Mon copain Taloche (que vous connaissez un peu si vous suivez mon blog perso) est parfois un peu un warrior. Il se jette dans des lacs gelés, me traine à poil dans la rue au sortir d’un sauna en plein hiver, et aussi parfois, c’est un warrior culinaire. L’autre jour, de passage à Lyon, il me lance « Tiens, ce midi on va manger chez Jackie!« . Le connaissant (ou pas), j’ai tout de suite assumé que cette Jackie devait être une sorte de péripatéticienne transsexuelle. Oui, j’ai l’imagination débordante, je sais.

Bref, il me dit « Mais noooon, tu vas voir, c’est une grand-mère, Jackie, et elle est trooop chouette, alleeeez!!!« . Je pouvais pas refuser, forcément. Quelques copines de repas ralliées à la cause de Jackie, nous nous retrouvons ainsi au sud de la place Bellecour, rue Sala, et la Taloche m’annonce super fière devant une gargote : « Tadaaaam, c’est làààà! »

Là, j’ai failli défaillir. Ou pouffer de rire, au choix. Parce que sous mes yeux, j’avais ça :

Voui, voui… Vous voyez bien ! Et le must, c’était tout de même l’intérieur. Dommage, je n’avais pas mon appareil photo ni mon photographe attitré. On est donc entré en pouffant, dans un lieu de fort bon goût. Nappes dépareillées, moquette aux murs, placards ouverts, cagettes de pommes, tables en formica, petits rideaux, chaises années 60, et j’en passe. Une petite mamie aux manettes (la Jackie?) et la forte impression que le soir venu, elle sort son lit de camp dans la salle à manger pour y dormir.

Malgré tout, j’avais envie de lui faire confiance, à cette Jackie. La Taloche est tout de même un gourmet, ça, c’est indéniable. Attablés à notre table bancale, un petit pichet de vin et nos verres de cantoche à la main, on a choisi entre une viande et un poisson. Faut pas être végétarien, chez Jackie. M’enfin bon, ça n’existait pas à son époque, vous l’excuserez. N’empêche, c’était bon, très bon, même. Un vrai plat de mamie. Bien copieux, bien crémeux, le genre que tu as envie directement de saucer. Et d’accompagner d’encore un petit verre. Et puis d’un bon dessert.

Et hop c’est l’heure, il faut rentrer. Tu dis au revoir à Jackie et à ses copines, et là la Jackie, elle se marre et demande si on a vu la truite. Ben ouais, on l’a vue, la truite, sans blague. Vous savez, celle-ci :

singing-fish-original

Est-ce qu’on veut la voir danser, la truite? Mais ouais, carrément ma bonne dame! Et même qu’on reviendra, parce qu’un fou rire comme ça, en pleine presqu’ile bien coincée, franchement, ça faisait très très longtemps! ^^

Photo de chez Jackie empruntée chez CarnetsdeVoyage.com, merci!