Bon, je sais, le mois de mai est déjà bien entamé, mais c’est la faute à tous ces ponts, aussi ! Et à Lyon, en mai, on est plutôt gâtés côté musique, parce que ça veut dire que c’est bientôt les Nuits Sonores (on y revient bientôt, et vous avez tous réservé votre dimanche pour Ceci n’est pas un Brunch, j’espère ?) et qu’ensuite, on sera très vite aux Nuits de Fourvière (on y reviendra aussi rapidement).

Mais en attendant, voici une petite sélection de concerts à ne pas manquer pour mai (et juin, car on y sera vite).

Vendredi 11 mai : Revolver au Ninkasi Kao

Après Music for a while, leur premier album américain reconnu par le public et la critique (avec notamment Get around town), le trio de pop-rock 60s parisien Revolver revient au Ninkasi présenter son nouvel album, Let go. Plus d’infos sur leur site.

 Vendredi 25 mai : Staff Benda Bilili au Centre Culturel Théo Argence de Saint Priest

Ce nom barbare vous dit peut-être quelque chose, car ils sont passés l’année dernière aux Invites de Villeurbanne et ils ont fait sensation. Ce groupe originaire de Kinshasa en République Démocratique du Congo est majoritairement composé d’handicapés atteint de la poliomyélite. S’ils font de la musique depuis 2005 (mélange de rumba congolaise, de musique cubaine, de funk, etc…), c’est à la faveur d’un long métrage présenté à Cannes en 2010 qui ont été découverts en Europe.

D’ailleurs, le film sera présenté la veille, jeudi 24 mai, au cinéma Le Scénario de Saint Priest. Infos et réservation pour le film ou le concert ici.

 

Mardi 29 mai : Death Cab for Cutie à l’Epicerie Moderne

Le groupe de pop mélodique Death Cab for Cutie est un pur produit du 20ème siècle : fréquents changements dans la composition du groupe, morceaux sortis d’abord en numérique que les fans sont incités à télécharger sur internet, clips formatés pour iPod, morceaux présents sur les BO de nombreux films et séries (Six Feet Under, Serial Noceurs, Les Experts, How I Met Your Mother, Californication, etc..)… C’est un véritable événement de les voir à Lyon, alors ne les manquez sous aucun prétexte. Plus d’infos sur leur site.

 

Mercedi 30 mai : Shellac + Dirty Three à l’Epicerie Moderne

Shellac, c’est le groupe de Steve Albini, producteur de plus d’un milliers d’albums (Pixies, Nirvana, PJ Harvey, The Stooges, Dionysos, etc..). Mais ici, il est plutôt question de rock minimaliste, voire noise. Plus d’infos sur leur Myspace.

Noise également, mais plus tourné vers le post rock, le violoniste de Nick Cave a créé Dirty Three avec le batteur de Cat Power et un troisième compatriote australien. Des mélodies mélancoliques envoutantes qui vous prennent véritablement aux tripes. Ceux qui les avaient entendu en première partie de Vic Chesnutt il y a 4 ans à l’Epicerie Moderne doivent encore s’en souvenir (prévoyez les bouchons d’oreilles). Plus d’infos sur le site de leur label.

(désolé pour la qualité de la vidéo, j’ai rien trouvé de mieux)

Vendredi 8 juin : Bernhoft à Fort en jazz à Francheville

Le festival Fort en Jazz de Francheville est injustement méconnu, éclipsé par son grand frère géant isérois quelques semaines plus tard. Pourtant, il regorge de pépites. Dans le programme de cette année, ne manquez pas Bernhoft. Personnellement, j’aurais plutôt classé le hypster norvégien multi instrumentiste dans la catégorie pop-folk, un peu à l’intstar d’un Fink, mais les programmateurs de jazz sont souvent plus ouverts qu’il n’y parait.

Plus d’infos sur Bernhoft sur son site et programme complet du festival (du 1er au 17 juin) sur le site de la mairie de Francheville.

 (crédits photo : Danny Clinch, sur le site www.deathcabforcutie.com )

Comme d’habitude, ceci est une sélection subjective et limitée, n’hésitez pas à donner vos coups de cœur dans les commentaires.