previous arrow
next arrow
Slider

Et toi tu te déplaces comment en ville ? Vous n’avez pas l’impression que les choses ont un peu changé ces derniers temps sur la chaussée ?

On en parle ? en toute objectivité si possible, avec honnêteté et bon sens s’il en est encore un peu sous le front, et ainsi faisons un état des lieux des différents moyens de transport urbains du moment. Les NFMTU

Je vous propose un joli souvenir en guise d’introduction, avant que ça ne dégénère…


Mais oui ! nous en rêvions tous de pouvoir nous déplacer en overboard dans la rue, de voler, filer entre les voitures. La liberté ! Il était à portée d’imagination, cet objet, j’en rêvais la nuit, toi aussi. Mais il fallait bien se résoudre à l’évidente réalité : c’était pour le futur tout ça, c’était du cinéma, oui oui oui.
Et bien nous y voilà ! le futur est là, la ville t’appartient, la liberté, le kiff.
A l’heure où le JT t’annonce quotidiennement une nouvelle loi restreignant encore le champ de tes feu-libertés, ne t’assombris pas, petit padawan, un espace de jeux immense reste libre, gratuit et accessible à tous : la chaussée !

Un parc d’attraction géant à ciel ouvert, open 24h/24h avec des spots lumineux, des obstacles, un circuit infini, des figurants, bref : un trésor de divertissement en bas de chez toi, avec le véhicule de ton choix.

Sache que l’ado attardé et irresponsable qui sommeille en chacun de nous est ici libre, sur la chaussée en tout cas, à l’abri de toute verbalisation, (peut être pas à l’abri d’une insulte ou d’un accident, mais bon), l’insouciance étant le propre de l’ado. Alors allons y, jouons ! Comme si tout allait bien !

La belle histoire où chacun cherche sa place

On est est pas encore là …

Jadis réservée aux véhicules motorisés, la chaussée était jusqu’alors soumise à des règles, un code aujourd’hui bien désuet puisque il n’est finalement appliqué que par une minorité des utilisateurs de la chaussée.
Ce truc désormais has-been avait pour objectif de sécuriser l’espace public et les déplacements des véhicules motorisés. Seulement voilà, l’offre se diversifie, le concept de motorisation évolue, le vide juridique aussi et le festival du gadget roulant est ouvert !

Le code des assurances s’oppose au code de la route, et, officiellement, jusqu’ici seuls les engins motorisés avec au moins une place assise, les deux roues, et vélos doivent circuler sur la chaussée et ainsi appliquer le code de la route. En ce moment chacun y va de son exception, de sa roulette en plus, de sa petite peur, de son petit confort et ainsi tout le monde s’approprie l’espace qui lui convient le mieux (en appliquant sa propre logique de circulation), mais au final : c’est le bordel.

Le moment chacun va prendre sa tartine

Les trottinettes Lime, le Nouveau Fucking Moyen de Transport du moment…

J’annonce dès maintenant que la suite n’a nullement vocation à alimenter des gueguerres à la con sur les habitudes de chacun, savoir qui fait mieux que l’autre, qui croit ci ou ça, ni convaincre son voisin de modifier sa façon de se déplacer. Simplement repenser la ville ensemble et pas simplement chacun pour sa gueule !
Clairement si j’avais voulu dénoncer les cyclistes et leur façon de s’approprier le code de la route, ça aurait été déjà publié depuis longtemps (croyez moi, y a de la matière). J’aurai pu aussi faire un point sur les voitures stationnées sur les bandes cyclables dans un souci d’impartialité, y a de la récurrence aussi. Même peut-être gueuler un grand coup contre les mecs en fauteuils roulants sur les trottoirs et les mamans à poussettes qui revendiquent le droit d’avancer sur le trottoir, oui, j’aurais pu (pour ceux qui sont déjà scandalisé, dites vous qu’il s’agit peut être de second degré ?).

Mais j’ai rêvé qu’il serait sans doute plus constructif de revoir les intérêts de chacun et les solutions envisagées.
Partons donc d’un principe simple et peut être idéaliste qui laisserait imaginer que nous avons un peu tous les mêmes aspirations et attentes concernant nos trajets intra-urbains, a savoir :

« Se déplacer vite et simplement, sans pourrir l’environnement et rentrer chaque soir en vie chez soi. »

Tout le monde est d’accord jusque là ? Et si on modifie un peu les priorités ça donne :

« Rentrer en vie chez soi chaque soir sans pourrir l’environnement en se déplaçant vite et simplement. »

Pour moi en ce moment voici un peu la musique :

« Rentrer en vie chez moi chaque soir et soulagée de n’avoir tué personne. »

Pourquoi c’est chiant?

C’est chiant parce que sous prétexte d’environnement, de temps, d’économie, chacun pense vraiment à un moment donné que la chaussée est réellement une aire de jeu. Parce que comme rien ne légifère et délimite assez précisément le comportement à adopter, chacun fait comme c’est le mieux, pour lui. Le cycliste qui estime que la chaussée est trop dangereuse s’approprie le trottoir, le trottinettiste qui estime le piéton trop lent s’improvise au milieu des camions, résultat tout le monde emmerde tout le monde et c’est le dernier qui reste vivant qui a gagné.

C’était peut être pas si con l’idée de se sentir en sécurité, non ?
Tout le monde serait peut être content de rentrer entier à la maison… ton gosse ne serait pas orphelin ce soir a cause d’un mec sur une mono roue qui t’a grillé une priorité, tu a dû dévier ta trajectoire pour ne pas l’écraser, et comme la trottinette électrique en face était en sens interdit, c’est finalement toi qui t’es mangé le pylône du pont.

Maintenant fais ton choix

Plutôt que de compiler les extraits du code de la route et du trottoir en mode moraliste d’investigation, je vous ai préparé un petit comparatif non exhaustif des possibles avec ma vision des préoccupations du moment. Je vous laisse ainsi fixer librement vos priorités et choisir en toute lucidité le NFMTU le plus adapté à votre avenir/besoin :  il n’y a  plus qu’a choisir.

Sinon on peut essayer de se remettre en question vraiment, se rendre visible, porter un casque, ajouter des loupiotes sur son NFMTU, arrêter de griller des feux et de rouler à contresens, regarder devant et autour de soi, ranger son téléphone et sa musique quand on circule, être attentif aux autres, ou prendre les TCL même si c’est pas top confort. Simplement arrêter de faire le con en somme

Voilà, on peut essayer…

5 commentaires

  1. Merci pour cet article! Vous qui voyagez beaucoup, ne trouvez-vous pas qu’en France nous sommes des champions dans ce domaine? A chaque fois que je rentre de l’étranger, je suis exaspéré. Les trottoirs n’appartiennent clairement plus aux piétons.

    Récemment, je me suis fait bousculer par une femme en trottinette cours de Verdun, pas une excuse. J’ai même vu cours Charlemagne un papy malmarchant demander à des jeunes de ne pas rouler en vélov sur le trottoir. Les jeunes se sont moqués de lui et ont continué de plus belle, se vantant ensuite devant leurs potes que le papy disait n’importe quoi, qu’il les avait saoulés et qu’il « aurait mérité une tarte »… Une autre fois j’ai fait remarquer à une veloveuse qu’elle n’avait pas à rouler sur le trottoir, elle m’a répondu « Mais la route est dangereuse à cet endroit! » : eh bien, roule sur le trottoir mais à côté de ton vélo! Et il y a quelques jours, j’ai croisé un cycliste en Velov sur le trottoir particulièrement étroit de la rue Sala, devant la boutique des Papas Sucrés. Non mais sérieux??!

    Avec les nouvelles patinettes en location, c’est devenu la folie ces dernières semaines, c’est hyper dangereux. Vivement que le vide juridique soit comblé! Je ne suis pas pour faire la police mais vu que chacun n’en fait qu’à sa tête, il me semble obligatoire de poser un cadre pour le bien de tous.

    Enfin, mon frère se déplace en fauteuil roulant : je vous laisse imaginer l’envers du décor au quotidien, en plus des véhicules garés n’importe comment et des divers obstacles comme les vélos ou patinettes qui traînent en plein milieu des trottoirs, ou encore les poubelles…

    Avec notre association Handilol, nous sommes en contact avec plusieurs associations du monde du handicap et intervenons dans les commissions d’accessibilité de la ville et de la Métropole. Ce problème de partage de la voirie revient régulièrement. Je pense notamment aux usagers mal ou non voyants : c’est déjà compliqué au quotidien pour eux mais imaginez combien ça l’est encore plus aujourd’hui!

    Il faut vraiment faire quelque chose. J’espère que votre article sera très suivi et qu’il remontera à qui de droit pour que Lyon devienne une ville exemplaire en la matière.

    1. Alors effectivement en voyageant beaucoup on a pu voir comment ça marchait dans les autres villes. Ce qui en ressort quand même c’est qu’en France (à Lyon en particulier) on a une beaucoup plus grande variété de moyen de transport. Nous n’avons pas vu de ville où trottinette, skate, vélo, etc sont si nombreux à l’exception de Tel Aviv où tout le monde roulaient en trottinettes et long board électrique (il y en avait plus que les voitures), mais ils roulaient tous sur la route.

  2. Je partage vos points de vues. Tout commence par le respect. Quel qu’il soit = des autres, du code de la route, de la vie, de la logique et des règles. On a répété souvent qu’en France nous étions le pays des libertés. Oui, mais ! N’oublions pas les devoirs de chacun. Pietonne à mes heures et cycliste Velov régulièrement, j’essaye de respecter au mieux les règles et devant l’incivilité des uns et des autres, j’adhère à l’idée d’un code trottinetiste, d’un code vélo (largement inspiré de celui de la route d’ailleurs) et d’un code piéton qu’on enseignerait, comme une autre matière, dès le cm1.

  3. Et si on retenait deux règles essentielles du code de la route ? :
    – le piéton est toujours prioritaire sur un trottoir (et vélo n’a rien à y faire), un passage piéton (au vert pour lui évidemment) etc…
    – un feu rouge (et orange) veut dire arrêt pour tous les véhicules de la chaussée comme un feu piéton rouge pour les dits piétons.
    Ça irait déjà beaucoup mieux je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*