Souviens-toi, en décembre, tu avais choisi ton camp, celui du vrai, de la nature et de la tradition (je ne parle pas de ton bulletin de vote pour François Fillon…) en achetant un VRAI sapin. Tu l’avais installé à la meilleure place dans ton salon, décoré avec des belles guirlandes et posté de jolis photos de ton nouvel ami à la ramure verdoyante sur Instagram. Tu t’étais même permis de te moquer de tes amis équipés d’un sapin en plastique fabriqué par des petits enfants à l’autre bout du monde…

C’était un peu la définition du bonheur.

Mais en matière de sapin, l’amour ne dure que 3 semaines et un des premiers matins de janvier, il a fallu te rendre à l’évidence : ton merveilleux arbre naturel avait perdu de sa superbe. Loin de sa terre natale, au milieu de ton appart sur-chauffé, ton sapin avait vu ses épines jaunir et ses branches ployer sous le poids de boules. Et tandis que tes amis, dont tu avais moqué l’amour du plastique, n’ont eu qu’à placer leur arbre dans un grand carton avant de le ressortir l’année prochaine, tu te retrouves avec un cadavre desséché au milieu de ton chez toi…

Que faire ?

CityCrunch a la solution :

Option 1 : le garder

Ton sapin est vieux et alors ? L’éternelle jeunesse vendue par la société n’est qu’un leurre et il serait temps de s’en rendre compte. Garde donc ton sapin au milieu du salon, allège-le de son fardeau de décorations et pense à faire appel à lui lors d’autres fêtes (au mois d’octobre,  bien desséché qu’il sera, ce sera parfait pour Halloween). N’oublie pas de lui chanter des chants de Noël de temps en temps…

Option 2 : l’abandonner

C’est un fléau qui survient dans nos villes, tous les ans de janvier à mars (voire avril, oui avril). Des milliers de sapins sont abandonnés sur les trottoirs. Le scenario est souvent le même, le propriétaire du sapin lui propose une petite balade. Tout content de prendre un peu l’air, le conifère accepte avec entrain sans comprendre ce qui l’attend…
Le pauvre se retrouve alors lâché au coin d’une rue, sans même une petite étoile à se mettre sur la tête… Là il dépérit lentement sous le regard plein de pitié des passants… Chers lecteurs, si vous croisez un sapin dormant seul dans la rue, ne détournez pas le regard, prenez le temps de lui parler un peu (des rois mages ou de la galette…), et si vous avez un grand cœur et un grand appart, reportez-vous à l’option 1.

Option 3 : le découper

Parce qu’en janvier il fait TRES froid et qu’on a souvent la flemme d’aller plus loin que le local poubelle, une évacuation via les poubelles classiques est souvent envisagée. Problème de taille : la taille justement. A moins d’acheter un mini-sapin pas plus gros qu’un pack de lait, ton arbre ne tient pas dans la poubelle (ou alors il prend toute la place et tu vas te faire pourrir par tes voisins qui te détestent déjà après ta soirée du 31 et le vomi laissé dans l’escalier). La solution : deviens un bucheron ! (C’est presque comme devenir hipster mais avec une scie). Il te faut un outil bien coupant (le couteau à pain ne marche pas pour ça !), quelques sacs poubelles et un peu d’huile de coude. En moins d’une demie-heure ton sapin devrait être dépecé et réparti dans les sacs. Tu n’as plus qu’à attendre la nuit pour descendre les morceaux. Tu peux aussi étaler dans les jours qui suivent tes allers et retours à la poubelle pour ne pas éveiller les soupçons.

Option 4 : le jeter

Tu as une voiture ou un ami qui a une voiture (et qui n’a rien contre les aiguilles de sapin qui se coincent dans le tissu de la banquette arrière) ? C’est parfait. On embarque le sapin et on file directement à la déchetterie. Après avoir passé le cerbère à l’entrée aussi sympathique qu’un videur du Berghain, tu pourras déposer ton conifère dans la grande benne à végétaux.
Liste et les horaires des Déchetteries du Grand Lyon.

Option 5 : le recycler

Depuis plusieurs années la ville met en place une opération de collecte de sapin. 40 points de collectes sont répartis dans les 9 arrondissements (il est donc probable qu’il y en ait un à moins de 200 m de chez vous). Les sapins seront ainsi récupérés et envoyés dans l’un des centres de compostage de la ville. Ton ami sapin pourrait ainsi connaître une seconde vie en aidant d’autres plantes à pousser. Tu peux déposer ton sapin au point de collecte du 4 au 17 janvier à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Attention, si vous emballez votre sapin, seuls les sacs recyclables (Sac Handicap International,  sac brun, sac « ok compost », etc.) sont autorisés.
Il va sans dire que c’est l’option que CityCrunch te recommande !

Voici la liste des points de collectes :

Lyon 1 :

  • Place Colbert
  • Place du lieutenant Morel
  • Place Gabriel Rambaud

Lyon 2 :

  • Place Bellecour
  • Place Carnot
  • Place de l’Hippodrome

Lyon 3 :

  • Moncey / Vendôme
  • Place Bir Hakeim
  • Place du Château
  • Place Henri
  • Place Rouget de l’Isle
  • Place Saint Anne

Lyon 4 :

  • Place Camille Flammarion
  • Place de la Croix Rousse
  • Place de Serin
  • Place du Commandant Arnaud

Lyon 5 :

  • Place César Geoffray
  • Place de Trion
  • Quai Romain Rolland

Lyon 6 :

  • 47 boulevard des Belges
  • Angle Masséna et rue Crillon
  • Avenue Thiers face au n° 143
  • Place de l’Europe
  • Place Edgar Quinet
  • Place Jules Ferry
  • Place Maréchal Lyautey angle rue de Sèze
  • Place Maréchal Lyautey angle rue Tronchet

Lyon 7 :

  • Boulevard Yves Farge
  • Place du Prado
  • Place Jean Jaurès
  • Place Stalingrad

Lyon 8 :

  • Face au 108 Rue du Professeur Beauvisage
  • Place Julien Duret
  • Place Marc Sangnier
  • Placette Elie Rochette
  • Rue Marius Berliet

Lyon 9 :

  • Angle rue des Docteurs Cordier – rue Berlioz
  • Place Champvert
  • Place du centre commercial Vergoin
  • Place Valmy

Villeurbanne :

  • Place du Chanoine Boursier
  • Place Grandclément
  • Place Wilson

 

Plus d’info

Voilà, tu sais maintenant quoi faire du cadavre en train de dépérir chez toi.

Amis lecteurs, si vous avez d’autres pistes, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires.

Je terminerai par une petite info insolite. Savez-vous combien de sapins sont jetés chaque année par les Lyonnais ?

185 tonnes !

(ça fait un paquet de compost ça !)