bouchon lyonnais

Aaah les bouchons lyonnais… Symboles de la gastronomie lyonnaise et passages obligés du touriste visitant la Capitale de Gaules, ces petits établissements servant une bonne et goutue cuisine lyonnaise, ne seraient-ils pas le plus grand mythe du way of life lyonnais ?

En effet, j’ai une info pour vous chers touristes et autres gens de passage : les Lyonnais ne mangent pas dans les bouchons.

La plupart des lyonnais boude ce type de restaurants au quotidien. Certes, il arrive que certains aillent déguster un bon et gras tablier de sapeur, soit par véritable amour du cochon (ils sont peu nombreux) soit par accident (une grand-tante de passage qui veut absolument déguster un boudin aux pommes).

Un peu comme les Parisiens ne vont jamais visiter la Tour Eiffel, les lyonnais ne mangent jamais dans les bouchons. Plusieurs explications à cette grande supercherie :

Les bouchons ont mauvaise réputation.

A quelques rares exceptions prêt, les bouchons de la Presqu’Ile et du Vieux Lyon sont des attrape-touristes qui cherchent avant tout à faire du volume auprès de gens de passage qui, satisfaits ou non, ne reviendront de toutes façons pas.

Les vrais bouchons à Lyon sont rares et la plupart ne sont pas dans le centre ville.
Bien que certains d’entre eux se soit regroupés autour de l’appellation Authentiques Bouchons Lyonnais pour tenter à leur façon de lutter contre les usurpateurs, les Lyonnais assimilent les bouchons moins à la tradition et à la bonne cuisine qu’à une bouffe grasse et quelconque.

Ce n’est pas du tout diététique

A force de propagande santé sur les bienfaits de manger 5 fruits et légumes par jour, on commence à avoir du mal à trouver de l’enthousiasme à ingurgiter un saucisson chaud et sa sauce au vin  (suivi d’un gâteau de fois et sa sauce béchamel, d’un demi Saint-Marcelin, pour conclure par une tarte à la praline).

Alors, en attendant l’ouverture d’un bouchon végétarien et sain, la plupart des Lyonnais préfèrera un restaurant servant de la nourriture plus diététique.

Lyon se globalise.

La globalisation a tendance à homogénéiser les gouts de toute la planète. Et en ce moment la mode n’est pas à la cuisine de papy Paul Bocuse, mais à celle d’inspiration japonaise. Lyon n’échappe pas au phénomène. Il suffit de voir le nombre hallucinant de bars à sushi ouverts récemment et qui attirent une foule de Lyonnais avides de nourriture saine et exotique (moi le premier).

Voilà, vous connaissez maintenant la vérité sur les bouchons et les relations qu’ils entretiennent avec les Lyonnais.
Cependant rien de vous empêche d’aller gouter une quenelle de brochet sauce Nantua lors de votre passage chez nous. Je suis d’ailleurs sûr que nos gentils lecteurs ne manqueront pas de vous conseiller quelques bonnes adresses (Oui, il en existe encore !) dans les commentaires.