Catastrophe !

Je devais rejoindre LeSud à Montpellier pour un passer un réveillon 2006 torride.
Forcement Montpellier étant une ville près de la mer, le plan est tombé à l’eau (<= fantastique jeu de mot pourri exécuté sans fébrilité)

La réalité fait mal à entendre nous voici coincés à Lyon, la ville de l’ennui, pour fêter comme il se doit (ou plutôt comme il se devrait) la mort de 2005 et l’avènement de 2006.
Adieu alcool, musique détonante, drogue et filles et garçon nus à gogo.

Oh, mon dieu non !! Pitié !! Un réveillon à Lyon, c’est comme une boom dans un garage, comme un week-end à Melun. Qu’avons nous fait pour mériter une telle punition ?

Bon pas de panique. Nous allons lancer une opération SAUVER LE REVEILLON

Etape N°1 :
Appeler toutes les personnes présentes sur mon répertoire téléphonique. Toutefois quelques règles s’imposent…

1 – Ne pas appeler les gens auprès desquels je me suis ouvertement vanté d’aller passer un réveillon d’enfer à Montpellier avec de l’alcool, de la musique détonante, de la drogue et des filles et des garçons nus à gogo.
2 – Ne pas appeler les gens pour qui faire le compte à rebours de minuit en même temps qu’Arthur devant 120 minutes de bonheur constitue un réveillon réussi.
3 – Ne pas appeler les gens que je sais plus trop bien qui c’est. (Ca m’est déjà arrivé d’appeler mon dentiste pour lui proposer un plan teuf…)
4- Ne pas appeler mes collègues de travail sous peine que cette soirée vienne s’ajouter à la liste des nombreuses soirées qui ternissent ma réputation sur mon lieu de travail.

Mais Qyrool, si tu respectes ces règles sa fait passer le nombre d’amis reveilloneux potentiel de 73 à 2 !!!

Certes, je m’autorise une certaine largesse sur le respect de ces règles vu qu’elles sont dictées par moi même et que je suis le mettre des lieux.

Etape 2:
Afin de ne pas passer pour un désespéré qui n’a pas d’ami ni de plan soirée pour le 31. Je prépare un petit texte à réciter à toute personne qui décrochera.

A suivre…