500-by-qyrool

Restaurant préféré.
Passer après tous les co-auteurs de ce blog rend l’exercice difficile. Mon restau préféré est celui qui sait m’épater à chaque repas, me fait sentir comme chez moi et ne me met pas mal à l’aise avec un quelconque séromial.  Comme j’ai horreur de devoir réserver, je ne vois aucun interêt à vous communiquer son nom. (Gnac, gnac, gnac ^^)

Bar préféré.
Difficile de dire autre chose que l’Indo Café, véritable QG de le team rive gauche de ce blog. A 100 m de chez moi, j’y vais sur un coup de tête en rentrant des courses, du boulot, du sport ou des soirées (sur la Prex’ile ?), je suis sûr d’y trouver au moins un ami, un voisin ou une vague connaissance avec qui j’y ai déjà refait le monde. Pour y boire un coup ou pour m’enfiler un bo bun, c’est mon bistro-cantine préféré. Un savant mélange de branchitude, de bobo-cool virant parfois punk, soupoudré d’un coté chez Tété mémé des plus confortables.

Boutique préféré.
Mon coté wannabe m’incite à indiquer la boutique Addicted, le meilleur Snow Shop de Lyon (3 rue de la Fromagie, Lyon 1er). Mais en réalité honteuse, je vais dire Ikéa, le seul endroit où je suis incapable de resortir sans rien acheter. Il m’est même parfois arrivé d’y aller en tramway :-o

Quartier préféré :
La Guillotière (sans surprise) ! Avant d’y habiter, je regardais d’un air suspicieux, comme beaucoup de Lyonnais, ce quartier. Depuis que j’y vis, je suis tombé complétement amoureux. La place du Pont véritable cours des miracles de Lyon ouvre ses portes sur des quartiers multiculturels que je ne cesse de découvrir. Le quartier chinois par la rue Pasteur, le quartier étudiant par la rue de Marseille, le quartier africain par la Grande Rue, le quartier bobo par Gambetta, le quartier maghrébiin par la rue Paul Bertet et enfin le quartier bourgeois autour de la Préfecture par le cours de la liberté. Le tout à flan de Rhône, comme narguant la Presqu’ile à qui personne ici n’envie ses immeubles haussmaniens, ses boutiques de luxes, ou ses grandes sufraces d’habillement… Traverser ce quartier, c’est croiser des SDF bavards et entendre la musique sortir des squats artisiques ou des bars clandestins. C’est s’émerveiller devant des jardins improbables ou devant une galaxie d’un milion de graffitis. C’est sentir la fumée des narguilets, les odeurs de coriandres et de raviolis vapeur. Mais c’est surtout le joyeux bordel ambiant qui y régne donnant toute sa force au mot « ensemble ». Mais comment font les gens des autres arrondissements ?

S’il me restait 500euros et 500 secondes à vivre.
Je m’enverrai pour 500 euros de coke.  Avec les 500 euros je m’acheterais des bras géants pour faire un méga « hug » à ma famille, mes amis, les gens qui ont un jour compté dans ma vie (chats inclus). Avec mes bras normaux, j’enlacerais une derniere fois my frist, my last, my everything…