ZOMBIELYON

Et si au lendemain d’Halloween, vous retrouviez les gens dans la rue avec la même tête que vous les aviez laissé la veille. Si les yeux hagards, la démarche nonchalante, le teint pale et le léger grognement n’avaient pas été rangés avec les costumes de zombies, vampires et autres loups-garou.

Et si Lyon était envahie par les morts-vivants. Vous feriez quoi ?

Passé le moment de panique à l’idée de voir resurgir tous ces cadavres, faites rapidement marcher vos méninges. Que savez-vous sur les morts-vivants ?

mort vivant

Comment les éviter ?

Les morts-vivants ne sont pas très dangereux pris individuellement. C’est leur nombre qui causera votre perte. Afin de ne pas vous faire submerger par une foule de croqueurs de chair. Déplacez-vous en privilégiant les grands axes dégagés et éviter les ruelles.  On oublie immédiatement les traboules !

On évitera également de traîner à coté des grands cimetières lyonnais (Guillotière et Loyasse). D’une part par ce qu’ils pulluleront de cadavres ambulants mais aussi parce qu’on ne souhaite à personne de finir dévoré par Jacques Martin…

Évitez aussi les quartiers remplis de vieux (Une bonne partie du plateau de la Croix-Rousse, vers la Place Jean Macé et la quasi totalité de la colline de Fourvière). En effet, vous pourriez avoir du mal à distinguer une morte-vivante d’une mamie qui aurait trop forcé sur le violet pour sa coloration de cheveux.

mamie

Comment les éliminer ?

Contrairement aux vampires, ils ne craignent ni la lumière du jour, ni l’eau bénite, ni les oignons. La pleine lune n’a aucun effet sur leur état d’ame. Non, pour se débarrasser d’un mort-vivant, il faut anéantir son cerveau. Problème : où trouver, à Lyon, quelques armes à feu permettant de réduire en bouillie la cervelle de ses envahisseurs.  A la Duchère bien sur et son stock d’armes illicites !

Le plus dur sera de rejoindre la colline. Mais en suivant les conseils ci-avant, vous devriez pouvoir vous en sortir. Une fois armé comme un Rambo, il ne vous restera plus qu’à trouver un lieu adéquat pour repousser l’invasion.

Où se planquer et tenir le siège ?

Rien de mieux qu’un lieu haut placé pour pouvoir guetter et anticiper l’arrivée massive de morts-vivants. La colline des Fourvière est à proscrire pour les raisons évoquées plus haut. La toit du centre commercial de la Part-Dieu aurait pu être une bonne idée avec son Carrefour plein de victualises. Hélàs les visiteurs du temple du shopping étaient déjà tous infecté par la fievre acheteuse bien avant l’invasion. C’est définitivement une fausse bonne idée.

Le lieu idéal existe pourtant, il est très peu connu des lyonnais, peu fréquenté, en hauteur et dispose même de quelques lopins de terre qui vous permettront de cultiver des légumes si vous étiez amenés à lutter plusieurs semaines. Il s’agit des Jardins d’Elac, cet espace vert insoupsonné au dessus de l’échangeur de Perrache.

Cerise sur le gateau, si vous êtiez amené à devoir fuir la ville, autoroute, bus et train serait à quelques encablures pour vous permettre de prendre la poudre d’escampette.

J’espère que ces quelques brides d’informations vous auront été utiles et permettront à la plupart d’entre vous de vous en sortir sain et sauf si cette attaque avait lieu.

jardin-d'Elac

Je remercie au passage celui qui m’a soufflé l’idée de cet article, j’aurais bien aimé qu’il puisse rejoindre la team du blog.