Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire d’un petit resto asiat un peu vieillot qui, suite au coup de baguette magique d’une bonne fée, s’est soudain transformé en petite cantine toute mignonne.

La transformation

Je suis incapable de dire le nombre de fois où je suis passé devant le Trèfle. Il est sur mon trajet quotidien depuis 4 ans et je ne m’y étais pourtant jamais arrêté. Il faut dire qu’à l’époque le lieu n’était pas trop avenant : une vitrine d’un jaune et vert mal assortis, une salle sombre dotée d’un mobilier vieillot. Bref un rade fatigué sans l’aspect suranné qui sauve parfois ce genre de lieu.

Et puis, un beau matin, la surprise : le restaurant miteux a laissé place à un tout joli restaurant à la devanture blanche où quelques fleurs s’épanouissent sur le rebord d’une fenêtre. J’ai pensé d’abord que le lieu avait changé de propriétaire et de concept, mais non, ça s’appelait toujours Le Trèfle et on y servait toujours de la cuisine asiatique.

Ni une ni deux j’appelle ma chérie : « Tu fais quoi ce midi ?  »

Ambiance Instagram

C’est donc quelques heures après qu’on se retrouve au Trèfle pour un déjeuner en amoureux. On s’installe à l’intérieur. La déco est digne des plus beaux mood board Pinterest et autres comptes Instagram. C’est pastel, c’est joli et il y a des chats partout (et ça les chats on aime, sauf dans l’assiette).

On se laisse tenter par la formule midi avec une entrée et un plat. On opte tous les deux pour des nems suivis de nouilles sautées.

Après un peu d’attente nos entrées arrivent. Les nems sont croustillants et bien chauds. C’est certes un classique, mais quand il est bien exécuté ça reste un plaisir pour les papilles. On trempe et retrempe goulument nos petits nems dans la sauce avec appétit.

Avec cette déco très choupinou on aurait pu s’attendre à manger un plat digne d’une dinette, mais non ! A l’arrivée de nos plats on découvre des portions généreuses et on se demande si on va tout finir (pour la forme, hein parce que sinon, chez CityCrunch, on est plutôt du genre à tout engloutir).

Là encore c’est super bon. La viande est parfaitement cuite, les légumes sont variés et apportent pas mal de saveurs. La sauce lie le tout avec habileté sans être trop présente. On n’en laissera pas une miette.

Prix mini aussi

Le repas terminé, on passe à la caisse, en ne manquant pas de saluer le chat qui fait coucou  (Oui, on peut avoir des ampoules à filaments ET un chat qui fait coucou dans un même lieu, c’est cool ). On s’en sort pour 12,80€ chacun, ce qui pour un repas un peu copieux est très correct. Le Trèfle propose aussi une formule avec entrée plat dessert à 15,80€ et une formule express avec entrée + boisson à 8,50€. Les plats seuls sont à 9,50€.

Verdict

❤ On a aimé :
– Le nouveau look de lieu
– Les plats copieux et bons
– Le petit prix
– C’est ouvert tous les jours

☁ On a moins aimé :
– Service un chouia lent (histoire de mettre un truc).

Au final, c’est une jolie transformation pour cette cantine asiat. Avant je ne m’y arrêtais jamais, maintenant je vais m’y arrêter tout le temps.


[twocol_one_first]  [/twocol_one_first][twocol_one_last]Le Trèfle 
🏠 1 Place Jules Guesde, 69007 Lyon
🚇 Métro Jean Macé
⏰ Ouvert tous les jours midi et soir sauf le dimanche midi
☎ 06 13 89 78 48 [/twocol_one_last]

10 commentaires

  1. Merci pour cette nouvelle adresse, moi aussi c’est sur mon trajet quasi quotidien, mais j’aurais été capable de passer devant longtemps avant de me rendre compte que ça avait changé! Je vais vite tester ça!

  2. Les vrais étaient là avant la rénovation. 😉
    Sinon pas très loin y’a un petit resto congolais qui mériterait là aussi quelques coups de pinceau tellement la cuisine est bonne: la Symbiose, avenue Berthelot. On dirait un PMU mais comme trèfle y’a un vrai potentiel derrière.

    1. C’est sûr, j’ai un souvenir ému d’un repas extra, pris il y a quelques étés de ça « en terrasse » (en fait, une table que les patrons avaient gentiment sortis dehors tellement il faisait chaud). Je vais tester ce PMU congolais…

  3. Après je trouve qu’il est dommage qu’une critique positive suive une hypsterisation, voir standardisation de la deco du lieu. Le resto était déjà très bon avant et faire de telle critiqus conduit – selon moi- à inciter tous les lieux à avoir la mémé deco branchée et à miser sur l’apparence pour attirer le client.

    1. Avoir une jolie déco n’empêche pas de préparer de bons plats. Et je pense que si j’avais testé le lieu dans son ancien jus, avec une telle cuisine j’en aurais fait un article très positif.
      Des restos qui ont misé uniquement sur la déco, on en connait aussi un bon paquet (mais comme on ne parle jamais des lieux qui ne nous ont pas plu chez CityCrunch on en a jamais fait d’article).
      Pour moi, un bon resto c’est des bons plats, une bonne ambiance et une belle déco. S’il manque 1 de ces éléments c’est très dommage. A l’heure où le nombre de nouveaux lieux qui ouvrent est hallucinant et où la livraison à domicile explose (Coucou Deliveroo), la déco reste une aspect important si on veut faire venir des clients dans son resto.

  4. Après je trouve qu’il est dommage qu’une critique positive suive une hypsterisation, voir standardisation de la deco du lieu. Le resto était déjà très bon avant et faire de telles critiques conduit – selon moi- à inciter tous les lieux à avoir la même deco branchée et à miser sur l’apparence pour attirer le client.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*