Mi-mai, 4 d’entre nous ont été invitées par Ain-Tourisme à visiter l’Ain tout un week-end, et plus précisément même, le Haut-Bugey. Lyonnaises d’adoption, force est de reconnaître que lorsque nous quittons la ville, c’est pour des destinations plus lointaines et non pas pour le département voisin. Et pourtant, à une heure de Lyon, il y en a des choses à faire et de superbes paysages à découvrir…

Le Comté de Poncin

Car oui, l’Ain fait partie du terroir du Comté, bonne surprise !
Nous visitons la fruitière de Poncin : une vue imprenable sur les 3 grosses cuves, et le fromager qui officie. Du lait des vaches Montbéliardes locales (nourries exclusivement d’herbe fraîche et de foin), qui chauffe, qui caille et qui est pressé avant d’être envoyé en cave d’affinage. Et en prime, la dégustation qui va bien : du fruité, du 12 mois et du 18 mois. Avec un bon petit goût de revenez-y, et on ne s’est pas privées !

L’abbatiale St Michel de Nantua

C’est Jeannette qui nous accueille, une Nantuatienne pur souche, complètement passionnée par l’Abbatiable et incollable sur le sujet. Historique de l’abbatiale et tour du propriétaire : chapiteaux sculptés d’influence italiennes et languedociennes, drapés bourguignons sur le fronton ! Un petit concert d’orgue non prévu en bonus, et tout cela dans la bonne humeur !

Abbatiale St Michel - Nantua

Autour du Lac Genin

Il apparaît un peu comme par miracle après de petites routes bien tortueuses, et a la réputation d’être le lac Canadien du Bugey, c’est le lac Genin… qui se transforme en patinoire géante l’hiver !

Après un bon repas à l’auberge, nous enfilons nos tenues de sport et de pluie (car oui, le temps ne nous aura pas épargnées !) nous nous scindons en deux équipes, celles qui marcheront et celles qui feront une sortie VTT.

Balade en VTT :

Nous avons droit à un super prof, Patrice, qui nous propose plusieurs balades au choix (plans et dénivelés à l’appui), nous (re)montre comment marchent les vitesses et nous fait nous entraîner au bord du lac avant de partir pour de vrai.
Alors oui il pleuvait, on était pleines de boue, mais qu’est-ce que c’était bien ! On a appris à monter des côtes sans se fatiguer (en zigzag), à descendre dans les bois des chemins bien glissants sans faire de cascades (et le frein arrière était notre ami)… Et tout ça sans avoir les chocottes (parce notre prof était très rassurant, ne nous mettait pas la pression et nous donnait de bons conseils) ET en discutant arbres et petits animaux.

Pour des  balades en VTT avec Patrice, c’est par ici que ça se passe : Jappaloup

Randonnée autour du Lac Genin :

Nous avons donc (Camdess, Le Sud et Le Piaf Fou) chaussé nos chaussures de rando un jour plus tôt en compagnie de Gilles notre super accompagnateur ! Une vraie classe de CE1 en goguette sous la pluie. Malgré le temps capricieux on a apprécié la balade et surtout les explications de Gilles sur la faune et la flore environnante (même que d’abord, maintenant, on sait distinguer les écureuils gauchers des écureuils droitiers ! Si Si !).

Si vous souhaitez vous-aussi faire de chouettes randonnées dans le Haut-Bugey avec un super accompagnateur : Randonnée Liberté

Macro Trolls

Gîtes les Pelaz – Plan d’Hotonnes

C’est bien trempées et bien frigorifiées que nous arrivons au gîte… et pour notre plus grand bonheur nous attendaient : une douche chaude, un feu de cheminée et une soupe à l’ortie pour commencer le repas… Rien de mieux pour nous ravigoter !
Un gîte respectueux de l’environnement (labellisé Panda par le WWF), des chambres de 5, 4 ou 2 personnes (chacune avec leur douche), des repas avec des produits naturels et du bon goût, des spécialités locales (humm la tarte au sucre), on se sentait bien aux  Gîtes les Pelaz !

Tarte au sucre

Rando plateau du Retord

Le lendemain, après un petit-déjeuner pantagruélique, nous récupérons nos pic-nics préparés par Jean-Jacques et partons pour notre randonnée sur le plateau de Retord, en compagnie de Gilles, notre guide.

Rando dans l'Ain - Plateau de Retord

Tout commençait bien : du soleil, des narcisses par milliers, des jolies clairières. On apprend comment marche une fourmilière, à faire la différence entre la gentiane et la vératre (mortelle), on mange plein de plantes sur le bord de la route (avec du goût de petit pois, ou d’autres, inconnus mais pas mal !). Et là, c’est le drame météorologique : la pluie, la grêle, et la neige, pour couronner le tout ! On remercie nos capes de pluies et on regarde, sidérées, le paysage : de la neige au mois de mai, qui tombe sur des champs déjà blanchis par les narcisses… c’était bien joli !
Et on n’a qu’une envie : y retourner aux beaux jours !

Pour plus de renseignements : Ain Rando et Ain Tourisme qu’on remercie chaleureusement pour ces belles découvertes ;)

Un coucou également à nos camarades de virée, Cyl’ et Cranemou !