Ca y’est les preuves sont là ! On vous avez déjà prévenu ici et , que la pandémie était imminente, mais on aurait pas cru qu’autant de lecteurs de Lyon69.net auraient attrapé le London Virus.

EDIT : LE NOM DES 3 GAGNANTS EST ANNONCE EN FIN D’ARTICLE

Apparu il y a quelques semaines en terres Lyonnaises, cette épidémie donne subitement à chaque contaminé une très forte envie de se rendre à Londres.

Heureusement l’antidote existe! Il est proposé par Eurostar sous la forme d’un Pass Aller-Retour pour Londres valable pour deux personnes.  Afin d’endiguer la propagation, ce pass peut reservir. En effet une fois que vous aurez été de l’autre coté de la Manche vous pourrez refiler le pass à 2 de vos proches pour qu’ils l’utilisent à leur tour. Dès leur retour, ils pourront eux aussi transmettre le pass à d’autres malades.

Malheureusement, les stoks de médicaments sont limités. Eurostar ne peut délivrer que 3 pass guerrisseurs. C’est pourquoi il a été décidé de l’accorder aux personnes les plus atteintes.

Et visiblement vous êtes tous très atteint et les symptômes sont très variés. La 40aine de contaminés recensés par Lyon69, est assez hétéroclite. Jugez-en plutôt !

Pictures !

Certains se sont mis à nous envoyer des images montrant leur dégré de contamination. C’est le cas de :

Emilie et son rébus énigmatique :

rebus_eurostar

Martin et une version cutanée très particulière du virus :

Martin-Condomines

Elo et ses symptômes gloutonnesement vidéoludesques :

londonvirus

Lionel qui nous prouve que la maladie touche aussi les plus jeunes :

punk

S. et la version Sport du London Virus :

London virus

Sébastien qui apporte la preuve que l’épidémie peut aussi toucher les monuments :

Hotel Dieu Big ben

Information confirmée par Gaëlle avec la basilique de Fourvière :

fourviere-londonD’autre comme Nic en perde leur beret et leur baguette :

Enfin ertains, comme Mélanie, voient des hommes verts :

IMG_2651

S(w)inging London

L’une d’entre vous a été touché d’un symptôme très particulier, puisqu’il force le malade à se mettre à chanter n’importe quoi !

C’est le cas d’Emmanuelle est cet enregistrement iconoclaste :

Cliquez sur Play pour entendre le morceau Eurostar

Et tous ces messages écrits !

Les témoignages n’ont pas arrêté de tomber dans notre boite mail, dans les commentaires du blogs ou ceux de la page Facebook.

Delphine : le london virus c’est l’envie de boire du thé avec des scones… Une envie, qui vous prend comme ça, d’un coup!

Elody : Ca ferait gravvvve plaisir de propager ce virus!!!!!! Viva LONDON Oups…. Oh Year LONDON!!!!!!

Grégory : Un flashback a mon époque Punk et Mods !! English Spirit…

Agnès T: ça fait SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ !

Tapitou : Jaime avoir le london virus, decouvrir, sentir ,rever, etre et devenir london…sooo beautifull

Sophie : Ca veut dire que pendant des années tu es retourné à la Tate Gallery lors de tes séjours à LONDRES et maintenant que le temps a passé tu ne penses plus qu’à aller à la New Tate et au Globe pour lequel tu ré-étudies Shakespeare (all the world’s a stage !). Tu te trouverais mille raisons d’y aller demain même une bronzette à Hyde Park sous un ciel voilé ! AAAAHHH!!!!!tu finiras à Harrod’s pour te ruiner ! Qu’importe Londres sera toujours Londres…..

Mélodie : Le london virus : c’est « london : today, tomorrow and forever » ;)

Pierre Roche :
Ma tête me démange, je sens pousser un chapeau-melon,
Ma main droite me gratte, un long parapluie noir commence à en sortir.
Mes lèvres me brulent, ma bouche prend une forme de cul de poule et mon accent se fait de plus en plus précieux, les syllabes bien décomposées, qu’arrive-t-il à mon anglais chewing-gum ?
No doubt, London virus, is it not ? »

Tiffany :

‎ »Riding through the city on my bike all day
Cause the filth took away my license
It doesn’t get me down and I feel OK
Cause the sights that I’m seeing are priceless

Everything seems to look as it should
But I wonder what goes on behind doors
A fella looking dapper, but he’s sitting with a slapper
Then I see it’s a pimp and his crack whore

You might laugh you might frown
Walkin’ round London town

Sun is in the sky oh why oh why ?
Would I wanna be anywhere else ? »

Emilie : Le London Virus… C’est partir à Londres en jurant n’y aller que le tourisme, revenir avec des bottes en caoutchouc fluos, un compte bancaire qui pleure, et y retourner avec son chien pour lui apprendre à aboyer comme un gentleman.

Grégory : le London virus c’est aimer le thé et le pain de mie, faire la fête et pouvoir envoyer des amis découvrir le thé, le pain de mie, et les fêtes londoniennes !

Sébastien : Ca démange…

Will : expérimenter une aventure dejantee sans se soucier du « qu’en dira t on » –>> Freedom & multi-ethnicity :)

Laurent : Transformer la pluie en arcs en ciel !… C’est pas ça ? ;o) Je connais pas (encore) Londres mais ça doit être forcément « so british », mdr.

Jeff : démangeaison de carte bancaire et choppes de bières sans limite

Marion : No brain, No pain ! Yes to the virus ! ;-)

LunacY : Bon je m’y mets de suite au diable mes révisions de partiel je veux un de ces précieux pass =)

TsunamiParker :
London Virus ain’t no disease
Gotta get it pretty please !
I want it, I need it
So I,can pay the Queen a visit.
Hope I’ll get one of those
If someone likes my prose.

Punkmylife : Ben moi ce virus, il me fait vomir et faire caca mou. Et vous ?

ZousGuEv :
Oh My God !The viruz iZ there again, I can believe it …
it iz one of Ze place to BE
Let’z go to London
to get the Viruz down
Let ’s Go, let’s Roll, Invade London for a week-end

LyonHeart : Je projette d’emmener ma femme et ma fille (2 mois hier) à Londres, c’est l’occasion qui fait Ze larron !!!

wcaroline : I caught the virus when I was 15 (long time ago now!) but I need a booster shot!

Beijaflor :
Aille,

maille nème iz Louchio, hand aille ame youre traîne manadjeur. Aune behaf ove zi SN ci F woui ouiche you eheu plizante daille. Pleazz mindzzz dze GAP …

En fait j y vais juste en esperant que c est le meme chef de train qui fait la ligne Lyon – CDG ……

Plus serieusement j ai besoin d aller chez MADAME JOJO pour faire le plein de n importe quoi assez rapidement !!!

Flofliflon : Pour moi attraper le London virus c’est oser ! Porter des escarpins flashy à talons vertigineux dès que l’heure des sorties du weekend sonne, « dress up » every friday and saturday nights. Être complètement girly et décalée sans se soucier des regards du reste du monde. Le London virus c’est un peu le Rosebeaf power :)

NiNi : I’m in ^^

Anicia : Pour moi, ça fait quoi d’attraper le London Virus ?
Ben moi je l’ai choppé à peu près en sixième, il y a donc trèèèès trèèès longtemps… Donc en réalité je me rappelle plus trop ce que ça fait de pas l’avoir. En tout cas, depuis que je suis infectée, je suis obsédée par cette ville. Mais je n’ai malheureusement pu y aller qu’une seule toute petite fois ! Alors évidemment, si j’ai l’occasion d’y aller, ce sera pas seulement Buckingham Palace et Big Ben, mais surtout le British Museum pour un peu d’histoire, un déjeuner au bord du lac au St James Park, une soirée culture au Globe Theatre suivie d’une nuit Jack l’Eventreur ! Bon je te fais pas tout le programme, I think I made my point ;)

Mathias : Pour moi, attraper le London virus, pourrait se résumer à une seul chanson de The Streets :

« Ok, Let’s push things forward ! »

http://www.youtube.com/watch?v=8UGtlUMMkOU

Lucie : I’m gonna explain why I deserve to win…

Le London virus je l’ai attrapé depuis peu… l’année dernière en fait. J’ai habité en Angleterre (dans le Kent) et je me suis rendue à Londres pour un weekend. Ça a été une révélation, Londres est ma ville, je m’y sens like a fish in the water!!!

I miss Big Ben, I miss crazy Camden, I miss the Queen, I miss my pint of Guinness or Cider, I miss Trafalgar, I miss the double decker bus, I miss the Tube, I miss the « Mind the Gap », I miss Portobello, I miss Notthing Hill, I miss Abbey Road, I miss Carnaby Street, I miss Hyde Park, I miss the squirrels in St James Park, I miss the Bobbies, I miss the London Eye, I miss The national portait gallery, I miss The Tate Modern, I miss the Koko (to have a great night in Camden), I miss the fact that we can meet so many different people, I miss the Indian food, I miss Covent Garden, I miss Chinese food in China Town, I miss the Thames, I miss the fish&chips, I miss the english breakfast, I miss Boots and Primark, I miss the black cab…

I miss everything there…

So please, help me or I’m gonna turn crazy without my shoot of London!!!

Harmonie : « Attraper le London Virus fait sortir de nos bouches des mots étranges tels que « e-mail », « fast-food », « job », « coach », « jingle », « live ». Nous avons aussi tendance à parler la langue de Shakespeare en y mêlant la langue de Molière. On a beau ne pas aimer la langue anglaise elle s’incruste en nous, elle est présente à chaque instant, étude, littérature, musique, film.
Plus le temps passe et malgré une aversion au premier abord, on se retrouve un jour face à un écran de cinéma, un film en langue original. Puis une étrange passion pour la culture « british » s’immisce au plus profond de notre être.
Ce besoin de culture anglais devient plus grande, on ne jure plus que par le cinéma anglais, la mode anglaise, et la nourriture anglaise, qui se mêle petit a petit à nos produits typiquement français. Dr Pepper, Jelly Beans et les Lucky Charm deviennent des produits essentiels.
Le dernier stade est une envie obsédante et irrésistible d’aller à Londres. »

Damien : « Pour vous, ça fait quoi d’attraper le London Virus ? » Réponse : « C’est so British ! » (c’est le premier truc qui m’est venu à l’esprit).

SDC : London Calling,

Ce n’est pas tant de pudding et de jelly dont j’ai envie mais d’un bon vieux Fish & Chips dans sa feuille de journal graisseuse.
Ce gras laissé sur les doigts qui malgré la nuée de serviettes ne se décolle pas !!
Pas vraiment le truc idéal pour aller fouiller dans les bacs de discs, mais tant pis, la passion n’attend pas.

Et profiter de ce moment privilégié pour s’habiller « à l’anglaise », un peu n’importe comment en réalité, mais tranquilles, emportés par la foule. Sans oublier de caler en amont les retrouvailles avec les copains installés là-haut, histoire d’aller se jeter quelques pints derrière la cravate en refaisant le monde avant de filer (à l’anglaise) dans un club pour une soirée avec de grosses basses, comme seuls les anglais savent le faire.

Enfin prendre le temps de laisser les kids (y’en a 3!!) pour partir en amoureux, à deux, sans biberon, poussette, réveil à 6h30… Décrocher de la quotidienneté envahissante parce que même si on les adore ces petits, c’est vraiment bon de faire un break de temps à autre.

Et puis revenir fourbus et heureux de cette piqure de rappel ; parce que c’est vrai quoi le London virus est tenace.

Sowil : I would like to perfect my english in the city of the Queen.

Eric : Depuis que j’ai attrapé le London Virus, je me prends pour la Reine d’Angleterre. Laissez-moi aller saluer mes bons et loyaux sujets. PLEASE !!!

Tantan : Allons donc à London !

Guillemette : Ma semaine a été pourrie, mon chat est mort, mon mec m’a quitté, j’ai été viré de mon boulot et j’ai chopé une mycose. J’ai absolument besoin d’un pass pour aller me jeter dans la Tamise plutôt que dans le Rhône.

Mizz : You could constatay that my maitrisness of the English is very very deplorable. I really really need to go to London to ameliorate my poor english and become mucho fluent. I think it will be good for me to talk with English people about the rain (and the reine), beer and punks. I m sur that with reading all the panneaux in the subway, in the street and everywhere around, I will progress very very a lot. So please help me to win the passe!

Aymeric : La seule chose qui pourrait me guerrir c’est un bon Wooper de chez Burger King ;-)

Dijan: Le London virus est une petite bactérie qui entre par n’importe quel moyen dans ton corps et qui te fait tourner la tête ! Ah toi l’extravagance ! Ah toi l’humour anglais ! Ah toi cette musique si particulière qui se détache des autres !
Le London virus te change à jamais. Tu ne peux t’en séparer ! C’est comme enlever la moitié d’une personne, son âme-soeur, son jumeau, sa meilleure amie.
Le London virus c’est aussi manger du bacon et d’autres aliments bien lourds dès ton réveil ! De quoi te donner la force pour visiter cette belle capitale !
Et ouais, on peut dire que London Virus c’est So amazing !

Alex : Sale histoire : 21 heure 42, je me sens fiévreux. Pas vraiment malade mais patraque quoi. A moins que ce ne soit l’envie de ne rien faire qui me fatigue,  qui accable mon corps qui n’en attend pas tant : »- Ohé! faut se calmer mon gars on est malade ». Ouais, peut être bien. Du coup je prends l’option sucotage d’écran, je me dégoupille une bière et j’attends que ma bien aimée rentre. Ce sera pas encore. Je l’imagine déjà  » – Encore avachi devant ta télé à la con! Tu risques pas de choper le London virus dans ton canapé miteux ». Bof, je ferais mieux de me coucher.

Kirst nous a même carrement dégotté une Fiche Wikipédida ultra complète du phénomène viral.

And the winner is …

Il vous reste jusqu’à ce soir minuit pour proposer votre version du London Virus. Passé ce délais, l’équipe de Lyon69.net désignera les 3 finalistes. Eurostar décicera ensuite de qui mérite d’être soigné.

NB : Nous n’avons pas encore arrête notre choix quant aux 3 gagnants, n’hésitez pas à indiquer vos préférés et à nous influencer dans les commentaires :)

EDIT : IL EST MINUIT ET DONC GRAND TEMPS DE VOUS DONNER LES RESULTATS

Les 3 personnes ci-dessous vont rejoindre les finalistes sélectionnés par chacun de blogs participants à l’opération pour passer l’ultime sélection auprès d’Eurostar qui choisira les heureux élus.

Nous avons décidé des récompensés une personne pour chacune des catégories Images, Sons et Texte.

Dans la catégorie Image : the winner is Martin et sa peau aux allures de plans du métro. L’idée originale et la grande qualité de l’image ont été un grand plus.

Dans la catégorie Son : the winner is Emmanuelle. Oui, elle était seule dans sa catégorie. Oui le son était pourri (Tu habites dans une cathédrale, Emanuelle ?), mais sa chanson nous est resté dans la tête toute la journée. On était obligé de la sélectionner pour essayer de se l’enlever du cerveau.

Dans la catégorie Texte : the winner is Kirst et sa fausse fiche wikipédia d’une précision drôle et inventive. Et puis parler de cockney, de hangover form hell et de régime BRATT indique clairement que cette patiente est en stade terminal et qu’il faut l’aider au plus vite.