Plutôt qu’un week-end à Rome, tous les deux, sans personne ; on m’a proposé un week-end à Turin, à plein, entre copains.

Je ne connais pas Rome, je ne connais pas Turin mais l’Italie, en règle générale, j’aime bien !

Quand j’ai dit au travail « Je vous préviens, vendredi je ne pars pas tard : j’ai week-end à Turin ! », tous les gens de bon goût ont écarquillé les yeux et se sont pincés le nez dans une moue qu’on pourrait qualifier de – au mieux – perplexe. Bref, pas très urbains…

Pas grave, je suis la hipster-twee de Confluflu. J’ai haussé les épaules en disant « Vous verrez bien ! Turin en 2015 c’est the place to be. The new Berlin ! »

Quand j’ai annoncé à la maison « Hey, tu vas pouvoir courir 15 kilomètres et aller voir la famille à Saint-Etienne, je pars à Turin ! », la réaction fut peu engageante : « Gnéééé ? Thurins ou Turin ? Les Vallons du Lyonnais ou le Palazzo Reale ? ».

Finalement, Turin c’est un peu comme Lyon. Tu arrives par le périf et tu penses « Bouaaaaaah ! Comme c’est moche ici ! », tu arrives dans le centre ville et tu cries « Youhouuu. Vive l’Italie ! ».

Mais mon rôle dans ce projet étant de vous parler bouffe. Allons-y.

Si j’aime faire du sport, j’aime tout autant manger. Je suis désespérément gourmande tendance gourmet. Je prends plus de plaisirs à aller flâner aux Halles Bocuse plutôt que rue de la Ré. J’aime pas la junk-food, je suis intolérante au lactose et pour autant je ne suis même pas grande cuisinière. Mon truc ce sont les choses simples mais bonnes. La pasta au pesto frais me fait triper. Alors pour moi l’Italie c’est le paradis !

Pour moi, Italia rime avec pasta a la bolognesa, pizza napoletana ou margherita (de préférence au feu de bois), coppa, panceta, porchetta, bruschetta, ciabatta, focaccia, polenta, mozarella… Bon, et Dalida aussi mais passons…

pasta

parmesan

pizza

Les rimes en i (comme Italie) ne sont pas en reste : gnocchis, risotti (mais siiii, le pluriel de risotto ! Comme les gens qui vous donnent des leçons de grammaire quand vous dites « des scénario » ou « des paparazzo ».  Répondez : « Ah ouai, et on se fait livrer des pizze aussi ? »), Eros Ramazzotti.
Bon, soyons clairs, il y a également d’autres choses très bonnes qui ne riment avec rien : le speck et les minestrones !

gressins

Les saveurs sucrées ne sont pas en reste : les glaces italiennes ont vraiment quelques chose de l’ordre de l’orgasmique.
Pour preuve, j’ai complètement craqué pour celles au Gianduja, quitte à revenir avec un vieux mal de bide (intolérance au lactose donc…). Le Gianduja c’est l’ancêtre luxueux du nutella.

gelateria

Pasticcecia

gelateria2  glaces


Spécialité du Piémont – dont Turin est le chef lieu – il s’agit d’une pâte de chocolat et de noisettes finement broyées. Très onctueux, le Gianduja est donc décliné en pralines, en tube (si, si…), en pâte à tartiner (vachement meilleure que le Nutella ! En France on en trouve en magasins bio…).

Autant vous dire qu’en Italie, on ne s’est pas laissés mourir de faim. On a même fait dans la rime en o : risotto, pandoro, pesto… et mojito !
On a visité le Mercato di Porta Palazzo, le plus grand marché ouvert d’Europe. On y a acheté des tomates séchées fabuleuses à 6 euros le kilo, des raviolis et des gnocchis.
Si on avait eu une voiture, on aurait rempli le coffre. Ici presque tous les fruits et légumes de saison sont vendus à moins d’un euro le kilo !

Finalement, après avoir visité les deux « Eataly » de Turin, on a rempli la soute du bus !
Concept-store turinois dealant des spécialités italiennes de bonne qualité et souvent artisanales, où on a perdu tout sens de la raison, remplissant nos sacs en toile de coton (1 euro le tote-bag turinois !) de  pâtes – forcément – de formes diverses et variées, des pots de sauces pour accompagner, des gressins d’un mètre de long, de gianduja en tube, des bonbons à la réglisse et du limoncello pour l’apéro… Pas donnés, les produits, mais vraiment bons !

panniers

Conclusion : tu vas à Turin, tu reviens le ventre plein et… tu ne reviens pas sans rien !

Pars en Italie avec CityCrunch et Starshipperstarshiper

A l’occasion de la Semaine Spécial Italie, Starshipper propose une offre exclusive aux lecteurs de CityCrunch. Bénéficiez de -20% sur tous vos trajets sur la ligne Lyon-Turin du 15 septembre au 31 octobre 2014. Starshiper vous emmène en bus grand confort (grands sièges, wifi) en 4h à Turin à partir de 29€. Départ de Part-Dieu, arrivée en centre-ville de Turin. Uniquement pour les réservations sur Internet en utilisant le code promo stsu5h49.
Plus d’info ici.

Merci à l’Office de Tourisme de Turin et à Starshipper d’avoir rendu cette série d’articles possibles.