Allez viens, je t’emmène …

Les chatons, j’ai trouvé votre idée de sortie pour le week-end prochain ! Prêt à quitter tes terres lyonnaises pour une destination proche de Lyon, à seulement 1h de route ou facilement accessible en train ? Prêt pour une destination terre de gastronomie où tu vas pouvoir remplir ton panier de course de délicieux produits locaux et ton bidon de mets savoureux ? Prêt pour une destination qui recèle des pépites patrimoniales ? Si tu as répondu oui à au moins l’une de ces questions, alors oui tu es prêt à prendre la direction de … suspense… Bourg-en-Bresse. Bon en même temps on considère que si tu as cliqué sur l’article c’est que soit 1) l’escapade à Bourg-en-Bresse t’avait intrigué ou séduit, soit 2) erreur de clic, et maintenant que tu es là, tu as envie de découvrir la suite !

Escapade à Bourg-en-Bresse, c’est quoi ce délire tu te dis… ils ont encore craqué chez CityCrunch ? Laisse-moi te livrer quelques bonnes raisons et je suis certaine que d’ici la fin de cet article, tu auras déjà regardé à quelle heure est le prochain train pour Bourg ou préparer la géoloc’ de ta voiture ! Par contre si tu es un jurassien convaincu (et je sais de quoi je parle, je partage le quotidien d’un spéciMEN <3 love love love chéri), dans ce cas-là je ne peux (presque) rien pour toi, on connait la relation des jurassiens avec la Bresse hahaha.

Pour cette escapade autour de Lyon, j’ai retenu plusieurs critères afin de vous la faire découvrir :

  • l’accessibilité, tant par les tarifs qui permettent de s’offrir une journée à prix assez doux grâce à certains bons plans. Accessible également par les transports en commun car j’ai pensé aux lyonnais qui ont troqué leur voiture avec un parcours totalement accessible en train depuis Lyon.
  • la proximité car pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour se ressourcer et découvrir de nouvelles choses
  • l’étonnement avec un territoire parfois méconnu des lyonnais et des sites qui valent vraiment le détour

Bon plan escapade pour les non-véhiculés

Résumé de l’escapade

9h40 : départ en train de Lyon
11h00 : visite du Monastère de Brou
12h30 : à table devant un poulet de Bresse
14h30 : visite de l’Apothicaire de l’Hôtel Dieu
16h00 : tarte bressane au goûter
17h30 : retour à Lyon en train (arrivé pile poile à l’heure de l’apéro)
Budget trajet + bouffe + visite : 45€

Pour cette escapade en terre bressane, je vous donne d’ores et déjà mon premier bon plan : s’y rendre en train. En effet cela peut parfois être une contrainte (les horaires fixes, les grèves, les pannes…bref le quotidien de la SNCF diront certaines mauvaises langues), mais pour avoir fait les trajets Lyon> Saint-Etienne pendant 4 ans, je trouve le TER presque fantastique et finalement assez peu contraignant au vu des avantages !

Grâce au billet TER illico promo samedi on peut profiter de billets à -40 % pour tous et de la gratuité pour les enfants de -12 ans. Il suffit juste d’être un petit groupe entre 2 et 5 personnes pour en bénéficier. Pour faire l’aller-retour Lyon Part-Dieu > Bourg-en-Bresse cela nous est donc revenu à seulement 15.40/ personne. Alors certes, c’est un peu plus cher qu’un aller-retour en voiture (entre 6 à 13), mais on perd un peu moins de temps (1h10 en voiture en moyenne contre 40 minutes à 1h00 en train). Après, la voiture reste intéressante si vous êtes plus de 2 ou si vous avez la flemme de marcher pour le reste du parcours. En tout cas, si toi aussi tu es adepte des trajets mode doux ou simplement SANS VOITURE, c’est un bon plan qui permet de quitter Lyon sans soucis.

Pour notre part, nous avons pris le train du samedi matin à 9h41, très pratique car il fait finalement peu d’arrêts et nous sommes arrivés à Bourg-en-Bresse en seulement 38 min. A peine arrivés, vers 10h20, nous filons directement au Monastère de Brou. Certes la promenade piétonne d’environ 15 à 20 min. ne passe pas en centre-ville et n’est pas des plus agréables, mais nous décidons de profiter de découvrir le cœur ancien lorsque nous irons déjeuner.

Quiétude et émerveillement au Monastère de Brou

Il est environ 10h45 lorsque nous arrivons au Monastère de Brou. Nous faisons le tour de l’imposante bâtisse et quelques clichés de la superbe toiture vernissée avant d’emprunter le chemin de la billetterie. Avant d’aller plus loin dans mon expérience du lieu, je voulais vous faire rapidement le récit du site, je n’invente rien j’ai récupéré les infos dans les livrets distribués sur place… bon j’ai juste un peu revu la présentation à la sauce #CityCrunch.

Le Monastère a été édifié au début du XVIe siècle (oui cela ne nous rajeunit pas…) et il est le chef d’œuvre de Marguerite d’Autriche, régente des Pays-Bas, fille de l’Empereur Maximilien Ier de Habsbourg (rien que cela ! ça y est vos cours d’Histoire de 4ème refont surface ? Isabelle de Castille, le Saint-Empire Romain Germanique, Charles Quint…). Pour faire simple Dame Marguerite voulait un monument qui perpétuait l’amour qu’elle portait à son défunt époux le Duc de Savoie, Philibert le Beau. La classe Dame Marguerite, faut dire que Philippe était déjà son 3ème mari et que la jeune veuve n’avait que 24 ans ! C’est comme si aujourd’hui « Mag » appelait Philippe Stark pour faire construire un joli building à Confluence en l’hommage à son boyfriend.

Trève de plaisanterie, je reprends le récit du site et de mon expérience

Si le Monastère de Brou est donc un bel acte d’amour il n’en reste pas moins une fondation religieuse forte avec la reconstruction du prieuré en mauvais état et qui abritent depuis lors les tombeaux de Marguerite, Philibert et de sa mère. Le Monument est érigé en un temps record aux Portes de Bourg-en-Bresse, alors localisé dans le duché de Savoie. Le site deviendra ensuite un monastère desservi par les moines de l’ordre des Augustins qui devaient prier pour les princes enterrés dans l’église.

En « période creuse » comme en ce moment, le site ferme ses portes entre 12h et 14h donc il a fallu nous hâter pour faire le tour complet.  Petit conseil à nouveau : commencez votre visite par l’église, qui est à mon sens l’un des plus beaux et majestueux bâtiments du site, dans un style gothique flamboyant. L’église a été édifiée par Loys Van Boghem, un maître d’œuvre bruxellois choisi par Marguerite d’Autriche. Les vitraux sont sublimes et je trouve que l’intérieur de l’église oscille entre la sobriété de la nef et la richesse colorée du chœur. Les tombeaux imposants avec les nombreuses sculptures, ornements et riches décors donnent une dimension majestueuse au lieu. En tout cas, la vue depuis le Jubé est magnifique, un véritable moment de sérénité et de contemplation.

Le site est un monument historique exceptionnel mais c’est aussi un monument aux riches collections avec un musée en son sein, notamment sur l’art des anciens Pays-Bas et d’autres œuvres de style Troubadour ou Contemplatif. J’avoue, nous avons moins été attirés par les expositions temporaires, qui permettent d’animer le site tout au long de l’année avec différents artistes, mais où j’ai eu moins de sensibilité. En revanche l’exposition qui explique en détail la construction du site était passionnante, très ludique, interactive et facile à appréhender. On aurait adorer y passer encore plus de temps pour bien regarder chaque panneau mais nous étions un peu pris par le timing avec toutes les photos à faire. Et vu le beau temps que nous avions préféré flâner dans les cloîtres et jardins.

Les cloîtres, d’ailleurs, parlons-en !  Ils sont très agréables et ravissants, ils suscitent vraiment l’admiration par leur ampleur et leur beauté. On a adoré passer du temps à arpenter et déambuler comme les moines auparavant dans les différentes cloîtres.

Il est temps pour nous de quitter le site. Dernier bon plan : je devais visiter Bourg en Bresse pendant l’été, faute de congés cette année et avec des week-ends bien chargés j’ai dû décaler à l’automne. Je vous conseille vivement d’y aller en ce moment car les couleurs d’automne contrastes bien avec le cloitre et c’est très joli. Sinon du 23 juin au 23 septembre 2018 auront lieu la nouvelle édition de Couleurs d’Amours avec une mise en lumière des bâtiments qui vaut apparemment vraiment le détour et doit donner une autre dimension et expérience au site.

🏠 Monastère de Brou – 63 boulevard de Brou – 01000 Bourg-en-Bresse
🚇 Environ 1 h en voiture/train depuis Lyon
⏰ Ouvert tous les jours du 1er octobre au 31 mars de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00. Du 1er avril au 30 juin de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 et du 1er juillet au 30 septembre de 9h00 à 18h00/ Tarif 6.50 à 8 euros
💻 Site internet du Monastère de Brou : site internet

On se dore la pilule et on joue à cache-cache…bref ça bosse dur !

Régaler ses papilles avec les produits locaux

Il y a des villes où la seule évocation du nom te fait penser à une spécialité. Tout le monde l’aura deviné, avec notre virée dans la Bresse entre les fameuses (et délicieuses) volailles, la crème et le beurre de Bresse et les tartes bressanes, c’est une terre de saveurs et de gourmandises qui nous attend. Vos estomacs ne devraient donc pas être en peine pour la pause déjeuner. On vous a listé ci-dessous quelques bonnes adresses à découvrir. Merci à Anne de l’Office de Tourisme de Bourg-en-Bresse pour ces conseils et belles rencontres gastronomiques dans les quartiers anciens. Alors où manger …

  • Une bonne tarte Bressane ?  A la maison  Bouvard notamment
  • Du poulet de Bresse (à la crème de Bresse pour les puristes) : plusieurs bonnes adresses comme le Français de la Maison Blanc sur la Place Bernard
  • A l’ombre d’une belle terrasse ? A la Brasserie de la Comédie
  • Dans un bar à vin ou à bière ? A la Buvette ou à la Malterie, soirée gourmande et convivialité assurées
  • Ramener du bon fromage ?  Chez Le Fromager au 8 avenue Alsace Lorraine 01000 Bourg-en-Bresse
  • Tester et acheter des vins locaux ? A la Cave du Grumeur au  37 rue Charles Robin 01000 Bourg-en-Bresse

Jouer les apprentis sorciers à l’Apothicairerie de l’Hôtel Dieu

J’étais un peu sceptique je l’avoue sur cette visite, ayant eu peur de me retrouver coincée dans une visite touristique pour 3ème âge… bien que je n’ai rien contre le 3ème âge, attention ! Mais la brochure et l’aspect inédit de la visite m’ont quand même convaincue d’aller m’y inscrire. Et très sincèrement cette visite a été l’une des très belles surprises de la journée. Même si le groupe de visiteurs étaient effectivement un peu plus âgé que nous, il y a avait beaucoup de familles, des personnes venues des quatre coins de la France et même d’Europe. Point positif qui a énormément contribué à faire de cette visite une réussite : notre guide ! Ayant longtemps travaillé dans le tourisme, j’en ai vu, croyez-moi, des guides, toujours très passionnés mais pas toujours pédagogues et parfois trop « bible parlante ». Ici, même si notre guide nous conte le décor historique, dont quelques dates que j’ai dû louper dans les chapitres d’Histoire, c’est avant tout une histoire humaine qu’elle nous raconte. L’Histoire du lieu, de ses anciens résidents, des sœurs religieuses, des malades, des visiteurs, des soignants. Les explications étaient simples, intéressantes, ludiques, ponctuées de quelques anecdotes croustillantes sur le lieu et ses objets.

Sincèrement c’est notre visite coup de cœur de la journée !

L’Apothicairerie se trouve au cœur de l’Hôtel-Dieu de Bourg-en-Bresse, encore en fonctionnement en établissement de soins de suite et de réadaptation aujourd’hui.

Bourg-en-Bresse était autrefois une ville fortifiée, comme en témoignent des vestiges dans le centre historique. Avec la plus grande halle d’Europe et un lieu de pèlerinage fort, vient la nécessité de construire une Maison-Dieu, le premier hôpital au XIIIème siècle.

L’Hôtel Dieu démarre sa construction en 1782 sur les plans d’un architecte parisien mais c’est cependant un architecture bressan, Gaspard Chauverêche, qui supervise les travaux jusqu’en 1790.

L’imposant bâtiment s’organise autour d’un vaste cloître, surmonté d’un dôme dans la chapelle. Dans l’aile sud, les murs abritent encore un ancien trésor, l’une des plus grandes apothicairerie de France et l’une des seules avec son laboratoire parfaitement conservé. Bienvenue dans l’univers particulier des hôpitaux d’autrefois car c’est une plongée de plusieurs siècles que nous faisons en entrant.

Notre guide attaque la visite par le laboratoire, l’une des 3 salles que nous allons pouvoir voir. Le laboratoire semble intact, prêt à fonctionner, comme si quelqu’un attendait juste le feu vert pour lancer les prochaines élaborations de remèdes. A côté des marmites en cuivre, mortiers, alambics, se trouve un très beau fourneau parfaitement conservé avec sa jolie tête de canard.

Nous avançons vers une seconde salle, une arrière-boutique encore une fois très bien entretenue. La pièce servait autrefois de lieu de stockage des matières premières. On retrouve même l’une des fameuses encyclopédies de Buffon encore conservée précieusement (en passant, pour info la visite du musée parc et cabinet de curiosité de Buffon à Montbard vaut vraiment le détour, pour l’avoir testée).

Autour de nous, des centaines de petites boites encore remplies pour certaines d’anciens produits, car le lieu a été utilisé jusqu’en 1943. Sang de bouc de dragon, crème de tartre, colophone…on se croirait presque dans une boutique de potion magique ! Abracadabra !

Enfin clou du spectacle de la visite, parce que vraiment je vous assure j’étais littéralement fan de cette découverte : l’officine,  » la véritable pharmacie à l’ancienne ». Avec une très belle collection de pots à canons en faïence, de boîtes, de petits flacons. Ici encore on trouve un mélange de remèdes et plantes aux vertus bien connues (menthe, citron, camphre, lavande…) et parfois des essences qui laissent plus dubitatives ( chair de vipère, corne de cerf, yeux d’écrevisse…). Une salle à la décoration boisée pleine de charme, presque cocooning et à l’atmosphère bienveillante.

🏠 L’Apothicairerie -47 boulevard de Brou – 01000 Bourg-en-Bresse
🚇 Environ 1 h en voiture/train depuis Lyon
⏰ toute l’année le samedi départ de la visite à 14h30 précise / Tarif 2 à 5 euros
💻 Site internet de l’Apothicairerie : site internet

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Merci à l’Office de Tourisme de Bourg-en-Bresse pour l’accueil et tous les bons conseils de visites.

Plus d’information sur le site de Bourg-en-Bresse Tourisme