D’ici la fin de l’année, le centre ville de Lyon devrait être interdit aux véhicules les plus polluants : 4×4 et vieux diesel en tête.

La mesure fait partie d’un dispositif gouvernemental impliquant plusieurs villes dont Paris, Grenoble, Aix-en-Provence, Saint-Denis et Clermond-Ferrand. Chaque ville étant libre d’interpréter les termes « Interdit » et « Centre Ville » à sa guise.

A Lyon, ville où une simple bande blanche peinte à 50cm du trottoir peut être qualifiée de piste cyclable, le dispositif sera à n’en pas douter très ambitieux et ne devrait concerner qu’un rue ou deux (soyons fous !) de la Presqu’Ile.

Je vois déjà le Grand Lyon se féliciter de son dispositif « unique en Europe » (oui de nombreuses choses à Lyon sont « uniques en Europe, ça fera d’ailleurs l’objet d’un projet article). Et je me vois aussi penser très fortement « Et quand est-ce que la Presqu’Ile sera piétonne ?  » avec un « Bordel! » à la fin.

La Presqu’Ile de Lyon piétonne ?

Mais vous n’y pensez pas cher Qyrool, vous allez tuer le petit commerce ?

La question a déjà été posée de nombreuses fois à l’équipe municipale en place et la réponse est toujours la même : les commerçants, le business et les clients. Les arguments font vite comprendre qu’il s’agit plus de clientélisme politique que de clientèle commerciale.

Car en vérité, il est existe de nombreux exemples de ville où le centre à été rendu entièrement aux piétons sans que cela ne soit préjudiciable aux business. Aux dernières nouvelles, les commerçants de Montpellier ou de Munich se portent très bien, alors qu’aucune voiture ne peut venir se garer devant leur vitrine.

Quand on voit la marée humaine qui envahi la rue de la République le week-end (et maintenant aussi en semaine), on se demande pourquoi la ville de Lyon n’étudie pas l’idée de déverser ce trop plein de clients sur les rues Herriot et Brest en rendant ces dernières piétonnes.

C’est d’autant plus envisageable que la place de la voiture à Lyon a fortement diminué et que la Capitale des Gaules fait maintenant partie des rares villes avec Paris et Strasboug où le nombre de personnes utilisant une voiture est passé sous la barre de 50%

La voiture ça rend con, ça pollue et ça tue ! il serait grand temps que le Grand Lyon profite de la mise en place de ce dispositif pour étudier vraiment sa place sur la Presqu’Ile.