Voici maintenant 4 jours que notre semaine Bienvenue à Lyon est lancée. Nous vous avons donné quelques conseils pour votre arrivée, indiqué des repères visuels pour vous repérer et listé les quartiers où il fait bon vivre. Vous avez toutes les clés en main pour réussir votre installation dans la Capitale des Gaules.

Aujourd’hui, nous avons décidé des vous lister les 10 choses que tous Lyonnais se doit d’avoir fait au moins une fois pour se considérer comme tel.

Cette liste a été élaborée par la totalité des auteurs de ce web-magazine. Elle est donc totalement subjective.

Les 10 choses à avoir faites pour être un vrai Lyonnais :

  1. Aller à la pointe de la Confluence là ou se rencontre la Saône et le Rhône
  2. Avoir fini une soirée à 6 du matin à admirer le lever du soleil sur la ville depuis la Basilique de Fourvière
  3. Etre allé manger à la Brasserie Georges
  4. Etre allé au moins une fois au Stade de Gerland
  5. Avoir déjà bu de la bière sur les Berges du Rhone (Han c’est formellement interdit !)
  6. Avoir roulé plusieurs kilometres avec un Vélo’v pourri car il y en avait pas d’autre de dispo.
  7. Avoir dit « Je vais y faire » sans se rendre compte de la monstruosité grammaticale
  8. Etre allé déguster des huitres aux Halles
  9. Avoir assisté à un concert à Fourvière (et avoir bien pris la pluie)
  10. Avoir couru après un métro qui fermait ses portes et l’avoir eu

Vous n’avez pas fait plus de la moitié des choses ?Essayez plutôt le test suivant :

Les 10 choses qui prouvent que vous êtes encore un touriste :

  1. Vous dites rue de la République (en entier !)
  2. Vous confondez la Saône et le Rhône (Ah bon y’a 2 rivières ?!)
  3. Vous regardez encore le plan des boutiques quand vous êtes dans le Centre Commercial de la Part-Dieu
  4. Vous restez à gauche dans les escalators
  5. Vous vous mettez du mauvais coté de la rame pour sortir du métro à Bellecour (Attention : ouverture des portes à droite dans le sens de la circulation)
  6. Vous continuez à aller manger rue Mercière… et vous trouvez ça bon !
  7. Vous dites Vélib ou lieu de Vélov
  8. Vous dites Croix Rouge au lieu de Croix Rousse
  9. Vous être resté coincé dans les toilettes du bar-péniche La Passagère
  10. Vous avez couru après un métro qui fermait ses portes et vous l’avez raté !

Alors vous avez fait un bon résultat. Comptez vos points de lyonnitudes et soustrayez vos points de touristitudes, si le compte n’est pas négatif vous êtes déjà sur la bonne voie !

Crédit Photo : www.b-rob.com

71 commentaires

  1. Nous ne savons pas si c’est franchement un gage d’être lyonnais mais ce WE se tient Vogue la Galère une vraie fête foraine comme on en voit plus et c’est dans le magnifique Parc Chazière au 61 de la rue du même nom.

    Allez, venez nous voir !!

  2. ah ben 10/10 au premier of course (lyonnaise de souche pendant 26 ans) et mettre des y partout, c’est très bien ! 😀 on pourrait dire aussi les « eu » très accentués et les « ai » très pointu « un cahiait au lieu d’un cahier par ex) qui me paraissent totalement normaux 😀

  3. Mouais, pour le Metro ça n a rien d’évident.
    J’y aurais plus vu un truc style « ça t énerve que les parisiens te traitent de provincial ». 😉

    1. « J’y aurais » 🙂
      J’ai eu pensé en arrivant ici l’an dernier que ces conjuguaisons extra-ordinaires étaient un vestige du passé, un peu comme l’accent du titi parisien. En fait, non, les « y » et « eu + verbe » perdurent. 🙂

  4. Moi j’aurais bien ajouté dans les 10 trucs à faire pour être lyonnais « se faire un machon dans un vrai bouchon de Lyon » et là ça tient de la quête et du bon moment ^^
    Justement petit quizz c’est quand qu’on fait un machon : matin après-m ou soir ?

  5. Pour le métro Bellecour, « ouverture A GAUCHE dans le sens de la circulation » sinon, ça veut rien dire !…

    Bordel, ça m’donne envie d’manger du sauc’ tout ça !… J’vais m’y atteler immédiatement !

      1. A droite, c’est vrai vu que le métro route à gauche et le quai à Bellecour est entre les deux rames !… Non d’un graton, ça fait bien longtemps que je n’ai plus pris le métro.

  6. En tant que stéphanoise exilée à Lyon, je dirais qu’on est un vrai lyonnais quand on dit du mal des stéphanois …. et pas seulement pour le foot …
    ;-P

  7. Euh… Le vrais lyonnais à 6h du matin il a la flemme de monter à Fourvière!!! Et le stade de Gerland on aurait pu éviter… Y’a pleins de lyonnais qui détestent le foot!!

    1. Y en a qui n’aiment pas les huîtres ! Mais je te rejoins quand tu dis qu’on monte pas à Fourvière à 6h du mat (en revanche c’est le premier endroit où on emmène les gens à qui on fait visiter la ville).

    2. Ouais. Moi j’y aimeuh pas le footeuh et pourtant j’y eu été allé au stadeuh.
      Je crois que j’ai carton plein côté grammaire et orthographe.
      Et sérieusement, de temps en temps l’été aller à un concert au stage c’est bien. Pour ma part c’était Genesis…
      Et pour la question 10 aux deux tests, il y a aussi l’option : « vous êtez zen, intelligent et vous partez en avance, vous n’avez pas couru après le métro et le temps que vous arriviez sur le quai le suivant était là… »
      Marianne

  8. Etre Lyonnais c’est gastronomique : les grattons, la cervelle de Canut, le sauc’ et le sauc’ à cuire (pistaché, truffé ou nature), l’andouillette, la salade lyonnaise, le Jésus, les quenelles, le tablier de sapeur, le pot de Beaujolais ou le pot de Côtes, le pâté croute, les bugnes, la brioche St Genix (pas d’ici mais on en trouve pas de partout), la tarte aux pralines, le saucisson brioché, le museau à la Lyonnaise, la poitrine roulée, les cardons (en gratin avec la moelle), le fromage blanc en faisselle à la crème, le 1/2 St Marcellin de la Mère Richard, les coussins, les papillotes et j’en passe… De plus quand on parle de chipolatas ici, on dit des godiveaux, quand on achète un pain de 400g, on dit une flûte !…

    1. Eh Nicolas !!!! la cervelle de Canut à manger avec le Sauc’ à cuire pistaché ou non !!!!!Et le gateau de foies avec la sauce tomate et les quenelles . A plus , j’ai aussi fait les tests , je suis à moitié Lyonnaise

  9. @Nicolas: j’ai trouvé super sympa de se balader dans Luon et de passer dans des endroits insolites. Mais il y avait beaucoup trop de monde et certains points de l’organisation à revoir : presqu’1h d’attente à Saint Just, des endroits dangereux pour les piétons (ex escaliers) sans bénévole pour faire la sécurité et empêcher les gris cons de doubler par la partie piétonne, un premier ravito scandaleux (du chocolat, des tucs et de l’eau), etc… Mais dans l’ensemble, c’est sympa, je pense que tout le monde devrait essayer au moins une fois

    1. Je suis d’accord avec toi : trop de monde, c’est emmerdant dans les passages étroits mais c’est signe de succès de la manifestation. En revanche, l’organisation est très légère pour le prix (ravitaillement au cola « Top Budget » etc…)

  10. Etre Lyonnais c’est linguistique : J’vais faire le tour de quelques lyonnaiserie. A Lyon on met des y de partout mais surtout pour remplacer le pronom « le », « la ». Je me souviens du regard ahuri d’une amie fraichement débarquée de Paris qui a entendu un père dire à son fils dans un magasin « Si t’y prends, t’y manges… ». Dans le parler lyonnais, le pronom reste après le verbe. « Ne me ressers pas » devient « Ressers-moi pas » !

    Il parait aussi qu’on a un accent, mais moi je trouve qu’il est normal de dire un pôrtefêêêûûille, un jeûûûne ou dire qu’on va à Brindââ ou qu’on est de Vô-en-V’lin !…

    A toutes ces subtilités grammaticales s’ajoute un vocabulaire dont je vais faire une liste non-exhaustive :
    – auto-tamponnantes deviennent à Lyon les auto-tamponneuses.
    – Un bistanclaque n’a pas d’équivalent français puisqu’il s’agit du bruit que fait un métier à tisser.
    – un bocon signifie un virus, une maladie « mon gone (sans accent circonflexe sur le « o ») a attrapé le bocon ».
    – un bouchon est évidemment un restaurant typiquement lyonnais.
    – une bugne est le beignet qu’on fait pour Mardi Gras.
    – embugner : avoir un accident.
    – la caboche : la tête.
    – être à crapotons : être accroupi.
    – le cagnard : le soleil.
    – un canon : un verre à boire, un coup.
    – un canut et sa canuse : un tisseur de soie lyonnais et sa femme.
    – une carotte rouge : une betterave. Les carottes (normales) sont aussi appelées « racines » à Lyon.
    – un cuchon : un tas.
    – le dégraissage : le pressing.
    – une dent-de-lion/un baraban : un pissenlit (très bon en salade).
    – débarouler : descendre rapidement « débraouler les pentes de la Croix-Rousse ».
    – les équevilles : les ordures.
    – s’en voir : avoir du mal à faire quelques chose.
    – une fenotte : une femme.
    – la ficelle : le funiculaire lyonnaise.
    – une gâche : une place, de parking ou pour le travail « une gâche dans une boite ».
    – un gadin : un caillou ou une chute « prendre un gadin ».
    – un ganais : un idiot.
    – un gone : un enfant.
    – une guenille : un vêtement (souvent sale ou déchiré). Ca désigne un enfant pas sage ou encore une personne peu fréquentable.
    – un mâchon : notre brunch (mais avec de la cochonaille et du Côtes).
    – un miron : un chat.
    – un pélo : un mec, un gars. A Lyon, ce n’est pas péjoratif, « le pélo de ma soeur » désigne mon beau-frère.
    – péter la miaille : embrasser, faire la bise.
    – prendre du souci : s’en aller, prendre congé.
    – quand : en même temps que, « j’y vais quand vous ».
    – une traboule : passage à travers des cours d’immeubles qui permet de se rendre d’une rue à l’autre.
    – la vogue : la fête foraine.
    – c’est quelle heure : quelle heure est-il ?

    1. je ne voudrais pas lancer la polémique sur les accents et expression mais es-tu bien sur que tout ce que tu mentionnes dans ton message soit lyonnais ?
      Pour la gache, le machon je te l’accorde mais pour gadin, auto-tamponneuse, pelo, caboche pas certaine que ce le soit.. Ou peut-être que je suis en train de devenir une vrai lyonnaise (OMG)
      bon allez j’arrêter de Roumeguer !

      1. Tu as peut être raison. Je les ai trouvés dans un guide du parler lyonnais et étant moi-même lyonnais et les connaissant, j’ai été d’accord avec le fait qu’ils venaient du parler lyonnais.

        Pour le pélo, il existe ailleurs mais avec une connotation plus péjorative : simplet, voire paysan, cul terreux !…

  11. J’ajouterai
    – un cani : un bar, un bistrot
    – être cafi de : avoir beaucoup de « ce gone est cafi de jouets ».
    – en avoir tout le tour du ventre : un peu le même sens que ci-dessus, en avoir beaucoup « des papier à classer, j’en ai tout le tour du ventre ».
    – ne pas toucher terre : être débordé.

      1. Ok, à la limite, mais à ce moment là vous me rajoutez le Nardone dans la liste, sinon je pose une bombe dans ce thread !

        (vous pouvez supprimer le commentaire en dessous, fausse manip’ !)

        1. Au regard de mon pedigree (tant mon lieu de naissance que mon temps de vie dans la ville), je peux me considérer comme lyonnaise… Pourtant je n’ai jamais mis un pied à la Brasserie Georges, sans que ça remette en question ma lyonnitude!!

    1. Attends on aurait pu dire manger des Huitres sur le marché de la X-Rousses… ça c’est bobos level 23 🙂

      Quant à Nardone, je le mettrais plutot dans la rubrique Touristes.
      Tu as mangé une glace quelconque à 15euros.

  12. Moi je ne trouve pas que les 10 trucs à faire soient HYPER REPRÉSENTATIFS… au contraire… C’est hyper touristique de diner à la brasserie George et d’aller à Fourvière (quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit). En revanche vous ne parlez pas des pentes de la croix rousse qui est d’après moi le quartier le plus représentatif des vrais lyonnais (les appartements des canuts, ça vous parle ?) :), vous ne parlez pas de la ficelle, des bugnes, des tabliers de sapeur, des bouchons tout ça tout ça. Parce que franchement, berges + stade + vélo’v + métro, il y a ça dans beaucoup de villes…

    1. Les 10 trucs sont bien sûr subjectifs et il est bien normal que tout le monde ne soit par d’accord.
      Quand à la X-Rousse, je ne pense pas qu’elle représente les vrais Lyonnais. Les Canuts étaient des ouvriers et la X-Rousses n’a plus rien d’ouvrier. C’est plutôt un gros quartier de bobos… Il y a ça dans beaucoup de villes…

  13. Bonjour,

    Je m’appelle Julie Province et je fais partie de l’équipe du Salon PROVEMPLOI, le Salon pour vivre et travailler en Province.
    Nous venons de publier un article intéressant sur Lyon, je vous invite à vous rendre sur notre nouveau site internet:

    http://www.provemploi.fr/actualites/5-raisons-de-sinstaller-a-lyon/

    Sur le site, nous disposons également d’un guide des régions avec des fiches conseil sur chaque région/département et ville. Je vous propose de consulter la fiche conseil sur Lyon :

    http://www.provemploi.fr/guide/sud-est/vivre-a-lyon-sommaire/

    J’espère que ces informations vous seront utiles… 🙂

    Cordialement,
    Julie

    1. Un genre de salon pour l’expat, quoi 🙂

      Et sans dec, tu t’appelles vraiment Province ? Ah le nombre de jeux de mots que tu dois te taper, je te plains … 🙂

  14. Cette pseudo-ville n’est qu’un carrefour routier et ferroviaire sans intérêt. L’agglomération s’est développée sans aucune harmonie et la recherche de l’absurde ou du « moche » a systématiquement guidé les architectes et autres bâtisseurs dans leur travail.

    Il n’y a aucun lion à Lyon, à part le neurasthénique au Parc de la Tête d’Or, et on ne trouve pas Lyon dans un lion, ce qui prouve l’efficacité des systèmes de prévention depuis Sainte Blandine.

    Même Godzilla n’a jamais daigné détruire cette ville. Malgré ce manque d’intérêt de la part du gros lézard, si les gens n’aiment pas Lyon c’est parce que même les lyonnais qui ont élevé la modestie, le bon goût et la retenue au rang de religion, méprisent leur ville et reconnaissent volontiers que tant qu’à faire mieux vaut aller à Marseille qu’à Lyon. Une ville sauvée de la désertification par les parisiens.

    1. Mieux vaut aller à Marseille ?
      Avec son métro et demi, sa vie nocturne palpitante si on aime rien d’autre que le foot, sa qualité de vie tellement extraordinaire qu’elle se retrouve perpétuellement dans le bas de tous les classements de ville où il fait bon vivre…

  15. Bonjour

    Vos listes sont bien pensées ..! 🙂

    J’aurais rajouter avoir visité les traboules pour se sentir un vrai lyonnais… parce que bon, hein, tout le monde n’en n’a pas dans sa ville…

    A plus !

  16. Dans les 8 commandements de LCC, j’avais cru lire : « Les fautes d’orthographe, tu éviteras ».

    … »là ou se rencontre la Saône et le Rhône ». Aïe aïe aïe… Deux fautes (des belles) dès la première phrase, c’est du lourd !

    Allez, encore un petit effort….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*