

    « Aujourd’hui, et malheureusement, ce format est complètement dépassé par le web.
    (et d’ailleurs au passage, je trouve le site du PP pourri »
    Sur internet nous avons doublé notre traffic en un an. Aujourd’hui on fait plus de 100 000 visiteurs uniques par mois sur http://www.petitpaume.com
    Donc oui quelque part le web a pris une place importante pour la recherche d’établissements, c’est certain. Pour cette raison on a d’ailleurs développé un site mobile, pour que quand on accède au petitpaume.com via mobile on arrive sur une interface adaptée. C’est assez top, je l’utilise beaucoup et perso j’adore
    Le site du PP est pourri ? Ah ben là c’est de l’opinion perso, je respecte entièrement. Mais je le prends mal ! 😀 Nous travaillons beaucoup dessus, on l’a refait de A à Z en décembre dernier, et les retours sont très bons d’habitude ! C’est pour ça que votre commentaire me surprend, mais encore une fois à chacun ses préférences !

    « pas drole, trop de pub, pas pratique »
    Un peu dur avec nous là non ?
    La pub c’est bien gentil de nous critiquer là-dessus mais comment financer l’impression d’un guide GRATUIT, de bonne qualité (techniquement parlant) à 300 000 exemplaires ? Si vous trouvez, je veux la solution miracle !!!

    Ah et juste comme ça, si vous avez le guide sous la main, je vous invite à aller voir quelques pages qui sont seulement du contenu drôle

    Pages 14 et 15 : on a mis un florilège des meilleures critiques des années passées. MAIS pas que ça : on a mis
    « le petit paumé critique »… « mais est aussi critiqué par vous » parce que oui on critique, mais on accepte évidemment la critique. On a quelqu’un qui disait par exemple qu’on n’était bons à aller à macdo et basta. Ca nous a bien fait rire, et on l’a mis justement ce commentaire page 15. Allez page 15 vous rirez peut être (on ne sait jamais)

    Chaque ouverture de rubrique : on a mis des citations (de coluche au capitaine haddock en passant par jésus) qui sont vraiment souvent drôles

    Page 396 vous connaissez l’histoire d’Edouard Herriot atteint de priapisme ? …

    courrier des lecteurs page 400 et 402.

    Critiquez nous, ça nous aidera à nous améliorer 😉
    en espérant que vous trouverez votre bonheur dans ce que je vous ai donné comme pistes sympa

    1. @Greg De souvenir sur votre site, on peut également voir les critiques des années précédentes pour un établissement, non ? Cela peut aussi permettre de peser le pour et le contre.

      Après tout web et appli mobile que je sois, le petit guide (quelque soit la qualité du rédac) dans sa bibli c’est tout aussi rapide. Puis regardez encore, le succès des guides papiers Lonely Planet.

      Par contre d’accord avec le Greg, 300 000 guides faut les financer donc pub obligatoire et qu’ils soient écrits par des étudiants différents chaque année permet aussi une certaine vitalité (et c’est un projet d’études de souvenir dans leur cursus à ces étudiants).

      Pour ma part, j’avais bien aimé quand le petit paumé sortait son édition des marchés lyonnais (ça doit être mon côté « greengrocer » qui ressort).

      Et puis c’est bien d’avoir le premier cityguide papier français à Lyon.

      CityCrunch fera de même bientôt sur le web.

  8. J’ai découvert quelques bons endroits dans les Petits Paumés précédents mais j’ai effectivement de plus en plus de mal à accrocher aux textes…
    Et puis ya pas mon resto préféré dedans… ‘savent pas ce qu’ils ratent!

    Par contre la couverture cette année est très jolie!

  9. Perso, j’aime bien avoir plusieurs avis sur un établissement. Ce que j’aime bien avec le PP, ce sont les RPPP : en général je ne suis pas déçu par l’endroit c’est mine de rien un gage de qualité (subjectif certes mais bon).
    Après, je trouve que les avis sont un peu plus clairs cette année avec des noms de plats mais rien n’empeche de se faire une idée en comparant les infos !

    1. « La critique est aisée, mais l’art est difficile » , c’est ce que les gens du Petit Paumé doivent garder en tête. Mais tout comme les personnes qui commentent ici. Elevez vos avis et votre réflexion au dessus d’une perception simpliste du genre « 2 pour et 7 contre ».
      Personnellement, j’aime bien le guide, mais ne l’utilise pas de façon très fréquente, en revanche, j’aime beaucoup le site internet, et ça me permet d’avoir l’avis du Petit Paumé, mais aussi l’avis des consommateurs! D’ailleurs, j’ai pu réserver mon resto directement à partir d’un lien sur le site du Petit Paumé, et ça c’est cool!
      Et enfin, je préfère avoir un peu de pub dans le guide plutôt que de devoir le payer, auquel cas, je ne l’achèterais pas

      1. « La critique est aisée, mais l’art est difficile  »
        Ca tombe bien, chez CityCrunch on joue sur les 2 tableaux :
        – On critique mais de façon équilibrée puisque notre article contenait des POUR. Ce système de POUR ou CONTRE est peut-être une perception simpliste, mais il a le mérite d’être simple (ce qui n’est pas le cas du site web du Petit Paumé, huhu ^^). Je me vois mal faire un article du type « Voici notre avis (et ceux de nos lecteurs) au sujet du Petit Paumé : intro, thèse, anti-thèse, synthèse, conclusion ».
        – on est aussi artisan en proposant chaque jour sur ce site un nouveau bon plan. C’est difficile mais pas plus que ça. Certes on se prend aussi de bons retours de bâton mais on préfère en rire (tels des hipsters puants que nous sommes

  10. Ma femme travaille dans l’alimentaire « de prestige » (aux Halles quoi !) et chaque année on propose à son patron un bon article en sa faveur en échange de l’approvisionnement gratuit poir certains évenement de l’école.
    Alors pour moi c’est non au PP. Un guide ne doit pas fonctionner comme cela.

    1. Mais c’est que ça devient intéressant !
      Il y a pas mal de rumeurs qui courent à ce sujet…
      Je me souviens d’une année où le Pizza Dominos de Charpennes avait été RPPP (WTF?).
      Le mec de la boutique m’avait dit qu’ils avaient filé plein de pizzas gratuites pour leurs soirées et que c’était une sorte d' »échange de de bons précédés ».
      Gloup.

    2. C’est faux, j’ai rencontré plusieurs restaurateurs, qui en présentant ma carte Petit Paumé d’avantages, m’ont dit qu’ils n’étaient pas très contents parce qu’ils avaient pris de la pub, mais qu’ils n’avaient pas eu la critique méliorative qu’ils espéraient!
      D’autant plus que j’aime la dimension participative que construit le site internet, et qui me permet d’avoir l’avis des autres internautes!

      1. Oui sauf que la pub garantie la présence dans les tests (confirmé par plusieurs restaurateurs)

         » j’aime la dimension participative que construit le site internet, et qui me permet d’avoir l’avis des autres internautes! »

        Moi aussi j’aime cet aspect, mais je préfère aller sur d’autres sites bien mieux foutu 🙂

  11. En effet, Le Petit Paumé est dépassé à cause du Web.
    Ce n’est pas grave en soit; ce n’est qu’une évolution logique qui touche la plupart des supports…
    Il suffit juste de prendre le train au bon moment… Et justement de capitaliser sur la qualité des contenus et des services pour faire un bon support web

    « Le site est pourri » « C’est un avis personnel » : Non ! En tant que professionnel du digital je peux vous garantir que la vision d’un site n’est pas du tout, mais alors vraiment pas subjective.
    L’ergonomie d’un site, son utilisation, son style respecte au mieux une pratique universelle ou au pire une tendance générale sur une période définie mais suffisamment longue.

    Qui plus est, le site plait peut être à l’équipe du Petit Paumé mais c’est à l’internaute qu’il doit plaire…

    Alors oui Le Petit Paumé peut encore avoir sa place. Mais il doit maintenant travailler sur les supports numériques. Et avec le plus grand des reculs on peut dire que le site et l’appli sont loin de pouvoir concurrencer des supports existants en services, style, ergo…

    Mais je crois sincèrement en l’équipe et je suis sur qu’elle aura l’humilité de s’en rendre compte. Car c’est bien l’humilité qui prime !

  12. Moi je ne parlais pas de publicité. Un restaurateur qui prends une pub dans un guide en pensant avoir une bonne critique il se plante (normalement).
    Il s’agissait de fournir de la nourriture pour des soirées/fêtes en échange d’une apparition dans le guide et d’une bonne critique. Ne rien donner ne signifiait pas une mauvaise critique mais plutôt ne pas être dans le guide.

  13. @ Geoffroy Reiser : « le site est pourri » ce n’est pas moi qui le dit, moi ce que j’ai dit c’est « je trouve le site pourri », donc, oui, il s’agit d’un avis perso. C’était, même si mal exprimé, et pas fait pour ménager les susceptibilités, juste pour pointer du doigt un défaut du PP. Cela dit, j’admet que ça fait un moment que je n’ai pas mis les pieds sur ce site, donc ça mérite vérification.

  14. Le Petit Paumé n’a jamais caché qu’un encart publicitaire dans le guide garantissait la parution. C’est écrit dans les premières pages du guide. Cependant les activités de test et de démarchage sont complètement indépendantes et un encart ne garantit en rien une bonne critique.
    Vous êtes nombreux à ne pas aimer le site du Petit Paumé. Est ce que vous pourriez donner des exemples concrets sur ce qui vous déplait ? Des avis constructifs sur ce qu’il faudrait améliorer ?

    1. @littlecelt : moi c’est geoffroy pas greg ^^
      Oui on peut voir les critiques des dernières années (depuis 2010 en tout cas)

      @touteouïe : merci pour le compliment sur la couv !!! ca fait très plaisir 😉

      @MichelJon : j’ai la même utilisation du Petit Paumé que vous , moi c’est le RPPP que je recherche. Et effectivement pour les infos le mieux c’est d’aller voir les avis, et de laisser le sien sur le site pour apporter un complément important à la critique du petit paumé. En 380 à 500 caractères on n’a pas le temps de tout dire. Je suis le premier à laisser des commentaires sur chaque établissement où je vais, en étant très descriptif !!! Alors que dans mes critiques en tant que rédacteur du petit paumé, je dois concilier description et humour ou valeur ajoutée. Donc oui, il faut utiliser le site, je suis tout à fait d’accord c’est très utile. Surtout, sur le site on voit TOUS LES RPPP depuis des années. C’est à dire que si un resto est rppp 5 années de suite, je le verrai sur sa page établissement. Et avec 5 rppp de suite je suis vraiment certain que c’est une adresse tip top !! par exemple wasabi en japonais, c’est un intouchable, tout le monde l’adore. Les notes données par les internautes sont aussi très bonnes, bref tout le monde est d’accord. Ca permet de trouver les adresses sûres de chez sûres

      @Julien Decerf
      « Mais il doit maintenant travailler sur les supports numériques. Et avec le plus grand des reculs on peut dire que le site et l’appli sont loin de pouvoir concurrencer des supports existants en services, style, ergo… »
      Le site internet, je pense que vous plaisantez. C’est une pure réussite, on est complimentés tous les jours pour ce site et je remercie iNook notre agence de design pour son travail là dessus. J’analyse beaucoup avec googleanalytics, je suis en ce moment même en cours de webmarketing, et je vous assure que notre site est très, mais alors très bien.
      Pour les applis c’est une autre histoire. Nous avons une application nulle, voire pire, à l’heure actuelle. Du coup nous travaillons dessus à 4, et c’est un projet très important pour nous. On le sait bien, vous avez raison de dire que notre appli est la meilleure pour rester paumé. Mais on a sorti voilà 1 mois un site mobile, donc d’ores et déjà la navigation mobile est très bonne. Pour l’appli, on travaille pour faire quelque chose de viable, ça prend du temps c’est évident !

      Bon j’arrête mon message est déjà trop long, mais ça me tient à coeur de vous répondre point par point ! 😀

      1. J’ai envie de dire « lol » a cette phrase :

        « Le site internet, je pense que vous plaisantez. C’est une pure réussite, on est complimentés tous les jours pour ce site et je remercie iNook notre agence de design pour son travail là dessus. J’analyse beaucoup avec googleanalytics, je suis en ce moment même en cours de webmarketing, et je vous assure que notre site est très, mais alors très bien. »

        J’aimerai connaitre les KPI pour décider que c’est une pure réussite 🙂 + de visites, + de conversions + de contacts + de commentaires ??… On a pas dit que c’était nul, on dit qu’il a du retard par rapport aux sites spécialisés sur le sujet.
        Maintenant, vous n’êtes pas des spécialistes du digital à l’EM Lyon, donc c’est logique. Et un tel site nécessite un travail sur plusieurs années avec des équipes stables pour être efficace. Donc le changement de promo chaque année ne facilite pas à la gestion d’un tel site.

        D’ailleurs (un autre commentaire en parle) vous devriez vous ouvrir a d’autres écoles, dont des spécialistes en web. Ca vous permettrait d’avoir de nouvelles compétences dans l’association, un nouveau regard et donc de donner un nouvel élan à ce bouquin.

      2. Dire que c’est une pure réussite manque sincèrement d’humilité et d’objectivité…
        Surtout que je suis très loin de l’avoir « descendu »… je crois avoir même fait des encouragements…

        – L’humilité est LA clé de réussite dans le digital pro. Et je vous conseille, après 9 ans dans ce milieu, de le prendre en compte rapidement ! Sans cela je ne vous garantie pas ni de la réussite dans vos projets ni dans votre job.
        Ce n’est pas en disant « C’est une pure réussite » que vous pourrez avoir les critiques nécessaires afin d’évoluer…

        – Il y a une différence entre ce que l’on vous dit en face et ce que peuvent dire les gens naturellement (cf tous les commentaires de cet article par exemple). En « cours de webmarketing » (vous êtes en « cours de webmarketing », et? Mes 9 ans d’expérience en webmarketing et UX ne me donnent pas plus de « vérité »), j’espère que l’on vous explique l’importance des commentaires des internautes sur le web et leur influence qu’ils peuvent avoir.

        – Si google analytics, ou bien même les stats analytics en général, pouvaient me faire dire « qu’un site est une pure réussite » ça serait tout simplement génial ! Un gain de temps! Des métiers comme « ergonome » qui ne servent plus à rien… Non sérieusement, ce n’est pas ça qui suffit à analyser un site

        Bref, encore une fois je ne « cassais » pas votre site. Bien au contraire. La critique est nécessaire… Du moins si vous voulez aller plus loin !

  15. Voici à mon sens les problèmes du site du Petit Paumé :
    La charte graphique : le style Mondrian c’est hyper casse-gueule et ça ne correspond pas trop à l’image du Petit Paumé. Je verrais bien un truc plus graphique à base d’illustration.
    La structure : Y’a trop de choses partout. Ca manque de structure. L’absence de trait, d’ombre ou de couleur de fond rend les choses encore plus compliqué. On ne sait pas quel contenu se raccroche à quoi.
    Le contenu : Je trouve que ce qui remonte sur la homepage n’est pas intéressant. Etes vous sûr que c’est le contenu que les gens viennent voir quand ils se rendent sur le site du petit paumé.
    Le ton : c’est chiant, il y a un gros décalage entre les critiques décalés et le reste (navigation, etc…) bien plan plan et très classique.
    Voilà ça fera 500€HT. J’envoie à qui la facture ^^

  16. Je rejoins la plupart des avis… J’ai utilisé le Petit Paumé lors de mon arrivée à Lyon, et puis les années suivantes, je l’ai laissé de côté…
    J’ai toujours eu un peu de mal avec le « ton » des critiques… (la première fois on fait « ha c’est rigolo, ça change de l’ordinaire », mais lorsqu’on l’ouvre pour vraiment chercher une info précise, on ne sait plus trop comment prendre toutes ces tournures de phrases étranges.)
    Du coup, j’ai voulu utiliser le site plusieurs fois, mais comme beaucoup, je ne le trouve pas pratique.
    Le système de recherche est… bizarre… Lorsque je tapais un mot ou nom de resto, je ne tombais pas forcément dessus, il fallait donc que je passe par tout un tas d’onglets de recherche pour finalement y arriver… (je ne suis pas du métier, et n’ai donc pas les mots adéquats, vous m’excuserez ^^)
    Lorsqu’on arrive sur la page d’accueil, je trouve tout ça très fouillis finalement.

    En tout cas, je ne fais pas l’impasse sur le travail que nécessite ce projet, chaque année (et là je sais un peu plus de quoi je parle ^^) et le renouvellement sur lequel doivent plancher les nouveaux participants. (et oui, pas facile de trouver sa patte, son style, et de ne pas simplement recopier la « promo » précédente…)
    Je ne sais pas comment se passe le partenariat entre l’assoc et l’école, mais ça serait génial si différents élèves de différentes écoles pouvaient se mêler sur ce projet… Ca apporterait peut-être beaucoup plus aux élèves eux-mêmes, et permettrait plus d’originalité dans la présentation, par exemple, du guide…

  17. I’m back! En me relisant mon commentaire était un peu brut de décoffrage. Alors pour étoffer, je trouve dommage que l’avis fasse micro-trottoir justement. J’avais eu le même sentiment sur l’article presqu’île, ça fait un peu « le blog ne se mouille pas, on met juste les avis de chaque rédacteur mais on ne prend pas trop de parti » et comme du coup ce que j’aime dans LCC ce sont les avis tranchés (même quand je ne suis pas d’accord), ça me manque un peu. Finalement dans ce cas précis je trouve que l’article donne un aperçu de type micro-trottoir mais qu’il n’est pas plus intéressant que les commentaires, au final. Ce n’est pas forcément gênant, c’est un parti-pris sympa de donner la parole aux lecteurs, mais du coup le style LCC (pour être précise : celui des articles coup de gueule de Qyrool) me manque… 🙂 Come back!!

    1. Merci pour ce retour Camille,
      Concernant mes articles coups de gueule : ils sont malheureusement de moins en moins facile à écrire.
      C’est con mais le fait que le site est un peu plus d’écho maintenant qu’il y a quelques mois me rend moins à l’aise avec ça.
      Je sais même pas si je serais capable, encore aujourd’hui de pondre ce gendre d’article ( https://lyon.citycrunch.fr/visite-chez-le-psy-juin-2008/)
      Cela étant c’est vrai qu’il manque un truc à ces pour ou contre. On pourrait ajouter une réponse définitive, 48H après par exemple… dans le cas du Petit Paumé, je pense que ce sera CONTRE !! Krr Krr
      Merci encore pour ce commentaire très constructif 🙂

    2. Ben ouai, mais apparemment, ça apporte pas mal de commentaires, ça discute, ça échange et c’est plutôt chouette aussi je trouve, non ?

      Après, si Pierre peut nous gratifier EN PLUS de quelques coups de gueule, ce serait effectivement fantastique !

      🙂

  18. Le Petit Paumé me pose tout de même un problème de fond qui remet en cause la confiance que je pourrais faire à ses recommandantions : l’absence de tables emblématiques.

    Pour illustrer mon propos et savoir si, toi qui me lis, tu es un familier de LyonCityCrunch, cherche le grand absent de cette liste des pizzerias lyonnaises http://www.petitpaume.com/restaurants/pizzeria (aide : si vraiment tu trouves pas, affine la recherche sur le septième arrondissement) (si t’as toujours pas trouvé, tu me fais beaucoup, beaucoup de peine)

    Comment est-il possible que la Lambretta n’apparaisse pas dans votre guide ? Dès lors, quelle confiance avoir dans ce qui apparaît manifestement comme une pré-sélection ?

  19. Bonjour à tous,

    Comme Geoffroy, je suis également un bénévole du Petit Paumé. Ce qui est bien c’est que les critiques sont constructives dans ce débat, et pour être honnête ça me plaît ! On sait qu’on n’est pas parfait (et encore heureux), on n’essaie pas de l’être car nous ne sommes pas des pros mais on essaie d’être au plus proche des attentes des lyonnais et de nos lecteurs.

    Je vous rejoins sur un point, le Petit Paumé était avant tout un guide papier, il l’est toujours (distribué à 300 000 exemplaires) mais à coté de ça on tente de se développer de plus en plus sur internet. Effectivement, on a changé notre site internet, il ne plaira pas forcément à tout le monde mais nous sommes là pour échanger avec vous (d’ailleurs, j’aime bien le style de l’article de Lyon CityCrunch qui m’a bien fait sourire ;)).
    @qyrool, tu parlais d’une page d’accueil un peu trop fouillie, on va la réajuster un petit peu dans les semaines qui arrvient avec quelques nouveautés qu’on espère assez sympas (présence d’une mascotte Petit Paumé, etc). On essaie de se renouveller et de proposer quelque chose de dynamique.

    Tiens d’ailleurs j’ai une petite question vu qu’on parle web, que pensez-vous objectivement du site mobile du PP avec la géolocalisation ?

  20. J’oubliais un petit truc, pour le ton des critiques et le manque d’infos dans le guide. C’est vrai qu’on a toujours un style décalé, potache, impertinent et humoristique mais cette année on a vraiment essayé de rajouter un max d’infos. J’aimerai bien avoir votre retour sur les critiques des restos dans l’édition de cette année, on a essayé de rajouter des noms de plats, des spécialités, des détails sur l’atmosphère, etc. Ce sont toujours des petites infos en plus 😉

  21. En parlant de site compliqué, j’en profite pour dire que plusieurs fois, j’ai galéré pour retrouver un récent article de Lyon CityCrunch (dont je ne pouvais pas retrouver la catégorie). Enfin, « galéré »… disons qu’il y a les « trois derniers tops 5 », mais une liste des derniers articles toutes catégories confondues me seraient bien utile… Enfin, c’est mon avis, et peut-être que j’ai mal cherché, aussi. 🙂

  22. Le meilleur du Petit Paumé, ça reste les soirées tous les ans à l’EM Lyon pour le renouvellement de l’assoce (constituée d’élèves) qui gère le guide !

    Plusieurs équipes se présentent (c’est une des assoces les plus actives de l’école) et ça donne lieu à des soirées mémorables ou alcool et cadeaux sont à profusion. Normal, pour montrer que l’équipe est bonne et se fasse élire, il faut qu’elle sache trouver des bons partenaires qui payent tout (je passe sur les rumeurs « éternelles » qui disent que c’est en échange de bonnes critiques dans le guide…).

    Pour avoir fair mes études de « l’autre côté de la rue » et avoir fait pas mal de soirées là bas, c’est certainement les meilleures (mais tout le monde ne peut pas y entrer !).

    Après pour le guide, il faut le prendre pour ce qu’il est :

    – rédigé par des étudiants de 20/22 ans qui font surtout dans l’humour potache et typé « grande école » (comprenne qui pourra).

    – thème différent chaque année qui font que les textes y sont adaptés en conséquence et en deviennent souvent abscons et sans valeur informationnelle

    – le « jeune » age des rédacteurs / « critiques » fait qu’ils ne sont pas toujours les mieux placés pour faire des critiques objectives particulièrement sur les restaurants

    – ça reste une bonne base pour « découvrir » des adresses, pour tout ce qui ne concerne pas la bouffe (bien que ça occupe près de la moitié du contenu).

  23. On aime ou on aime pas mais cela reste quand même une institution.
    Quand on voit le nombre de personnes présentes, sous la pluie, hier à la distribution Place Bellecour.

    A l’heure d’internet cela pourrait être un peu désuet mais l’idée est bonne, les avis même s’ils ne sont que d’étudiants en école de commerce valent ce qu’ils valent et souvent ils voient juste, et c’est sympa d’avoir toutes ces bonnes adresses dans un guide rapidement ouvert et consulté.

    Par contre la couverture à moustache de cette édition 2013 je ne suis vraiment pas fan .. Un peu fadasse ;. mais goûts et couleurs !!

    Longue vie à LyonCityCrunch et au au Petit Paumé.

    François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*