Lyon-69-la-trique

Toute ville voulant se faire un nom dans la galaxie des métropoles mondiales doit-elle voir ses qualités louées par des chanteurs de renom ?

On ne compte plus les chansons sur Paris, Nougaro chantait Toulouse et IAM a popularisé l’expression « Planète Marseille ».

Qu’en est-il de notre bonne vieille ville de Lyon ? Lyon69.net s’est donné pour mission de trouver l’ode à la Capitale des Gaules qui assurera à coup sur sa promotion auprès de la nation et du reste du monde.

Grand vainqueur des dernières Victoires de la Musique, Benjamin Biolay, un petit gars bien de chez nous, propose dans son dernier album un titre intitulé « Lyon Presqu’Ile« . Malheureusement, c’est un peu mou-mou du genou et on est loin de l’hymne que retiendrait la France entière…

Dans le même style gentillet, on peut exhumer cette chanson quasi inconnue de Bernard Lavilliers « Lyon sur Saone« , qui donne plus envie d’aller se faire une soupe au poireau et se coucher que de déclarer son amour pour la Capitale des Gaules.

Ce n’est visiblement pas du coté de la « chanson française » qu’on trouvera notre bonheur musical. Allons plutôt jeter un coup d’oeil à ce que nous propose le hip-hop de nos banlieues.

On passera sous silence le pathétique morceau « In the Place to be » de La Razzia dont on vous avez déjà parlé précédemment, même si on a un petit faible pour la limousine immatriculée 01 qui apparait dans le clip.

Allez tous en coeur « L. Y. O. N., in the place to be »… !

On trouve du mieux du coté de Casus Belli avec le titre « Lyon » et son imparable « J’vis dans une ville de trépanés. Ouais , ouais ! Viens à Lyon, tu vas cher planer ».

On remerciera au passage Casus Belli de ne même pas avoir essayé de faire un clip. Ouf !

Alors Lyon en chanson = cause désespérée ?

C’est bien possible ! Car Lyon s’est avant tout fait un nom dans le paysage musical français grâce à l’électro. Et dans l’électro les paroles sont assez rares. Quand elles existent, elles jouent bien plus souvent le rôle d’apport rythmique que  de message.

Il ne faudra donc pas compter sur la scène électro lyonnaise pour vanter les mérites du boudins au pommes en plein milieu d’un mix.

Les références  à Lyon, comme dans ce morceaux du Peuple de L’Herbe remixé par Agoria, restent donc une exception dans l’électro lyonnaise !

En attendant, on se contentera, et c’est un peu pathétique, de la rengaine des supporters de l’OL :  « Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais, wouais ! » seul véritable hymne officieux de notre ville.