upinlyon_1

(Myrtille) La semaine dernière, rdv pro en presqu’île, me voilà arrivée au terminus du Bus 23, dans le quartier de l’église St Bonaventure. Tiens cela doit faire un sacré moment que je n’ai pas déambulé à travers ces quelques rues, voilà qu’une demie douzaine de vitrines attirent mon regard, toutes sans exception sont celles de locaux vides mais elles arborent une signalétique léchée, dynamique et très attrayante, quelque chose se trame !

upinlyon_4

Je fixe dans ma mémoire l’inscription que je vois partout Up in Lyon et me promet d’aller taper ces 3 mots sur un moteur de recherche dès mon retour aux bercails. En attendant je me dis que je suis vraiment toujours attirée par les mêmes choses : un peu de rose flashy, de belles polices de caractères, une promesse de shopping et une énigme … Et voilà que mon clavier me brûle les doigts !

Rapidement trouvé, me voici arpentant le site Internet du concept Up in Lyon, je suis ravie car je retrouve la charte graphique qui m’avait attiré l’œil quelques heures auparavant (déformation professionnelle oblige !), malheureusement au fil de ma visite je me rend compte que les futures boutiques, qui ouvriront grâce à cette initiative, ne visent finalement pas du tout la personne que je suis. Le mot prestigieux employé à tord et à travers, une jeune ambassadrice féminine plutôt jolie (le contraire aurait été étonnant !) mais fagotée et accessoirisée comme pourrait l’être sa mère, femme d’affaire guindée et coincée sur ses talons aiguilles comme l’on a finalement pas vraiment l’habitude d’en voir dans nos contrées (enfin dans les miennes surtout, je l’avoue !) et des exemples d’emplettes dont je n’ose imaginer le prix … Je passe donc mon tour (si ça se trouve il y aura même une sonnette à l’entrée de chaque boutique ^^).

Un peu déçue mais encore curieuse (on ne se refait pas), je me tourne vers Camille pour laquelle le quartier n’a plus de secret depuis longtemps ! Et lui demande si elle a entendu parlé de ce projet, si elle a aussi croisé certaines de ces vitrines, ce qu’elle en pense et surtout (le plus important au final) si ça buzz en bien ou en mal (ou pas du tout) ?

(Camille)

Ahah, merci Myrtille de me refiler ce beau (et « prestigieux ») bébé! Alors oui, pour tout vous dire, j’ai entendu parler de ce projet. Passant souvent dans le quartier, moi aussi, et en bonne fashion victim avertie, j’ai repéré ces façades roses, qui d’un point de vue purement graphique m’ont beaucoup plu, je l’admets.

Là où il y a un « mais », car « mais » il y a, vous vous en doutez bien, c’est qu’avant toutes ces boutiques désertes, les rues du quartier Saint-Bonaventure étaient loin d’être désertes, justement. Je me souviens, du haut de mon grand âge, de ces vitrines d’agences de voyage que j’aimais tellement admirer, de la jolie Librairie « des Voyages », Raconte Moi la Terre, aujourd’hui exilée rue du Plat, après une fermeture pour le moins inattendue pendant quelques mois, et puis surtout du CNP Odéon, un cinéma dans lequel j’ai tellement de souvenirs.

Et me voilà aujourd’hui dans une rue sans vie. Seules véritables enseignes : Zilli (du luxe inabordable pour moi) et Picard. Point barre. Oubliez toute notion de dynamisme, ce quartier est mort. Il renaîtra un jour, cela je n’en doute pas, et peut-être ne suis-je que passéiste, à pleurer sur mon cinéma arty et mes agences de voyage (tout voyage s’achète en ligne, maintenant, non?!). Cela dit, moi, remplacer la culture par du luxe, j’ai beau aimer le shopping, j’ai un peu de mal.

Des rues avec des boutiques de mode haut de gamme, il y en avait déjà pas mal en Presqu’Ile, non? Avait-on besoin d’en créer une nouvelle artificiellement?

Ne pouvait-on pas essayer de conserver dans ces rues un peu de culture et de diversité? (Autre que Picard, je veux dire…)

Et l’affaire ne date pas d’hier. Depuis 2008 la presse locale souligne la morosité du quartier Grolée et critique l’initiative des Docks Lyonnais (propriétaires du quartier) qui a visé à pousser dehors les anciens locataires au profit de boutiques de luxe actuellement inexistantes.

D’ailleurs d’après le Progrès, même Picard devrait finir par quitter le quartier.

Alors je vous le demande, où va t’on, ma bonne dame?

Alors verdict, pour vous c’est Up In Lyon ou Down in Lyon ?!