Hier à Lyon, il y avait ceux qui avaient choisi d’être au bord d’une piscine sans eau (All Day Long à la Piscine du Rhône) et ceux qui avaient opté pour une piscine plein à raz bord (L’Extra Je Peux Pas j’ai Piscine, sur le toit d’un bâtiment à la Confluence.

Une bonne partie de la team de Lyon69 avait opté pour la deuxième option. Et l’après-midi s’est montré à la hauteur du concept à savoir faire la fête les pieds dans l’eau et une bière à la main dans le ciel de Lyon.

Extra !

Chaude ambiance, éclaboussures, maillots, tongs, la grosse centaine de personnes qui étaient arrivées suffisamment tôt ou avaient eue la patience de résister à une queue de plus d’une heure pour pouvoir entrer semblait avoir le smile. Une vraie pool party comme on aimerait en voir plus sur Lyon (Clin d’oeil insistant aux organisateurs.)

Fin d’après midi. Scissions dans la team. Tandis que certains courent à la visite privée du nouvel Apple Store de Lyon, on file au Docks 40 pour interviewer Agoria qui mixera quelques heures plus tard au Marché Gare. (On vous reparle d’ailleurs très vite de cette rencontre dans un prochain article).

Apéro Sonores

20h. Tout Lyon semble s’être donné RDV au « Soul » Passage Thiaffait. Alors que l’année dernière on arrivait encore à esquisser quelques mouvement de danse, on ne peut cette fois qu’à peine lever les bras. Malgré la foule, l’ambiance reste très détendue et le lieu ne désemplit pas avant les dernières goods vibes balancées par le sound system.

Le temps de reprendre nos esprits et d’engloutir une pizza il est déjà minuit et grand temps de se rendre au Marché Gare pour la Nuit 3.

Nuit 3

On arrive au début du live de Caribou. Le son à peine balancé, on a l’impression de revivre les premières minutes du live de Battles, deux soirs plus tôt : sonorisation hasardeuse, coordination laborieuse et public un peu moumou. En fait le gros problème de cette scène 1 est la différence de perception des sons d’un endroit à l’autre. Catastrophique en bordure de batiment, plutôt très bonne en son centre exact. Du coup tel un Sheldon Couper de la série Big Bang Theory recherchant la place idéale dans un cinéma, nous déambulons dans la foule à la recherche de l’emplacement parfait. Alors qu’on trouve ce graal sonore, Caribou semble enfin donner l’énergie qui ont fait leur réputation en live. La foule s’enflamme au première note de Sun.

Fin de set. Petit tour au bar pro et coucou à notre photographe officiel préféré, tandis qu’Assassins envoi du très très lourd sur la scène 3.

Quelques bières plus tard, on passe voir ce qu’il se passe sur les autres scènes. Alors que DJ Medhi, Brodinski et Busy P élèvent encore un peu plus la température de la scène 3 avec un set efficace quoique parfois un peu brouillon. Nina Kravitz semble se faire chier grave (et le public aussi) scène 4.

2h00. La scène 1 commence à absorber toute la foule du marché gare tel une grosse éponge se gorgeant d’eau. Le live d’Agoria va commencer. On suit le mouvement et on se laisse doucement envahir par la transe collective. Agoria est un vrai chirurgien, c’est précis et sans accros, un vrai alchimiste capable de trouver le difficile équilibre entre subtilité et puissance. Le jeu d’éclairage est lui aussi parfait. Tout semble nous dire : bouge tes fesses, lève les bras, hurle ! C’est ce qu’on fera pendant 2h.

Alors voilà, encore une Nuit a finir sur un live d’Agoria. Je n’ai rien contre notre local heros que je trouve chaque fois plus impressionnant. Mais j’ai la vague impression que les Nuits Sonores se suivent et commencent terriblement à se ressembler.

Autant l’année dernière, la programmation de haute-voltige avait balayé cette impression de déjà vu, autant cette année elle saute aux yeux. (Et je me rend bien compte qu’on contribue à cette perception en organisant demain notre 3ème édition de la Food And Shoot Party).

L’aura du Festival ne pourra briller éternellement en utilisant les mêmes ficelles (même artistes, même lieux, etc.).

Allez, il y a aura peut-être du mieux demain. Quoi qu’il en soit on sera là pour vous raconter.

Ce qu’il fallait retenir de cette 3eme journée :

  • Les Extras en journée montent en puissance d’année en année. Voire dépassent certains événements officiels.
  • La mairie va devoir réfléchir sérieusement à agrandir le Passage Thiaffait en vue du prochain Soul Passage.
  • Il est possible de manger de bonnes pizzas à Lyon passé 23h.
  • Assasins ça a pas si mal vieilli.
  • Les groupes de Toronto sont décidément très bon.
  • Voir le jour se lever et avoir les semelles collantes et les fringues pleine de bière sont indéniablement un indicateur de soirée réussie.

Crédit Photo : B-Rob.com