J’aime mon quartier. J’arrête pas de la répéter depuis que je m’y suis installer. Plus le temps passe, plus je « le kiffe à donf » !

Un environnement fort contrasté capable de sublimer la moindre différence. Pour qui sait ouvrir l’oeil c’est un terrain de découverte et d’émerveillement. Ainsi au milieu de cette océan de béton, on a vu surgir à certains coin de rue des plantes venue chatouiller les façades décrépites des immeubles. La nature reprend à certains endroit ses droits aidés par quelques associations bien attentionnées.

L’alchimie qui s’opère avec les graffitis, plantes grimpantes et envahissantes de nos cités, dégage une rare poésie urbaine, sublimée à la tombé du jour.

C’est ça que j’aime bien dans mon quartier, les mauvaises plantes qu’elles soient végétales, artistiques ou humaines qu’on laisse gambader le long des murs et des rues créant cet étrange microcosme si propre à la Guillotière.

En voici l’illustration par ces quelques photos.