Salut les chatons.

Nos vies de jeunes urbains actifs ne sont pas toujours faciles-faciles.

Afin de rendre les choses plus simples, CityCrunch a lancé une rubrique sobrement intitulée Suggestion d’amélioration. Son principe est simple : détecter des dysfonctionnements dans notre quotidien et proposer des solutions.

Vu l’influence de notre humble blog, nous ne doutons pas que les autorités compétentes feront le nécessaire pour rendre concrètes nos propositions.

On commence donc cette nouvelle semaine avec une amélioration qui pourrait être cool : de nouveaux abribus multifonction.

À Paris, on recharge son téléphone en attendant le bus

Parce que j’ai profité de la météo estivale pour rendre visite à des amis à Paris et me balader dans la capitale. Et forcément, qui dit trajet en train + photos de Notre-Dame + achat de billets pour le Grand-Palais + recherches d’itinéraires sur le site de la RATP = 10% de batterie à 18h30.

Sachant qu’il y avait de fortes chances pour que je commande un Uber sur les coups de 2/3 heures du matin, il me fallait vraiment recharger la bête.

En sortant du resto, nous attendions le bus et mon ami parisien m’a dit « Hey, j’ai vu que tu tentais de recharger ton téléphone tout à l’heure, regarde, tu peux le brancher là ! » en me montrant un port USB dans le flanc de l’abribus. Ah bah mince alors ! On n’a pas ça nous à Lyon !

www.mobilicites.com

Il s’agit en fait des nouveaux abribus JC Decaux installés dans la capitale depuis… 2016. Bon, apparemment, les parisiens n’en sont pas méga-ravis : ils sont jolis certes, mais il parait qu’ils laissent plus facilement passer la pluie et le vent…

Toujours est-il que pour cette suggestion d’amélioration, je me suis dit qu’en fait, l’abribus est un super terrain d’expérimentation urbaine ! Il y en a dans toutes les villes, ils sont utiles et ce sont des lieux d’attente et/ou de rencontre.

Améliorer les abribus en leur apportant de nouvelles fonctions

Certes, les agences de publicité ont transformé de nombreux abribus dans le cadre d’opérations de « street-marketing » mais il s’agissait exclusivement d’aménagements éphémères et ludiques…

Là par exemple, ça se passe en Australie où il n’y a pas la Vogue des Marrons mais où tu peux jouer avec une pince pour attraper un tube de crème solaire.

Ou cet abribus rampe de skate.

En faisant d’autres recherches, j’ai trouvé cette idée super : un abribus qui fait boîte-à-livres / bibliothèque !

Un abribus bibliothèque à Vancouver
http://www.vitaminecc.fr/

L’abribus du futur ?

Sur le site du designer Marc Aurel, on trouve cette « station de bus expérimentale Osmose » pour JC Decaux. Installée en 2012, cette station où « il est possible de prendre un café en attendant le bus, d’emprunter un livre, d’écouter de la musique, de recharger son téléphone, d’acheter un plat cuisiné à emporter. Enfin, une lumière évolutive et dynamisante vient réguler, de jour comme de nuit, la vie de la station. » a finalement été démontée en 2014.

L’idée est sympa mais je trouve que ça commence à prendre beaucoup de place dans l’espace urbain…

Source : http://aureldesignurbain.fr

Et nous, on l’imagine comment ?

Personnellement, j’imagine un abribus doté de :
– Une mini-borne de recharge de carte Técély et distributeur de tickets.
– Un grand écran tactile sur lequel il y aurait vraiment tous les horaires, les itinéraires, plans et correspondances (bon, ok, la même chose que sur l’application, mais en mieux !) mais également sur lequel on pourrait consulter Lyon CityCrunch, avoir les dernières informations culturelles ou sur les stations Vélo’v aux alentours…
– Plusieurs ports USB pour recharger les appareils électroniques.
– Un mini-distributeur de café (local et équitable bien entendu…).
– Une fontaine à eau gratuite.
– L’eau proviendrait de l’eau de pluie récupérée sur la toiture et filtrée et l’électricité de panneaux photovoltaïques.
– Une boîte à livres.
– Des parois chauffantes pour l’hiver mais qui ne fonctionneraient qu’au contact (quand on s’appuie dessus).
– Une toiture végétalisée pour améliorer le point de vue depuis les immeubles alentours.

Là aussi trouvé sur le site de Marc Aurel, je trouve cet abribus dessiné pour la ville de Manchester vraiment réussi.

Source : http://aureldesignurbain.fr

Et vous, vous l’imaginez comment l’abribus du futur ?

8 commentaires

  1. Ca va venir. C’est une question de renouvellement du marché public.
    Le renouvellement du matériel « abris bus » est pour bientôt. Avec prise USB et wifi.

  2. Ça va être difficile d’avoir à la fois un toit généralisé et à la fois des panneaux solaires mais pourquoi des éoliennes verticales sur le toit végétalisé (prévoir un grillage pour éviter aux malins qui veulent fumer l’herbe du toit de se mettre les mains dedans). Les plantes du toit pourrait aussi tomber les côtés pour rendre l’espace encore plus végétalisé : fraîcheur l’été et isolation du vent assuré.

  3. Belle idée CityCrunch, vous remontez dans mon estime avec ses abris de bus certifié bio-équitable, par contre merci d’éviter de faire l’apologie dans le même temps de la crème solaire ultra polluante et nocive pour la planète….

  4. Commençons par le commencement. À saint Paul, devant la gare.. pas d’abribus, rien, nada.
    Juste un bout de trottoir en cas de pluie on est mouillé, en cas de vent on se gèle.
    Depuis cet été seulement le panneau d’arrêt est connecté et annonce les bus en arrivage..
    Alors le toit végétalisé et la connections wifi….

  5. Bonjour à tous amis de Lyon City Crunch!

    J’ai une idée qui peut paraître sogrenue mais pourquoi ne pas mettre des éolienne sur les abri-bus? Petite bien évidement mais cela permettrai de produire de l’electricité pour les bus…
    Plus ludique comme idée : mettre des tableaux et des stylos pour inciter les enfants (ou plus grands) à passer auuuu tableauuuu et s’exprimer sur les envies du moments ou mettre des citations etc… ça peut être sympa!

    Bonne soirée à tous.

  6. Au mois de juin Jazz à Vienne avait customisé des abri-bus vers l’Hôtel de Ville de Lyon, on pouvait brancher un casque et écouter des morceaux des artistes du festival, c’était cool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*