Tous les ans, c’est la même chose.

Vous pensiez profiter d’un des derniers weekends avant la folie de Noël pour passer en mode «couette/cocooning», vous faire un brunch en amoureux, ou vous mettre à jour sur la saison 8 de Desperate Houswife…
Hééé béééé non ! Et c'est dans ces moments-là où on se demande pourquoi on n'a pas passé plus de temps pour se trouver un weekend pas cher n'importe où ailleurs !

Vos amis, ceux que vous n’avez pas vus depuis 6 mois, débarquent de l’autre bout de la France (comme plus de 4 millions de visiteurs) pour venir s’entasser entre la Saône et le Rhône. Et sur qui ils comptent pour découvrir cette splendide ville dont vous leurs avez tant rabâché les oreilles ??  Hummm ? Sauf que bon… faire du tourisme le weekend de la Fête des Lumières, c’est super relou.

Donc si comme moi, ça vous gave légèrement de devoir vous taper la foule, le froid, les piétinements, les kilomètres parcourus à la recherche d’un coin où manger (très mauvaise idée), mais si malgré tout, vous voulez que vos amis aient un bon souvenir de Lyon et reviennent vous voir (hors 8 décembre), voilà comment on voit les choses…

Se sustenter :

Mangez avant !

Rien de pire que de se traîner le râleur qui a faim (vous l’avez reconnu ?) et veut manger « dans un bouchon ». Vous savez pertinemment que tous les bons restaurants sont réservés depuis des semaines. Les mauvais bouchons serviront des menus « 8 décembre » décongelés en masse et expéditifs.  Cette histoire va forcément se terminer en kebab…

Servez-leur un bon velouté de courge et un petit coup de gnôle. Un repas vite préparé, qui les réchauffera de l’intérieur.

Vos amis sont un peu lourds et insistent pour goûter aux traditions Lyonnaises ?

Proposez leur de faire un bon petit restaurant le midi, il y aura moins de monde que le soir. Puis en début de soirée, servez leur à l’apéro des petites quenelles à griller Giraudet. Ils proposent aussi de la soupe de saison. C’est local, c’est bon, c’est chaud, et c’est Lyonnais. Vos invités vont vous aimer !

Se garer :

Oubliez les parkings de la Presqu’île et faites garer vos amis en périphérie. Je vous conseille les collines : assez proches pour être rapidement à pied au centre ville, mais moins de guerre pour avoir une place : St Just,  St Irénée,  Hénon, Cuire…
Vous vous laissez descendre doucement à pied. Je vous assure qu’à St Just, on trouve des places gratuites, même un 8 décembre, et qu’il y a peu de chance d’animation et de foule. En 20 minutes par la montée du Gourguillon – pittoresque et calme – vous êtes à St Jean, et vous plongez dans le centre historique de Lyon.

Se mouvoir :

Rappelez à vos amis que Lyon, c’est petit, et qu’on peut tout faire à pied. Éventuellement, descendez une ou deux stations avant la Presqu’Ile.
Les stations à proscrire sont : Bellecour, St Jean, Cordeliers, Hôtel de ville. Descendez plutôt à Perrache, Guillotière, Garibaldi, Foch…

Soyez fermes, même si vos amis insistent beaucoup : les funiculaires c’est NON ! 1h de queue pour monter entassés comme des quenelles dans un sachet sous vide n’est pas le meilleur souvenir qu’ils ramèneront de Lyon. Oui la vue depuis la colline de Fourvière est à couper le souffle, mais elle se mérite : montez à pied.

Car il ne faut pas oublier que la Fête des Lumières se fait avant tout en marchant et qu’on a jamais vu beaucoup de lumières dans les couloirs du métro. (Enfin si c’est arrivé une année, où une des installations était dans les rames des lignes A et B). Prévoyez de bonnes chaussures, des chaussettes bien chaudes et quelques pièces de monnaie pour le ravitaillement en vin chaud.

Attention, ne vous laissez pas tenter ! Le jeudi 8 décembre, tout le réseau TCL est accessible gratuitement à partir de 16h. Gardez l’idée plutôt pour le retour (mais tard).

S’émerveiller :

Faites les trucs que les autres ne font  pas.
Pour traverser Lyon en longueur (Nord au Sud), oubliez la place des Terreaux, faites une croix sur la rue Edouard Herriot ou la rue d’la Ré, ne pensez-même pas à passer par la place des Jacobins (qui est en travaux de toute façon). Circulez sur les quais. La vue de la ville y est magnifique, beaucoup d’animations sont prévues autour des fleuves et vous éviterez les gros mouvements de foule. De là, admirez les collines, les ponts et les reflets sur les fleuves.

Encore mieux ! Sortez tôt ou tard. Les animations commencent à partir de 18h et se terminent à 1h du matin mais de 20h à 22h c’est un peu la cohue, notamment sur les grosses installations. Préférez le début de la soirée pour une ambiance familiale ou le début de la nuit pour une ambiance un peu plus chaude et avinée.

Vos invités sont décidément très lourds, et malgré vos recommandation veulent du spectaculaire ?

Abandonnez-les à leur triste sort (genre devant la Cathédrale Saint-Jean, bien fait !) et donnez leur RDV dans un pub (à St George, il n’y a pas d’animation lumineuse de prévu), profitez-en pour faire un des parcours  « sur mesure » proposé par le site des Lumières : Déambulation insolite  me semble très bien.

Ne faire que passer :

Pour finir, vos amis sont des loosers, et ne savent pas se servir d’un GPS ?
Cette année, la ville de Lyon aura pensé à ceux qui ne font que passer en voiture, et qui resteront coincés comme chaque soir (mais en pire) sous l’échangeur de Perrache. Ils pourront donc admirer :

  • « La zone grise » : Passage éclairé sous Perrache dans le prolongement du cours Charlemagne
  • « Engouffrez-vous dans la Fête des Lumières » : à l’entrée du tunnel de Fourvière
  • « City Sleep Light: Debrousse Veille » : levez la tête au niveau de Perrache, et en direction de St Foy lès lyon !

Et si vous êtes un habitué des festivités, n’hésitez pas à compléter ce guide dans les commentaires, avec vos propres conseils !

Photo : www.b-rob.com