Hier à Lyon, il y avait ceux qui avaient choisi d’être au bord d’une piscine sans eau (All Day Long à la Piscine du Rhône) et ceux qui avaient opté pour une piscine plein à raz bord (L’Extra Je Peux Pas j’ai Piscine, sur le toit d’un bâtiment à la Confluence.

Une bonne partie de la team de Lyon69 avait opté pour la deuxième option. Et l’après-midi s’est montré à la hauteur du concept à savoir faire la fête les pieds dans l’eau et une bière à la main dans le ciel de Lyon.

Extra !

Chaude ambiance, éclaboussures, maillots, tongs, la grosse centaine de personnes qui étaient arrivées suffisamment tôt ou avaient eue la patience de résister à une queue de plus d’une heure pour pouvoir entrer semblait avoir le smile. Une vraie pool party comme on aimerait en voir plus sur Lyon (Clin d’oeil insistant aux organisateurs.)

Fin d’après midi. Scissions dans la team. Tandis que certains courent à la visite privée du nouvel Apple Store de Lyon, on file au Docks 40 pour interviewer Agoria qui mixera quelques heures plus tard au Marché Gare. (On vous reparle d’ailleurs très vite de cette rencontre dans un prochain article).

Apéro Sonores

20h. Tout Lyon semble s’être donné RDV au « Soul » Passage Thiaffait. Alors que l’année dernière on arrivait encore à esquisser quelques mouvement de danse, on ne peut cette fois qu’à peine lever les bras. Malgré la foule, l’ambiance reste très détendue et le lieu ne désemplit pas avant les dernières goods vibes balancées par le sound system.

Le temps de reprendre nos esprits et d’engloutir une pizza il est déjà minuit et grand temps de se rendre au Marché Gare pour la Nuit 3.

Nuit 3

On arrive au début du live de Caribou. Le son à peine balancé, on a l’impression de revivre les premières minutes du live de Battles, deux soirs plus tôt : sonorisation hasardeuse, coordination laborieuse et public un peu moumou. En fait le gros problème de cette scène 1 est la différence de perception des sons d’un endroit à l’autre. Catastrophique en bordure de batiment, plutôt très bonne en son centre exact. Du coup tel un Sheldon Couper de la série Big Bang Theory recherchant la place idéale dans un cinéma, nous déambulons dans la foule à la recherche de l’emplacement parfait. Alors qu’on trouve ce graal sonore, Caribou semble enfin donner l’énergie qui ont fait leur réputation en live. La foule s’enflamme au première note de Sun.

Fin de set. Petit tour au bar pro et coucou à notre photographe officiel préféré, tandis qu’Assassins envoi du très très lourd sur la scène 3.

Quelques bières plus tard, on passe voir ce qu’il se passe sur les autres scènes. Alors que DJ Medhi, Brodinski et Busy P élèvent encore un peu plus la température de la scène 3 avec un set efficace quoique parfois un peu brouillon. Nina Kravitz semble se faire chier grave (et le public aussi) scène 4.

2h00. La scène 1 commence à absorber toute la foule du marché gare tel une grosse éponge se gorgeant d’eau. Le live d’Agoria va commencer. On suit le mouvement et on se laisse doucement envahir par la transe collective. Agoria est un vrai chirurgien, c’est précis et sans accros, un vrai alchimiste capable de trouver le difficile équilibre entre subtilité et puissance. Le jeu d’éclairage est lui aussi parfait. Tout semble nous dire : bouge tes fesses, lève les bras, hurle ! C’est ce qu’on fera pendant 2h.

Alors voilà, encore une Nuit a finir sur un live d’Agoria. Je n’ai rien contre notre local heros que je trouve chaque fois plus impressionnant. Mais j’ai la vague impression que les Nuits Sonores se suivent et commencent terriblement à se ressembler.

Autant l’année dernière, la programmation de haute-voltige avait balayé cette impression de déjà vu, autant cette année elle saute aux yeux. (Et je me rend bien compte qu’on contribue à cette perception en organisant demain notre 3ème édition de la Food And Shoot Party).

L’aura du Festival ne pourra briller éternellement en utilisant les mêmes ficelles (même artistes, même lieux, etc.).

Allez, il y a aura peut-être du mieux demain. Quoi qu’il en soit on sera là pour vous raconter.

Ce qu’il fallait retenir de cette 3eme journée :

  • Les Extras en journée montent en puissance d’année en année. Voire dépassent certains événements officiels.
  • La mairie va devoir réfléchir sérieusement à agrandir le Passage Thiaffait en vue du prochain Soul Passage.
  • Il est possible de manger de bonnes pizzas à Lyon passé 23h.
  • Assasins ça a pas si mal vieilli.
  • Les groupes de Toronto sont décidément très bon.
  • Voir le jour se lever et avoir les semelles collantes et les fringues pleine de bière sont indéniablement un indicateur de soirée réussie.

Crédit Photo : B-Rob.com

11 commentaires

  1. Ma première grande vraie journée aux Nuits, et qui reflète bien l’esprit du festival tel que je le vois : des lieux géniaux, pas mal d’événements gratuits qui enthousiasment et font le plein et de quoi s’occuper de 14h à 5h du matin.

    Je ne peux pas trop comparer aux éditions précédentes, mais gageons qu’avec le changement de lieu et les 10 ans du festival l’an prochain, il y aura de la nouveauté à se mettre sous la dent!

  2. Autant de ressenti que des festivalier, je pense…

    Moi j’ai adoré Nicolas Jaar, mais je n’ai vu que le dernier 1/4 d’heure.

    J’ai trouvé Caribou assez brouillon, mais peut-être effectivement qu’on n’était pas bien placés (plutôt derrière).

    Assassins, faut pas déconner non plus…

    DJ Medhi, Brodinski, c’était bien bon.

    Nina Kravitz avait plutôt l’air de bien chauffer la salle.

    J’ai pas compris pourquoi y avait pas une seule poubelle sur le site…

    1. Il y avait des poubelles au niveau de tous les bars avec 2 poubelles pour faire un début de tri! Idée très « développement durable », malheureusement j’avoue peu de gens posaient leurs verres vides sur les bars où de gentils bénévols les mettaient à la poubelle… Du coup le sol du marché gare à 5h du mat’, c’est déco-plastique!

  3. Agoria… Très décevant ! La prestation de « l’enfant du pays » manquait cruellement de finesse. Et chaque année c’est pareil ! C’est franchement dommage car ce qu’il fait en tant que compositeur mériterait bien un live de temps en temps (comme en 2007 aux Subsistances). A croire qu’on est condamné aux dj set bourrins.
    Sinon c’est vrai que les NS se suivent et se ressemblent : les toilettes ne sont toujours pas à la hauteur :o(

  4. Concernant Nina Kravitz, elle a réussi à prendre tout le monde de la scène 2 donc je pense qu’elle a plutôt mis le feu! Agoria, le live est meilleur d’année en année, Dj Mehdi et Brodinski, je suis resté uniquement 30 minutes, c’est sympa de passer une playlist iTunes hip-hop mais faut pas se foutre de la guele des gens! Et les teenagers de 17 ans.. Moyen quoi!

    Voilà sinon très bonnes Nuits Sonores encore une fois!

    Mention spéciale à la Carte Blanche à Tokyo qui était géniale!

  5. Mon compte rendu de cette nuit 3:

    Nicolas Jaar: decouverte et bonne surprise. De la bonne sauce etrangement groovy en depit d’une sonorité metallique. Les contrepoints rythmiques de la batterie m’ont fait kiffer.

    Nina Kraviz: je ne peux que plussoyer les commentaires precedents. De la balle!! Elle a fait le plein d’un tout petit espace en un rien de temps. Du bon son club taillé pour faire bouger les pieds. Et c’etait un set de 2h là où les autres jouaient 1h.

    Matthew Dear: sympa mais sans plus, manque d’ambiance du coup je suis retourné danser devant Nina Kraviz dont le public avait ancore gonflé.

    Assassin: je ne connaissais que de nom et de reputation. J’ai adoré. De la presence. Du son. Des musique travaillées. Une experience de la scene indeniable: ils ont chauffé le public à blanc. Memorable. Je me suis dit que je ne faisais pas assez de concert hip hop. L’energie y est incroyable.

    Dj Mehdi/Brodinsky: J’ai A-DO-RE! Idem je ne connaissais que de reputation mais ils m’ont servi un style que j’adore le hip-hop electro. Des remixs bien sentis et bien enchainés. Une ambiance de fou, scene remplie. On sentait l’ambiance bon-enfant, la connivence. Ils se sont fait plaisir et ça s’est senti. Du coup le seul set que j’ai vu de bout en bout. Pour les aigris du hip-hop je rappelle que le line-up prevoyais Ninjasonik. Ce n’est pas non plus le truc le plus electro qui soit. Dj Mehdi a indeniablement une patate et un charisme d’enfer. Il prend son pied à ce qu’il fait, met l’ambiance, fait le show. Je l’ai revu le lendemain à la Piscine du Rhone: impression confirmée et un set completement different et tout aussi reussi.

    Agoria: j’etais canné, plus de jambe, plus de jus je me suis contenté de hocher la tete au fond la salle en buvant un jus d’orange. C’etait bien mais j’avais plus la force d’apprecier à sa juste valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*