restaurant jean moulin lyon

Hier j’ai eu un rencard. Sans dire que c’est un exploit, ces moments sont assez éphémères et irréguliers dans le temps pour que je le partage avec vous.

Avant de vous conter « bouffe » (et donc le véritable sujet de cet article), laissez-moi vous planter le décor. Ayant décidé de respecter mes résolutions de la rentrée, voilà maintenant plusieurs mois que j’endure séances de zumba, body combat et autre cours abdo fessiers, suant pour tenter de compenser les excès culinaires de chaque week-end. Un jour, plus dégoulinante et mal coiffée que les séances passées, voilà qu’un beau mâle vient me parler. Quelques papotages, quelques pouffineries et sourires timides et je me retrouve à accepter un rencard :  « Ce soir, je t’invite au resto ».

Pour être tout à fait transparente, se taper un resto pour un 1er rencard, je n’adhère pas du tout . Premièrement, parce que j’ai toujours été gênée au début d’une romance de manger devant un homme (allez comprendre pourquoi, ça m’intimide). Et deuxièmement, parce qu’un repas c’est long si l’on a finalement rien à se dire.

Cadre élégant et Toque Blanche en cuisine

jean moulin

Situé directement sur les quais du Rhône côté Presqu’île, nous nous retrouvons au Jean Moulin. Musique de jazz en fond, pierres apparentes, cave à vins et cuisine semi-ouverte, j’ai à peine le temps de remarquer le tableau « Chef des ateliers Bocuse » que le serveur nous installe à table. C’est intimiste, cosy … le cocktail parfait pour un rencard amoureux, ou pour me mettre déjà mal à l’aise.

20h30, j’ouvre la carte des menus. Tout a l’air alléchant et délicieux, on croquerait bien dans tous les plats. « Je prendrais l’œuf poché, crémeux de cancoillotte aillé, croutons et roquette en entrée ». Et mince, c’est pas top pour l’haleine ça non ? L’arrivée de cette 1ere assiette me fait oublier mes angoisses : c’est beau, raffiné, et terriblement délicieux. Tellement exquis que je manque presque de faire la conversation à mon camarade de tablée.

Cuisine gastronomique s’il vous plaît

dessert

Le plat chaud maintenant !! 10 minutes, 20 minutes, 30 minutes …et toujours pas de 2e round. Le restaurant fait visiblement salle comble ce soir et tout le monde semble attendre impatiemment la suite du repas. Après avoir déballé tous mes goûts musicaux, mes souvenirs d’enfance et dévoré la panière de pain, je commence sincèrement à m’impatienter.
Et enfin, ouf, le plat arrive. Des Saint-Jacques poêlées et purée de potimarron d’un côté, contre un filet de lieu pour Jules, nous penchons visiblement tout deux pour l’air marin. Là encore mes papilles frétillent à chaque bouchée. Des saveurs inattendus, des produits frais et de qualité, le tout avec une mise en scène finement menée dans l’assiette.

Encore un peu d’attente pour sauter sur le dessert, qui me laissera, pour ma part, sur une note plus mitigée. Qu’importe, ce fut un repas quasi orgasmique !

23h, Jules s’empare de la note tel un gentleman (oui les gars, la parité n’existe pas au 1er rendez-vous) et nous repartons affronter le froid extérieur.

Le Verdict

On a aimé :

> Le décor classe mais sans chichis qui rend l’atmosphère assez décontractée pour du gastro
> La carte renouvelée chaque mois avec des produits frais
> Des saveurs à tomber, alliant tradition et originalité
> Les prix abordables pour la qualité de la cuisine

On a moins aimé :

> La (très) longue attente entre chaque plat

L’avenir nous dira si cette romance dépassera ma salle de sport, en tout cas, je vous recommande chaudement le Jean Moulin, pour un moment gastronomique et très abordable. Comptez 29€ pour un menu complet le soir, 25€ le midi.

avis-allez-y ambiance-chictarifs-pas-donne


 

Le Jean Moulin
🏠 22, rue Gentil, Lyon 2
🚇 Métro Cordeliers
⏰ Ouvert du mardi au samedi midi et soir
💻 www.lejeanmoulin-lyon.com
Réservation obligatoire