Vous êtes encore là ?

Lyon69 est peut-être en vacances, mais le Fil Rouge Nuit de Fourvière continue jusqu’à la fin du mois avec Sting cette semaine et Bryan Ferry la suivante.

Sting était donc de passage dans l’écrin du théâtre antique de Fourvière jeudi dernier dans une combinaison plutôt inhabituelle puisqu’accompagné d’un orchestre symphonique.

Pour être honnête avec vous, je n’avais pas trop envie d’aller à se concert. J’étais refroidi par ce concept éculé consistant pour un artiste n’ayant plus grand chose à prouver de se produire avec un orchestre. La météo ne semblait pas vouloir y mettre du sien. Et puis surtout, je voulais garder intact le souvenir de ce concert de l’apocalypse que l’ex-leader de The Police avait tenu au même endroit en 2006 dans des conditions dignes de la fin du monde.

Et pourtant…

Grand bien m’a pris de ramasser ma motivation et de me hisser jusqu’à la colline de Fourvière. J’ai assisté à un sublime show de plus de 2h mêlant énergie et émotion, dans un théâtre archi bondé. Sting accompagné de ses musiciens et d’un impressionnant orchestre de plus de 40 personnes ont livré une prestation d’une grande intensité.

Durant ce live, Sting et Sarah Hicks (chef d’orchestre) ont eu la bonne idée d’utiliser l’orchestre avec subtilité: discret sur quelques morceaux, catalyseur sur d’autre. Certaines chansons en sont même sortie transfigurées comme cette fantasmagorique version de Moon over Bourbon tout droit sortie d’un vieux film de vampire .

Bien sûr les nombreux tubes de Sting et de The Police ne sont pas en reste et emportent le public notamment un Roxane très bossa et un Message in a Bottle en solo en guise de final.
Sur cette dernière chanson, les gouttes de pluie commencent à tomber sur la foule surexcitée, comme un rappel du concert de 2006. Un joli clin d’oeil pour conclure une soirée plus que magique.

Et cette semaine aux Nuits :

Les prochains jours seront placés sous le signe des légendes avec Bryan Ferry, Lou Reed et Paolo Conte. Vendredi laissera la place à la référence R’n B aux Usa : Erykah Badu. Son dernier album sortie en 2010 a été un véritable bol d’air frais pour ce style musical en voie de perdition (commerciale).

Et la semaine dernière ?

C’était dimanche dernier, c’était énorme. C’était le Breakdance Battle et ça donnait ça en vidéo :

BATTLE DES NUITS par NuitsdeFourviere