amis-Lyon

Cette semaine sur Lyon CityCrunch, les lecteurs prennent les commandes. Retrouvez tous les jours des articles écrits par nos lecteurs. Aujourd’hui Djuly nous parle de la difficulté de se faire des amis à Lyon.

On m’avait pourtant prévenue. Tu verras les Lyonnais sont froids. Prépare-toi à galérer pour te faire des amis.

Pourtant, j’étais pleine d’espoir et débordante de sociabilité en débarquant à Lyon. J’étais certaine qu’en quelques semaines je me serais fait plein d’amis avec qui trinquer bruyamment dans les bars de la Presqu’Ile.

J’avais tort et ceux qui m’avaient mise en garde raison. Se faire des amis ne fut pas chose aisée à Lyon.

Voici le récit de mes tentatives de sociabilisation.

Mes voisins

Dans le petit patelin d’où je viens (une ville de 50 000 habitants, quand même) on salue aimablement ses voisins. Mieux, on leur fait la conversation. La météo, la santé, l’animal de compagnie (qui a encore uriné sur mon paillasson !!) sont des sujets récurrents qu’on prend plaisir à évoquer en attendant l’ascenseur. Pas à Lyon, ou du moins pas dans l’immeuble où j’habite. On se contente d’un bonjour froid entre voisins ou d’un simple hochement de tête convenu. Les gens vous tiennent parfois la porte, mais vous font comprendre qu’il font un effort. Au début, je lançais des conversations et les gens me regardaient bizarrement. C’est comme s’ils me disaient, NON ça ne se fait pas de tailler le bout de gras devant les boites aux lettres et NON la fête des voisins n’est pas un truc cool.
Résultat : amis parmi mes voisins : 0

Les collègues

Mes collègues sont plus sociables que mes voisins. Rester silencieux devant la machine à café n’est pas encore dans les moeurs. Cependant les conversations sont rarement intéressantes et se limitent à :
– le dernier match de foot pour les mecs
– le dernier épisode de Top Chef pour les filles
Débarquant sur Lyon, j’essayais souvent, au début, d’orienter la discussion sur la ville afin de découvrir des bonnes adresses ou des bons plans pour sortir, mais les réponses étaient toujours les mêmes, un truc du genre « Oh mois tu sais ,après le boulot je rentre chez moi et je reste tranquille ». C’est comme si tous mes collègues étaient coincés en mode TER, boulot, dodo…
J’ai plusieurs fois proposé de sortir boire un verre après le boulot, ce fut un fiasco.
Résultat : nombre d’amis parmi mes collègues : 0

Les clubs de sports

Pas découragée, je me suis inscrite à un club de sport. J’étais convaincue de me faire de copines avec qui aller faire du jogging au Parc de la Tête d’Or. Mais j’ai dû mal choisir mon cours et me suis retrouvée dans un cours de fitness qui avait la côte auprès de jeunes mamans tentant de retrouver la ligne. Résultat, les discussions dans les vestiaires tournaient toujours autours de leurs merveilleuses progénitures. Sauf que moi, j’en avais pas de progéniture…
J’ai proposé une fois qu’on aille boire un verre après l’entrainement, mais elles avaient toutes un enfant à aller récupérer, nourrir, laver ou coucher.
Résultat : nombre d’ami dans mon club de sport : 0

Les sites web

Les lyonnais ne sont pas froids, ils sont glaciaux ! C’est honnêtement ce que je pensais après un an entre Rhône et Saône.

Heureusement je me suis rappelé qu’on m’avait dit que Lyon était aussi une ville de geeks. Je suis allé faire un tour sur le(s) Internet(s) et là, miracle, j’ai compris comment fonctionnait Lyon.

En fouillant sur le web lyonnais (blogs, compte Twitter, Forum), je me suis rendu compte qu’il était très facile de se faire des amis à Lyon mais que je m’y prenais très mal.

A Lyon on ne se fait pas des amis par proximité, mais par affinité.
Inutile d’aller boire un coup avec vos collègues qui vous parleront du dernier match de l’Olympique Lyonnais ou avec vos voisins qui vous bassineront avec la prochaine assemblée générale si vous pouvez en quelques mails ou tweet donner RDV à des gens avec qui vous partagez une passion commune.

J’ai alors commencé à me rendre à des apéros Twitter, à rencontrer des auteurs de blogs lyonnais dont j’appréciais les contenus. J’ai même proposé d’aller boire un verre aux habitués d’un forum que je consultais régulièrement et un grand nombre ont répondu oui ! VICTOIRE !

Lyon est une sorte de ville clanique, où chacun passe du temps avec ses semblables. Les clans se mélangent parfois s’agrandissent et évoluent, mais pour y rentrer vous devez trouver celui qui vous correspond.

Depuis que j’ai compris ça et que j’ai trouvé mes semblables, ça va beaucoup mieux. Je fréquente maintenant une cinquantaine de potes et ai une bonne dizaine de très bons amis (la différence entre potes et amis, vaste débat…).
Résultat : nombre d’amis parmi les geek : 10

Ce qui est intéressant, à Lyon, c’est que lorsque vous avez une nouvelle passion ou un sujet qui vous rend curieux vous trouvez rapidement une communauté super-active derrière qui vous accueillera et vous inclura dans son cercle. Les possibilités d’amitiés paraissent infinies.

J’ai tissé ici des relations amicales comme jamais ailleurs. Les Lyonnais sont certes froids mais quand ils vous acceptent ils font preuve d’une amitié sans faille.

Et vous, vous êtes-vous fait facilement des amis à Lyon ?