Vous avez peut-être encore les oreilles qui bourdonnent après ce long week-end de musiques électroniques des Nuits Sonores, mais avec le brunch de la Food & Shoot Party de dimanche, vous avez sûrement repris un peu des forces. J’espère en tout cas, car il ne faut pas se laisser abattre. Les concerts, il y a en aura encore pas mal ce mois-ci à Lyon.

S’il n’y avait qu’un seul concert çà retenir en juin, ce serait celui de Gonzales, mais c’était dimanche soir et c’était vraiment excellent. Dommage, hein ? Je ne vous parlerais pas non plus de AaRON ou d’Agnès Obel aux Nuits de Fourvière vu que c’est déjà complet depuis belle lurette. Mais j’en profite pour vous donner un conseil d’ami : n’attendez pas trop pour réserver les spectacles qui sont encore disponibles (Notamment Cocoon + Junip, Beirut + Moriarty, Yael Naim + Angus et Julia Stone + Alina Orlova, Two door cinema club + The Do + King Charles, etc…), vous risqueriez de le regretter.

Voici donc mon top 5 des concerts à ne pas rater en juin à Lyon.

Erik Truffaz Quartet et Yom and the Wonder Rabbis, le vendredi 10 juin à Francheville, dans le cadre du festival Fort en Jazz

Le trompettiste suisse de nu-jazz Erik Truffaz revient à Fort en Jazz avec un nouvel album remarqué qui mélange de plus en plus de genres : jazz, pop, funk, musique du monde, etc…

L’autre partie du concert sera assurée par Yom, jeune clarinettiste qui dépoussière la musique klezmer (la musique juive que joue par exemple Woody Allen) en y intégrant avec justesse de la musique électronique et des sonorités actuelles. Surprenant sur le papier, mais ça fonctionne très bien et son dernier album est une pépite (et la pochette façon super héro est terrible !). Je sens que vous êtes sceptiques… :-)

Je vous invite à jeter également un œil au reste du festival Fort en Jazz, car il y a plein d’autres choses intéressantes.

Chapelier fou, jeudi 16 juin au square de la Doua à Villeurbanne, dans le cadre du festival Les Invites

Laissez ce jeune prodige de la bidouille électronique vous emporter dans son univers onirique peuplé de violons, de boucles effrénées et de samples délicats. Ce n’est pas pour rien si La Villa Gillet l’avait invité l’année dernière pour accompagner une lecture d’Alice au Pays des Merveilles pendant les Assises Internationales du Roman. Plus d’infos sur son site.

Encore une fois, je vous invite à jeter un œil au reste de la programmation des Invites, le festival pas pareil, autant pour les concerts (Staff Benda Bilili, Têtes Raides, Quadricolor, The Ex, True Live, etc..) que pour la partie spectacle de rue (création Komplex Kapharnaum meets High-Tone, par exemple). Et en plus c’est tout gratuit.

Wu-Tang Clan, le vendredi 17 juin au Transbordeur

On revient à du un peu plus classique au Transbordeur avec les poids lourds du hip-hop new yorkais que sont le Wu Tang Clan. Perso vous ne m’y verrez pas, mais je sais qu’ils sont plutôt bons dans leur style et que ça plait à beaucoup .

The pains of being pure at heart, le vendredi 24 juin au Sonic

Encore des new-yorkais (Brooklyn pour être précis) mais ceux-là font du rock. Leur album éponyme figurait en bonne place à Noël sur les listes de Pitchfork, The New York Times, ou encore le New Musical Express. Plutôt bon signe, non ? C’est à coup sûr un concert à ne vraiment pas rater !

Crocodiles, le samedi 2 juillet encore au Sonic

(ok c’est en juillet, mais je ne pourrais pas le mettre dans le top 5 de juillet, vu qu’il ne sera publié que le 3…)

On reste dans le rock mais on part à l’autre bout des Etats-Unis direction San Diego. Ces deux anciens musiciens de hardcore (Some Girls, et The Plot to blow up the Eiffel Tower (Rhooo, c’est pas sympa, ça…) ) ont décidé de se calmer (un peu) et de revenir à du pop-rock-noise plutôt sympa.

Pas de gros noms ce mois-ci (à part Wu-Tang Clan), mais de grands artistes, croyez-moi. De plus, cette sélection étant, comme d’habitude, très limitée et totalement subjective, n’hésitez pas à en rajouter dans les commentaires.