erro lyon 1

Vous en avez ras-le-bol d’entendre parler de l’expo Star Wars ? Vous trouvez que Dark Vador ne fait pas peur ? Que Chewbacca est le héros le plus ridicule de tous les temps ? Vous détestez la voix d’Harrison Ford à ses débuts ? Vous trouvez que la coiffure de la princesse Leïa est une abomination pour la mode ?

Ou alors, vous êtes fan de la première heure et vous détestez que ce que Disney est en train d’infliger à votre saga favorite ?

Un conseil pour ne pas finir aigri : foncez à la rétrospective Erró au Mac !

C’est qui ça Erró ?

Erro Lyon 5

De son vrai nom Gudmundur Gudmundsson – pour moi le nom le plus chouette de la planète – Erró est né en Islande en 1932, il vit et travaille à Paris. Le joyeux octogénaire s’est intéressé dès le début de sa carrière à la profusion des images auxquelles notre société nous expose au quotidien, notamment à travers les médias.

Il a donc mixé au fil des décennies de nombreuses images iconiques provenant de la publicité, des livres d’images pour enfant, des comics ou même des affiches de propagande ou des revues techniques spécialisées à travers de très nombreux collages, tableaux et dessins… Le tout dans un joyeux bordel très coloré mais qui reste avant tout dénonciateur d’une société ultra exposée à la propagande – qu’elle soit politique ou consumériste.

Erro lyon 3

C’est ainsi que Han Solo croise Mao sur un paquebot, Mickey, Wonder Woman, Miley Cirus sur fond de profusion de pizzas, de jouets ou d’épaves de voiture. Foutraque mais efficace !

Erro Lyon 4

Son oeuvre est donc extrémement riche, parfois très drôle, toujours très dynamique : les techniques tout comme les matériaux utilisés évoluent perpétuellement au fil du temps ; et la rétrospective que le Musée d’Art Contemporain lui consacre l’est tout autant : les 250 oeuvres exposées sur les 3 étages (3 000 m²) permettent d’apprécier pleinement les différentes “phases”, styles et discours que l’artiste a expérimenté tout au long de sa carrière, jusqu’à la limite de la saturation.

Erro Lyon 2

En plus l’artiste est drôlement généreux. Pour remercier le musée de lui consacrer cette rétrospective, il lui a fait don de 130 oeuvres auxquelles il a ajouté un tableau monumental “Silver Surfer Saga”, dans laquelle on reconnait le célèbre héros de comics…

Une raison de plus pour d’y intéresser…

Du 3 octobre au 22 février (du mercredi au dimanche de 11 heures à 18 heures).
Musée d’art contemporain, Cité internationale, 81, quai Charles-de-Gaulle (Lyon 6).
Tarifs : adulte 8 € (réduit 6 €)
www.mac-lyon.com

Notre chroniqueur Anthony a également parlé de l’expo sur son blog perso.