La street food est à la mode… chez nos voisins.

Depuis quelques années, la “nourriture de rue” est à la mode. Véritable phénomène culinaire ce type de cuisine, avalée rapidement, rarement saine mais souvent super bonne, souffle un vent d’originalité dans l’univers parfois guindé de la gastronomie. Même certains grands chefs s’y mettent et ré-inventent des versions sublimées des hot-dogs, bretzels et autres réjouissances junk-foodiennes.

Manque de temps, manque d’argent, la street food est dans l’air du temps et ce n’est les 3 000 food trucks installés dans les rues de New-York qui viendront démontrer le contraire.

La France, elle, semble épargnée par la vague. Même à Paris, précurseur de toutes les tendances, la street-food ne semble pas avoir droit de cité. Et les rares échoppes roulantes sont hors de prix. A Lyon, n’en parlons pas, quand on parle de nourriture de rue, on pense aux stands de merguez devant le stade de Gerland, les soirs de match, ou les camions-kebab ouvert la nuit sur les ponts.

Rigidité de la législation, lobbying des restaurateurs faisant leur blé le midi et culture du vrai déjeuner sont autant d’obstacles au développement de la culture street food dans nos rues.

La France, c’est le pays de la gastronomie, cher Qyrool ! Va pas nous ramener tes cochonneries américaines. Chez nous c’est le royaume du jambon-beurre, des produits du terroir, des bons légumes du marché.

Et ben justement, en parlant de marché, et si l’invasion de la street food se faisait par le biais de ce truc très français…

Market Food

Vous l’aurez peut-être remarqué, sur les marchés, on trouve de plus en plus de stands de nourriture à emporter (et ça va bien au delà du poulet rôti). Il n’est plus rare de trouver entre 2 producteurs de légumes, des camionnettes proposant mezze, rouleau de printemps, galette marocaines, empanadas voire même choucroute ou paëla.
Faut-il donc prendre la direction des étales, le midi, pour trouver un truc bon, pas cher et rapide à manger ?

Le phénomène est très visible sur le marché Augagneur, la proximité du quartier cosmopolite de la Guillotière et ses nombreuses cantines y contribuent beaucoup. Dans sa version nocturne, le jeudi soir, les stands de nourriture à emporter font le plein : les nombreuses personnes installées sur les Berges y trouvant un bon moyen de se restaurer.

Alors, les marchés futur lieu de street food en France ? Peut-être, mais le seul petit hic, c’est que les marchés sont rarement à proximité des bureaux (A quand un marché devant les tours de la Part-Dieu ?).

Nos camionnettes préférées

Aklé : traiteur libanais super bon
mardi (8h-13h) : place Ambroise Courtois (8ème arr.)
mercredi (8h-13h) : boulevard de la Croix-Rousse (8ème arr.)
jeudi (15h-20h) : quai Augagneur, (3ème arr.)
vendredi (8h-13h) : rue Gabillot (3ème arr.)
samedi (8h-14h) : quai Saint Antoine (2ème arr.)
dimanche (8h-14h) : quai Augagneur (3ème arr.)

Senor Carlos : restaurateur Chilien et ses empanadas à se damner
samedi (8h-14h) : marché Saint-Antoine (2ème arr.)
dimanche (8h-14h) : marché Saint-Antoine (2ème arr.)

29 commentaires

  1. et sinon y’a une rumeur d’une seule source pour l’instant qui a téléphoner à la mairie de Lyon concernant l’implantation de streetfood et il semblerait que la municipalité pourrait décider de changer les regles concernant justemment un petits nombres de stands jugé de qualité. Mais cette info est à prendre avec des pincettes puisque non recoupé une 2e fois.
    Je suis sur qu’un lecteur proche de tête pensantes de la villes pourrait nous éclairer sur le sujet. Car dans ce cas là je connais 2-3 personnes qui vous sortirais des concepts de foodtrucks de derrière les fagots.

  2. @Camille : oui que 2 adresses pour le moments, l’idée est de compléter la liste avec les suggestions des lecteurs 🙂
    @Speedyop : pas d’infos sur le sujet, mais ce serait effectivement top 🙂
    @Samy : En dehors de la presqu’Ile, non pas tu n’y penses pas ?!! Bon et Quai Augagneur c’est pas en Presqu’Ile d’abord !

  3. Cher Qyrool, je me permet de compléter tes propos en disant qu’il y a deux autres facteurs prédominant limitant la possibilité d’implantation de stand de street food :
    – la surpopulation de boui-bouis plus ou moins douteux de fast food (kebab principalement) en centre ville qui n’incitent pas les gens à tenter d’ouvrir un Nième commerce de nourriture sur le pouce (et aux mairies de les autoriser?).
    – la passion du moment pour les émissions de tv sur la cuisine, qui se traduit par un retour plus ou moins important des français en cuisine (ce n’est qu’une tendance, il faut relativiser bien sur). Le nombre de cours de cuisine explose, certaines catégories de la population reviennent aux bases de la (vraie) nourriture après des années de mal bouffe.
    Néanmoins, le midi, peu ont le temps de rentrer chez eux pour manger son bœuf bourguignon accompagné de la poêlée de légumes de saison donc il y a de la place pour les street food. Sans compter sur les jeunes et moins jeunes qui sont débordés et qui n’ont pas le temps de cuisiner 😉

    1. Cher Stimpa merci pour ce complément.
      Je suis pas pleinement d’accord.
      Il me semble que c’est plus les restaurateurs classiques qui font pression que quelques mauvais kebab qui freinent porteurs de projets et municipalité.
      On peut adorer faire la cuisine, les bons produits et le street food. C’est mon cas. J’adore cuisiner quand j’ai le temps et l’envie, mais pour le midi rien n’est plus pratique et rapide q’un bon food truck à proximité du bureau. Parce que le sandwich à 4€ à la boulangerie tous les jours, on s’en lasse.

  4. Bonjour à tous,

    Je suis très content de voir cet intérêt pour le street food lié au terroir français et à la passion de la gastronomie à un prix abordable. Actuellement, nous travaillons sur un projet dans ce sens et un des grands noms de la cuisine lyonnaise participe à notre cause. Nous avons déjà gagné un prix national avec notre concept et souhaitons le concrétiser à Lyon très prochainement.

    Nous vous tiendrons informés et vous souhaiterons bon appétit!

    A très bientôt.

    Henry

    1. Bonjour à tous,
      Merci pour votre intérêt par rapport à notre idée. J’ai le plaisir de vous informer que nous avons lancé notre concept de Street Food à la française (marque déposée) depuis quelques jours et, actuellement, nous sommes sur le Marché de Noël de Lyon place Carnot et ce jusqu’au 24 décembre.
      Nous serons présents, également, présents pendant la Fête des lumières de Lyon du jeudi 6 au dimanche 9 décembre. Vous nous trouverez à l’angle de la rue Childebert et la rue de la République.
      Notre concept est basé sur la cuisine du terroir à la portée de tous! (ceci est déposé également, désolé) et nous nous concentrons actuellement sur la cuisine de Rhône-Alpes.
      Vous trouverez, par exemple, les crêpes vonnassiennes farcies à la joue de bœuf ou à la tartiflette de Noël ; le mini saucisson brioché farci aux poireaux et à la sauce madère, les crêpes garnies au praliné, les rissoles XXL, etc. En somme, une nouvelle manière de déguster les produits et spécialités qui font la renommée de Rhône-Alpes.
      En espérant vous voir bientôt et en vous vous souhaitant bon appétit.
      Bien cordialement.
      Henry

  5. 8€ le burger et 10€ le menu (avec le choix entre frites ou coleslaw) au Camion qui fume pour des produits de qualité supérieure et préparée par des ricains qui, vu la queue, savent ce qu’ils font, tu trouves ça hors de prix ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*