Une nouvelle suggestion d’amélioration venue tout droit de mon ancien chez moi : le quartier de Wazemmes à Lille (coucou les nordistes !)… mais également de : Nantes, Bordeaux, Munich, Montréal, Perth et même… Meudon.

Soyons honnêtes : sur ce plan là, Lyon est un peu à la bourre, voire… carrément à la traîne !

Il s’agit des épiceries sans emballages, appelées aussi les épiceries en vrac. Elles s’appellent « La Recharge » à Bordeaux, « Ô Bocal » à Nantes, « Day by day » à Lille…

Le principe de ces épiceries / supérettes pas comme les autres : elles vendent uniquement des produits bio et « en vrac », c’est à dire sans aucun emballage.

day-by-day-intérieur-Meudon-copie
L’épicerie vrac de la franchise Day-by-Day de Meudon

Avantages :

* Pouvoir acheter des produits bio jusqu’à 40% moins chers (rien que le coût de l’emballage d’un produit représenterait 5 à 20% de son prix).

* Acheter en quantités correspondant à nos besoins (qui a vraiment besoin d’acheter 15 bâtons de cannelles ou 10 gousses de vanille en une seule fois ?) (Rhum arrangé ? Aaaaah, mais tout s’explique !!!)

* Éviter de remplir nos petites poubelles d’appartements urbains de déchets en carton / plastique, et donc : éviter de devoir descendre la poubelle (pour les feignasses), et aussi faire du bien à notre pauvre petite planète (pour les écolo et les Croix-Roussiens).

Pour être tout à fait franche, je me suis convertie aux produits bio en vrac depuis que je travaille dans la zone Techlid (cette incroyable zone d’activités  à 10 km de Lyon), soit 4 bonnes années.

Je me fournis (surtout) chez Satoriz car les prix sont vraiment avantageux mais aussi (parfois) chez Biocoop à Champagne-au-Mont d’Or. Ces enseignes proposent déjà de nombreux produits alimentaires de type céréales, noix, légumineuses, pâtes, café, biscuits…

Selon moi, je trouve que cela permet d’acheter des produits bio d’excellente qualité à des prix raisonnables (mention +++ pour le café, le sucre de canne complet, les amandes et les cranberries) (concert 2012 très décevant à la Halle Tony Garnier), de tester de nouvelles choses en petite quantité (Oh tiens, du « Gomasio » ? Qu’est ce que c’est ? ça sonne rigolo !) ou même d’acheter des choses qu’on aurait jamais eu l’idée parce que chez Monoprix ça doit être planqué au rayon « Macronutrition / Yoga / Méditation transcendantale ».

Soyons honnêtes, les rayons vrac existent aussi dans la plupart des autres magasins bio (Naturalia, la Vie Claire…) mais aussi dans la plupart des hypermarchés en mode hard-discount (et donc pas bio du tout…).

Reste qu’on y trouve pas (encore) de produits frais, de boissons, de produits d’hygiène ou d’entretien sous cette forme.

 

Inconvénients

(pas graves du tout mais il faut rester objectif et trouver des inconvénients) :

* Cela nécessite d’avoir les contenants pour pouvoir stocker ces produits à la maison.

Les magasins qui proposent du vrac mettent souvent à disposition des clients des sacs en papier kraft ; sacs gratuits qu’il est tout à fait possible de ré-utiliser aux prochaines courses.

A la maison, ça nécessite de collectionner les bocaux (mais comme on mange beaucoup de confitures et de cornichons, c’est pas tellement un problème), les boîtes en fer ou en plastique (les puristes vous déconseilleront le plastique : paraît que ça migre dans les aliments, mais, comme parfois je fume, parfois je mange des Haribo et parfois je fais du sport en buvant dans une gourde en plastique, je ne m’arrête pas à ça…).

Les bocaux peuvent vous faire une décoration toute à fait originale mais vous aideront surtout à bien visualiser le contenu de votre armoire (les lentilles vertes savent se faire oublier au fond du placard, elles sont pourtant si délicieuses accompagnées de petits lardons fumés !).

produits vrac zero waste bocaux
La collection de bocaux, la déco Damido ? (Cet alignement a été réalisé spécialement pour cet article par des professionnels, à ne surtout pas reproduire chez vous !)

* Le prix est donc logiquement indiqué au kilo, mais si vous êtes nuls en maths comme moi, une fois à la caisse vous regretterez peut-être d’avoir prix 350 grammes de noisettes à 25 euros le kilos (sale année pour les noisettes…).

Mais vous l’aurez compris, les avantages l’emportent largement sur les inconvénients !
En attendant l’ouverture d’une de ces épiceries 100% sans emballage à Lyon, on peut donc trouver des produits en vrac dans les magasins Satoriz, Biocoop, La Vie Claire et Naturalia à Lyon et partout en France.

Coup de cœur également pour la boutique « 3 p’tits pois » rue Sébastien Gryphe dans le 7ème.


Et vous, le sans-emballages, ça vous emballe ?

35 commentaires

  1. J’aime bien le (parfois) 😉
    Et comme le bio est souvent considéré comme étant 30% + cher du coup avec tes 40% cela fait 10% moins cher que l’emballe du conventionnel (dont le coup ss les aides de la PAC ne serait pas le même et on parle même pas du coup environnemental sociétal et santé) : D

    1. Bonjour Club.
      Chez Satoriz l’étiquette où le prix est indiqué indique également la provenance ! Après, il me semble que chez Auchan ce n’est pas le cas donc effectivement, certaines enseignes ne le notent peut-être pas…

  2. Oh oui, vive les épiceries sans emballage ! Je suis à Lille désormais et convertie à Day by day, que vous citez dans l’article. Cette franchise au concept fabuleux aurait toute sa place à Lyon.

  3. Certes Lyon n’a pas encore tout bon, mais on est sur la bonne voie.
    J’ai eu peur en débutant l’article puis j’ai été rassurée par la fin. Car pour le coup : oui chez « 3 p’tits pois », on retrouve déjà pas mal ce concept d’épicerie bio/équitable qui minimise les emballages.

    1. Hello Praline.
      Oui, on est sur la bonne voie avec ce qui existe déjà dans les enseignes bio traditionnelles et c’est un bon début mais généralement, les produits en vrac s’arrêtent aux traditionnels riz/lentilles/noix….
      Avec les boutiques 100% vrac, on passe au stade supérieur : recharger sa bouteille d’huile, son flacon de gel douche etc… et j’avoue que je suis moi même curieuse de tenter l’expérience !!!

  4. Euh… çà existe aussi à Lyon, les épiceries en vrac…
    Outre les différentes Bioccop, qui effectivement proposent surtout du sec en vrac (pâtes, fruits secs, gateaux, farines, riz….), je citerais surtout 3 Ptits Pois, vers Jean Macé. Là ya pas mal de choses proposées en vrac, en plus du sec: des purées d’oléagineux, des pâtes à tartiner, huile, vinaigre, épices, chocolat, et même des produits d’entretien…
    Sinon un peu plus loin il y a la la Super Halle, à Oullins.
    La plupart des produits sont bios il me semble, mais surtout pas mal de produits locaux!

    1. Bonjour Sandrine !
      Bon, je ne vais pas faire un copier/coller de la réponse que je viens d’écrire à Praline mais c’est exactement ce que j’ai écris dans l’article : oui, pas mal d’enseignes bio (dont 3 p’tits pois que j’ai cité en fin d’article) proposent déjà certains produits en vrac mais cela reste limité… Une épicerie 100% vrac c’est le stade supérieur dans la limitation des déchets !

  5. Mais du coup, si c’est en vrac les gens vienne avec des sacs ou des pochettes en plastiques. Pas tout le monde pense à porter ces pot en verre, ou à les conserver. Donc ça fait aussi des emballages en plastique au final. Ou alors j’ai sauter une étape ?! 🙂

    1. Bonjour Sarah.
      En fait ça ne fait pas plus de plastique que lorsque tu vas faire tes courses avec tes propres sacs. C’est le même principe mais à l’échelle du dessus !
      Le truc c’est que si tu as quelques sacs que tu gardes toujours et que tu réutilises, c’est autant de sacs que le magasin ne te fournira pas et qui ne termineront pas dans ta poubelle et dans la nature.
      Moi par exemple, je réutilise les pochettes en papier kraft qui sont mise à disposition chez Satoriz pour emballer mes noix, lentilles, fruits et légumes, biscuits etc… Quand je rentre à la maison je transvase mes produits dans mes bocaux et boites en fer, je replie mes pochettes en papier et je les remets dans mon panier pour mes prochaines courses.
      En plus de quoi, tu ne te retrouve pas à la fin de la semaine avec les boites en carton habituelles où sont emballés les biscuits, le carton des pates, le plastique des lentilles etc…
      Donc en plus de ne pas produire de déchets pour emballer tes courses, tu évites également les déchets des packagings de produits.

  6. Avec l’ouverture prévue en janvier 2016 d’une épicerie 100% vrac sur Lyon, j’espère que nous répondrons à vos attentes ! N’hésite pas à nous contacter pour plus d’informations Lyon City Crunch ! En attendant, vous pouvez suivre nos articles sur notre page Facebook Abracada’vrac.

  7. A quand une boutique comme que ça autour de Lyon?. (pr mon cas je suis juste après le periph’ de venissieux -le bout du monde pr certaines personnes qui habitent en centre :p- et la plus proche c’est la super halle, sauf qu’il faut se taper tt les bouchons pour réussir à aller à Oullins et une fois arriver sur place pas sur de trouver les produits dont on a besoins ni les moyens de les payer!
    J’avais l’habitude d’aller à grains de Ferme à la tour de salvagny j’y trouvais les mêmes produits mais moins cher.. c’est dommage..

  8. Apparemment début 2016 une épicerie exclusivement avec des produits en vrac va ouvrir ses portes sur Lyon ! Certes, la Vie claire, Botanic et Naturallia.. proposent déjà ce type de vente mais pas assez développer !
    A lire : Zero déchet de Bea Johnson pour commencer à vous préparer 😉

  9. Bin tiens, j’y pensais pas plus tard qu’hier.
    Les chaînes du genre BioCoop me satisfont pas vraiment, y’a quand même pas grand chose en vrac, ce sont pas que des produits du quotidien. Je veux pouvoir acheter mes cornichons en vrac, merde ! 😀

  10. Chouette article. Et super nouvelle cette ouverture d’Abracada’vrac.
    Je rajoute l’épicerie équitable (78 Rue Montesquieu, 69007 Lyon ) qui a beaucoup de produits en vrac pour une petite épicerie de quartier : lessive, détergeant, et bien sûr plein de barils de graines.

  11. J’ai super hâte aussi que ce genre d’épicerie débarque à Lyon !!!
    Nous sommes en route pour le Zéro emballage et pourvu que ça dure 🙂 !!
    Nous y pensons aussi chez M&oz, une mise à dispo de gels douche en vrac .
    Enfin c’est l’idée après faut concrétiser !!
    merci pour l’article en tous cas, vivement que ça débarque à Lyon !
    Et belle soirée City Crunch <3

  12. Bien sûr ! vu votre intérêt pour le vrac vous serez tout de suite informés ! Tous vos commentaires vont dans le sens de ce que nous voulons proposer. Nous voulons effectivement aller encore plus loin et limiter les emballages jetables sur un maximum de produits.
    En attendant, n’hésitez pas à nous laisser des commentaires sur Facebook. On s’active pour préparer l’ouverture!

  13. Il y a aussi deux boutiques à Croix-Rousse, qui proposent du vrac pour les produits ménagers (Alter Terre) et pour le sucre, riz et fruits secs (Un Grain dans le grenier : géniale cette boutique car il y a aussi beaucoup de produits de proximité)

  14. C’est séduisant, mais si les gens doivent apporter leurs contenants pour emporter leur vrac… l’initiative perd un peu d’intérêt.
    On perd en traçabilité (est-ce que vous vous amusez à concerver la trace de tout ce que vous stockez dans vos bocaux ???)
    On perd aussi en qualité (l’emballage sert aussi à protéger le produit de l’extérieur – lumière y compris).

    1. Alors oui on perd un peu en traçabilité (peut-être aussi en qualité, mais moins convaincu sur ce point là) mais si ça peut permettre de ne pas avoir à jeter des tonnes d’emballage c’est pas très grave non ?

      1. Tu accepterais de perdre en traçabilité ???
        Mais le jour où tu trouveras une saleté dans tes aliments, que tu voudras (en vain) trouver le numéro du service consommateurs, lui indiquer ton n° de lot, pour qu’il puisse faire une investigation dans ses usines de production et éventuellement rappeler le produit… ben tu ne le pourras pas.
        A nous de préférer des matériaux respectueux de l’environnement, comme le papier/carton, de mieux gérer leur recyclage… et d’éviter le suremballage. Mais ça ne doit pas se faire au détriment de la sécurité alimentaire.

        1. Je perds déjà la traçabilité en faisant la quasi totalité de mes courses alimentaires au marché. Et j’imagine qu’on aura toutes les infos produits inscrites sur les « distributeurs » au moment de recharger. Rappelons que le français jette en moyenne 1k de déchet par jour !!! Donc oui moins de traçabilité une fois chez moi < moins de déchet sur la planète.

    2. C4ndide, c’est une habitude à prendre, comme quand tu t’es mis au sac de courses réutilisable en plastique.
      Et quand à la perte de qualité, pas d’accord. La photo montre effectivement des bocaux en évidence sur des étagères à l’air libre, gazouillant sur une étagère de cuisine mais les gens un peu plus soucieux de leur santé que de leur déco savent que les aliments se conservent mieux à l’abri de la lumière. Donc, tu les ranges dans tes placards, comme avant tu y rangeais tes boites d’aliments.
      Et voilà, plus de frein pour t’y mettre 😉

      1. Quant à la traçabilité, ben tu ajoutes une étiquette avec la date et pis c’est tout.
        En même temps, pour les céréales, la date de conservation est de l’ordre de plusieurs années alors… à moins d’acheter 10 kg de lentilles et d’avoir un estomac de piaf, tu devrais arriver à tout bouffer avant la fin du monde, nan ?
        Allez, fais pas ton ronchon et lance-toi dans le vrac !

  15. Génialissime ton article Clém et que des bonnes ondes dans les commentaires (même pour les plus sceptiques :p) avec des bonnes nouvelles et des infos supplémentaires.
    Tu es mûre pour Zéro déchet de Béa Johnson, toi 😉 Je te l’amène jeudi 😀

  16. J’achète toujours au rayon vrac des magasins bio par contre j’ai été très déçue par daybyday qui n’affiche pas l’origine (et parfois même pas la composition) de ses produits. De plus l’offre en produits bio chez eux est trop limitée. Pour finir, les produits conventionnels en vrac sont plus chers que dans d’autres magasins alors que le principe même du ZD est de réduire le coût des produits (exple: 10€/kg de bonbons alors que c’est plutôt 5€/kg dans n’importe quel supermarché)
    Il y a par contre toujours l’avantage de n’acheter sur des petites quantités ce qui diminue au final prix des courses, et surtout:; il pèse votre contenant (bocal et SAC) pour le déduire du prix. Je n’ai jamais acheté dans un sac à vrac dans des magasins bio mais apparemment certains magasins refusent de déduire le poids du sac (qui n’est pas anodin!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*