Loin de moi l’idée de me faire passer pour une critique BD (déjà que des fois je me prends pour une critique bouffe).
Mais bon…

J’ai trouvé un moyen de lire des bd gratos !

J’ai demandé à Nico, co-bosse de la librairie BD Expérience si je ne pouvais pas venir lui piquer de temps à autres quelques bandes dessinées, de préférence d’auteurs Lyonnais. Il me conseille, on en discute, je les dévore pendant mes weekends (mon investissement est sans limite) et si ça me plait, je vous en parle sur le blog.

Et puis après, je les lui rends bien sûr.
Bien sûr.
Vous retrouverez ma sélection BD en fin d’article, mais pour commencer :

Rencontre avec l’auteure Anouk Ricard

Ce mois-ci, pour la sortie de Faits divers 2, j’ai rencontré Anouk Ricard, star incontestée de l’humour absurde, dont je suis une grande fan.

Anouk Ricard est super drôle. Son style naïf aux traits enfantins et aux aplats colorés, se décline à base de chiens concons et de monsieurs moustachus bedonnants.
On peut croiser dans ses BD un canard benêt, un chien moralisateur (Pipo et Cano), un inspecteur à côté de la plaque (commissaire Toumi), et se retrouver dans l’ambiance sordide d’une entreprise de fabrication de coucous (Coucous Bouzon). Le traité est décalé, les expressions bêtes, les phrases crues. Bref, ça donne un ensemble parfois…  gênant. Vous voyez, le genre d’instant malsain où on croit ouvrir un livre jeunesse et où on tombe sur une histoire de fesses bien salace. C’est l’idée et ça marche.

La stupidité des personnages anthropomorphes n’empêche pas Anouk d’avoir une vision intelligente de l’actualité, comme dans les interventions des ses Experts sur le site du Monde (le Tome 2 des Experts sort d’ailleurs très bientôt en librairie).

Anouk Ricard, pour lemonde.fr

L’interview

Coucou Anouk, c’est quoi ton fait divers préféré ?
Mon préféré, c’est la mauvaise mère avec pour titre “Elle piratait l’ordinateur de l’école de ses enfants pour changer leurs notes”.

Il parle de quoi ton album ?
L’album “Fait divers” est une série de strips créés pour l’émission « Personne ne bouge sur Arte ». L’exercice consiste à s’inspirer de vrais titres de faits divers sortis dans la presse, tel que “Brad et Angelina iront-il au mariage de George ?” ou “Les anglais préfèrent écouter ABBA plutôt que de faire l’amour”, ou “il tue son beau père avec son slip”. Celui-là, il est drôle.
La nouveauté dans ce tome 2, c’est que j’ai rajouté des images uniques, que j’ai fais à la gouache et au stylo Bic.

Comment arrives-tu à trouver une fin drôle à tes histoires ?
C’est ça le plus dur. Des fois je commence une histoire et je ne sais pas la chute. Je me creuse la tête jusqu’à ce que j’en trouve une, drôle.
Et des fois, ça marche pas.

Anouk Ricard pour ARTE

Tu voulais faire quoi quand tu étais petite ?
Je voulais être peintre. Je savais même pas que ça existait illustrateur comme métier. J’ai découvert ce métier aux Art Déco de Strasbourg.

Pourquoi tu es venue à Lyon ?
J’hésitais entre Paris et Marseille. Je voulais une grande ville, mais Paris c’est trop cher, et Marseille j’y ai déjà vécu. Donc… Lyon
J’aime cette ville, mais il y fait trop froid pour quelqu’un du Sud.

C’est qui les auteurs que tu vénères ?
Goossens
et Pierre La Police. Ce sont les auteurs BD qui me font le plus rire. Dans les jeunes auteurs, il y a Simon Hanselmann, Antoine Marchalot que j’adore, Lucie Durbiano qui est une copine. Je suis fan de son travail. Il y en a plein d’autres, c’est dur de devoir choisir.

Ton bar Lyonnais préféré ?
C’est ici même, le Bar des Oliviers autant pour le midi qu’à l’apéro le soir. J’aime bien ce lieu, pour son côté populaire, pas bobo et parce que les patrons sont sympas.

Ta Salle de concert Lyonnaise préférée ?
Le Périscope, avec sa programmation de musique expérimentale

Une galerie Lyonnaise  ?
J’aime bien le Bocal. Ce sont des copains. C’est un atelier d’illustrateurs et de graphistes, et parfois ils font des expos.
La dernière expo que j’ai faite, c’est la semaine dernière à la Lutine, rue Montesquieu près de la place Saint Louis. Ils avaient organisé une soirée pour le vernissage de l’expo de Tanx, avec des cocktails à 1,5€, des sandwichs vegan à prix libre, dans une ambiance bien Punk. (NDLA : L’expo reste visible tous les samedis à partir de 14h). 


Ma sélection BD d’Automne

ATTENTION ! GROS COUP DE CŒUR :
La Saga de Grimr de Jeremie moreau au éditions Delcours

On commence par du lourd, pas très rigolo, mais tellement beau. C’est l’histoire d’un orphelin dans un décor Islandais volcanique pendant l’occupation Danoise. Voilà, ça te pose le décors.

Pourquoi j’ai adoré :
C’est un très beau conte, avec juste ce qu’il faut de magie et des personnages vrais aux facettes multiples. L’action (et il y en a) nous transporte dans un décor grandiose de terres inhospitalières. On a chaud, on a froid, et on a peur. C’est un livre sensuel porté par un traité visuel incroyablement beau. Chaque planche est une peinture expressionniste puissante, presque abstraite.
Franchement, j’ai été bouleversée par ce roman.


Dialogue de Karibou au éditions Delcours
Dialogue, ce sont des scénettes mettant en scène des personnages mythologiques ou historiques (comme Zeus, Jules César, Robin des Bois, Van Gogh, Karl Marx…) dans des situations loufoques. C’est complètement absurde, plein de quiproquos et VRAIMENT drôle. Le dessin très épuré et le découpage créent un rythme super efficace.
En gros, c’est hilarant.


Les cartes de Désaveux de Sandrine Deloffre aux éditions Lapin
Alors, ok, ce livre n’est pas du tout une BD. D’ailleurs, ce n’est pas non plus un livre, mais une série de cartes postales destinées uniquement aux gens que vous n’aimez pas. Ou alors à des amis qui comprennent bien le second degrés. Les punchlines sont drôles et sont associées aux jolies aquarelles de Sandrine Deloffre.
Ça donne un bel objet bien décalé avec plein de nouvelles insultes à garder en tête.


Voilà ! C’était ma sélection du trimestre. Rendez-vous avant Noël pour la prochaine.

Mille milliards de merci à la Librairie Expérience et à Anouk Ricard