Coucou les Crunchers,

Ça sent le printemps, il fait beau, les oiseaux chantent…
Enfin, les oiseaux chantent… Pas tant que ça en fait !

Si comme moi vous avez grandi à la campagne, les oiseaux vous réveillaient peut-être VRAIMENT le matin quand vous dormiez la fenêtre ouverte.

Et il vous est peut-être même arrivé de maudire ce satané merle, perché dans la branche devant votre fenêtre, qui vous cassait les oreilles à piailler comme ça !

Disons qu’en ville, les oiseaux chantent… gentiment !

Et bien c’est surtout qu’il y en a de moins en moins dans nos villes !

 

Fieldwork-Facility-The-Nest-Project-city-park-1

De moins en moins de moineaux

C’est très triste ! Des chercheurs ont donc commencé à se pencher sur ce phénomène. A Londres, la population des moineaux aurait chuté de 68% entre 1994 et 2009 et il semblerait que le même phénomène s’enclenche actuellement dans nos métropoles (source : TerraEco).

Les raisons seraient diverses et il est fort probable qu’elles se cumulent : utilisation des pesticides et donc moins de nourriture « naturelle » (rappelons que le moineau n’est pas sensé se nourrir de frites à la terrasse du McDo Ampère-Victor Hugo), pollution, bruit, ondes électro-magnétiques, disparition des haies, nouvelles surfaces construites trop « lisses » pour nicher…

 

Fieldwork-Facility_The-Nest-Project-8

Les pesticides interdits dans les espaces publics dès 2017

Sauf qu’une loi pourrait bien changer la donne.
En effet, à partir du 1er janvier 2017, les collectivités n’auront plus le droit d’utiliser de produits phytosanitaires (= pesticides) dans les espaces publics (sauf les cimetières) ce qui est plutôt une bonne chose (ça nous évitera de manger du round-up quand on ramasse une chips tombée dans l’herbe pendant le pique-nique…).

Cette loi de transition énergétique pour la croissance verte interdira également l’utilisation de ces mêmes produits phytosanitaires par les particuliers à partir de 2019 (source : Ministère de l’Environnement).

Alors nous, forcément, on applaudit des deux mains ! Youpi, on va pouvoir se rouler dans la rosée fraîche du matin au parc de la Tête d’Or après son petit footing aux aurores !

Mais pour les collectivités, le passage de l’utilisation de désherbants et d’engrais bien chimiques et bien efficaces au retour au désherbage à la binette et utilisation d’engrais au caca bio, la différence de budget pourrait être multipliée par cinq. Aïe.

 

Fieldwork-Facility_The-Nest-Project-10

Nos petit oiseaux vont pouvoir revenir

Alors certes, aux dernières nouvelles les oiseaux ne désherbent pas les parterres de fleurs avec leurs petites pattes.
En revanche, ils peuvent être une aide précieuse quant il s’agit de manger les insectes, chenilles, araignées, vers, limaces et escargots (bon appétit !) : leur alimentation naturelle !
Et c’est peut-être justement parce qu’il n’y en avait plus qu’ils sont partis (l’œuf et la poule, les écosystèmes, tout ça…).

 

Fieldeork-Facility_The-Nest-Project-instructions-5

Le bonheur est dans le nid

Pour aider les oiseaux à se ré-investir dans nos villes, il leur faut des nichoirs.
De nombreuses initiatives commencent ainsi à voir le jour pour inciter les collectivités comme les habitants à installer des nichoirs en milieu urbain.

Le cabinet de design anglais Fieldwork Facility a ainsi développé tout un concept appelé « Nest Project » autour d’un kit nichoir « Do It Yourself ».
On monte un nichoir prédécoupé en gros carton plastifié (le même que pour les pancartes « À louer » des agences immobilières), on y insère un crayon à papier pour faire le perchoir, on l’installe en ville (si possible pas trop près des humains, des chats et des voitures),on oublie pas de le « géolocaliser » sur le site internet dédié et le tour est joué !

Certains ont même intégré des petites webcams pour pouvoir suivre la vie du nichoir façon téléréalité. Le nichoir 2.0 à l’heure d’Instagram #oisillonstropmignons #cuicuicui #cutecutecute…

fieldwork-facility-the-nest-project-5

 

Dans d’autres villes, les enfants construisent des nichoirs à l’école et les installent dans leurs quartiers, ce qui en plus a l’avantage de vous éviter de vous retrouver à devoir ranger vos jolies boucles d’oreilles dans une boîte à bijoux fabriquée sur la base d’une boîte de camembert. Avouez que le développement durable a également du bon pour la décoration de votre appart !

 

Fieldwork-Facility_The-Nest-Project-17

Qui plus est, le nichoir à oiseaux traditionnel en bois, est un objet plutôt joli est pas très compliqué à fabriquer.
Car j’avoue avoir quelques réticences sur le modèle carton-plastique anglais…

Des initiatives vraiment chouettes et qui pourraient donc tout à fait être reproduites chez nous, à Lyon !

Je pense personnellement aller en installer un sur un des arbres en bas de chez moi très prochainement. Et vous ?

 

 

Crédit Photo : Field Work Facility, The Nest Project