nuit des publivores

5h de pub, deux groupes de musique, « Tatie Charby » (oui, oui) aux platines : samedi soir, c’était la Nuit des Publivores au Transbo.

De la pub, en veux-tu en voilà : vintage, internationale, bien pensante, marrante, surprenante, il y en avait pour tous les goûts et dans tous les sens.

Mais ce n’est pas tout : la Nuit des Publivores nous a aussi permis :

  • de tester notre résistance au froid en attendant sagement l’ouverture des portes ;
  • de croire que Thomas Fersen était là (croisé par moments avec Bénabar, même), réincarné pour l’occasion dans le chanteur des Mots de Tête ;
  • de connaître notre première crise de sciatique, rapport aux sièges bien inconfortables du Transbo ;
  • d’apprendre à dire « entracte » en 58 langues différentes sur un air de presque Benny Hill ;
  • d’étayer notre culture gé en matière de villes candidates à l’organisation des JO ;
  • de tester le Maxiccino au stand Nescafé qui sponsorisait la soirée pour tenir le choc ;
  • de confirmer que le café, même à volonté, ça ne remplace pas un truc à grignoter et que 19h-3h le ventre vide, c’est très long  ;
  • d’applaudir ou pas quand des pubs enfonçaient des portes ouvertes ;
  • de se rendre compte que les pubs old school duraient hyper longtemps. Et que disponible ou pas, le cerveau décroche ;
  • de constater que l’unité thématique des tranches de pubs était parfois relative ;
  • de conclure que le sexe & l’industrie automobile ont clairement plus les moyens financiers que d’autres de communiquer massivement.

Nos préférées toutes catégories confondues :

  • Coca-Cola pour les interprétations libres des hymnes nationaux par les supporters de foot égyptiens
  • La prévention de l’alcoolisme chez les jeunes britanniques
  • Chevrolet qui parodie la Citroën C3
  • Le retour du come back de BudWeiser, en mode on s’était dit rendez-vous dans 10 ans (mais depuis, la crise est passée par là)
  • La prévention routière & l’ours qui fait du moonwalk

En images, ça donne ça :


+++

+++

+++

+++

+++

Qui a dit que finalement, pas besoin de se farcir les sièges du Transbo pendant 6 heures ? Pas nous !!!
Parce qu’au fond, on était quand même bien contentes d’y être ensemble ! (Bisounours Power !)

PS : Si l’expérience vous tente, l’édition stéphanoise aura lieu en mars ! A retrouver sur SaintEtienne42.net ! (Un jour peut-être !)

Photo : Nuit des Publivores