campagne
Aujourd’hui, on accueille un invité sur LCC. Mathias, Lyonnais depuis 1 an, souhaite partager quelques conseils avec les gens qui comme lui débarquent de la cambrousse.

Hello, petit nouveau ! Tu as grandi dans un bled paumé où il y a plus de moutons que d’humains et tu t’installes cette année dans la grande ville ? Cet article est pour toi ! J’étais à ta place l’année dernière : j’ai quitté mon village natal de Savoie pour venir faire mes études à Lyon et aussi trouver une connexion Internet décente. Voici quelques conseils pour ne pas rater ton arrivée dans la capitale des Gaules.

Ne sois pas naïf

Quand j’ai débarqué à Lyon avec un sac à dos contenant toute ma maison, c’était à la gare de la Part-Dieu. Je me suis fait alpaguer par plusieurs personnes qui souhaitaient que je donne quelques pièces et billets pour aider les sans abris, lutter contre le réchauffement climatique ou financer l’insertion de jeunes en difficulté. Je n’étais pas encore arrivé à la station de tramway que j’avais déjà dilapidé l’argent pour la caution de mon appart, mais j’étais super fier, j’avais sauvé le monde… 3 fois !

J’ai appris plus tard que la plupart des trucs étaient des arnaques. « Tu t’es fait avoir ! » se moquèrent mes camarades de promo plus au fait des coutumes lyonnaises.

Mon premier conseil est donc d’être vigilant, les occasions d’être roulé dans la farine quand on a la fraîche innocence du campagnard sont nombreuses. Fausses associations, listes d’appart payantes dans certaines agences immobilières… bref, c’est la galère. Ouvrez l’œil et le bon !

Ne dis pas bonjour à tout le monde

Dans mon bled de 250 âmes, quand on croise quelqu’un dans la rue, on le salue chaleureusement (et j’ai souvent droit à un « Le petit Drevet !! Comment vont tes parents ? »). A Lyon, ça ne se fait pas. Ça semble logique dans les grandes artères de la ville ou dans les couloirs du métro vu le nombre des personnes qui circulent, mais ça ne se fait pas non plus dans les petites rues. Bref, dire bonjour vous fera passer pour un attardé.
Difficile au début de savoir dans quelles situations on dit bonjour ou pas. On dit bonjour au chauffeur de bus, mais pas aux passagers. On dit bonjour à ses camarades de fac ou ses collègues et à la caissière du supermarché. Pour les voisins d’immeuble, on dit bonjour… sauf si ce sont de gros connards. Pour la bise, ici on en fait 2 et seulement aux personnes qu’on connaît bien.

Laisse ta voiture au garage

Chez moi on prend la voiture même pour aller chez le voisin. Comme toute personne ayant grandi à la campagne, la voiture est pour moi synonyme de rapidité (essayez de prendre un bus départemental et vous aurez une bonne idée de ce qu’est la lenteur) et de liberté. A Lyon c’est tout l’inverse, la voiture c’est lenteur et contraintes. C’est une vraie plaie pour circuler, il n’y a absolument aucune place pour se garer et quand tu en trouves une ça te coûte une fortune en parcmètre.

Mais heureusement, j’ai découvert la joie des transports en commun. Et après m’être fait avoir une fois en achetant un ticket périmé à un gamin et m’être fait traiter de fou après avoir dit bonjour aux passagers, je trouve que c’est un moyen de transport génial. Donc : laissez votre voiture à la campagne, vous n’en aurez pas besoin à Lyon.

Sois blasé

On connaissait l’expression « J’aime rien, j’suis parisien », je vous propose aujourd’hui l’expression « J’suis blasé, je suis Lyonnais ». Pour moi Lyon a toujours représenté un eldorado urbain de ma campagne un peu morte. Des magasins, des bars et des restos partout et ouverts tout le temps. Des concerts et des bringues tous les soirs. Quand ton horizon se limite au bal du village voisin et à la fête du boudin, cela ressemble à un vrai Disneyland pour adulte.

Alors forcément, au début, j’ai eu tendance à m’extasier sur tout.

« Han mais j’ai découvert un truc incroyable, ça s’appelle les sushis ! »
« Oh mon dieu, on peut se faire livrer des burgers dans cette ville ? »
« Une soirée électro dans une friche, non mais c’est Berlin, ici ou quoi ? »
« Il y a des bus qui circulent la nuit, sérieux ?? »

Mais mon enthousiasme s’est vite heurté à la désinvolture de mes amis Lyonnais.
« Non mais tu débarques d’où, toi ? »
« Campagnard, va ! »
« Mais t’étais où ces 10 dernières années ? »
« Tes parents étaient cousins, c’est ça ? »

Bref, vous pouvez continuer de vous émerveiller, mais garder vos réflexions enjouées pour vous.

Prépare ton estomac

En tant que savoyard, je pensais mon estomac rompu à toutes les épreuves. Mon système digestif super entraîné grâce à un régime quotidien fait de fromage fondu, de patates et de charcuterie devait pouvoir surmonter tous les challenges. Grave erreur ! Lyon n’a pas volé sa réputation de ville gourmande. Qu’est-ce qu’on bouffe ! Et qu’est-ce qu’on boit ! Les tentations sont partout. Il y a des restos, des bars, des traiteurs, des épiceries à chaque coin de rue. C’est super bon, c’est souvent pas cher et c’est à tout heure de la journée. Le soir, la bière coule à flot en pichet et en happy hours réduisant l’espoir de garder un corps sain à néant. Résultat + 3 kilos en 1 an. Gloups !

En résumé, Lyon est une ville super cool. Même s’il faut un peu se blinder et mettre quelques habitudes de campagnards de coté, on y est super bien. Et si comme moi, cette ville a toujours représenté une certaine terre promise en matière de mode de vie, vous ne serez pas déçu. Il faudra juste vous adapter un peu.

BONPLANSRENTREE

BON PLAN 1 : Bonabo la boutique qui permet de comparer, choisir et s’abonner à un forfait Internet ou mobile en quelques minutes et au meilleur prix, offre 20€ pour tout abonnement si vous venez de la part de CITYCRUNCH.
Plus d’info

BON PLAN 2 : l’Auditorium de Lyon lance un Apéro Facebook pour présenter ses offres à destination des moins de 28 ans. Si vous voulez aller voir un max de spectacles à un tarif super mini, c’est le moment.
Plus d’info

20 commentaires

  1. Quand je suis arrivée à Lyon, je SOURIAIS aux gens dans le métro! Grave erreur! J’étais la cible de tous les tordu(e)s…qui devaient surement se reconnaitre en moi parce que bon, faut être tordue pour sourire aux gens dans le métro, quand même!

  2. C’est pas possible c’est un fake, j’ai vécu dans un village de 200 âmes en Auvergne et on était pas paumés comme lui. L’article est pas dirigés aux campagnards mais aux gens qui sont jamais sortis de leur maison et qui n’ont ni voisins, ni internet, ni télé….

    1. Non, non je ne suis pas un fake.
      J’ai volontairement forcé un peu le trait, mais ça reste mon histoire. Je n’ai pas eu la chance, du haut de mes 18 ans, de voir beaucoup d’autre grande ville que Lyon. Je ne suis même jamais allé à Paris. Oui, vous avez le droit de me traiter péquenaud.

  3. Hum. D’habitude je suis plutôt friande de vos articles mais celui ci me laisse perplexe. J ai débarqué à Lyon il y a moins d’un an après 24 années au fin fond de la campagne Seine et Marnaise dans un bled de 150 habitants et je me demande qui peut se retrouver dans ce portait ! Il faudrait vraiment n’être jamais sorti de son village…
    Cette ville est vraiment au top pour faire la transition vie de campagne à vie citadine, très cher auteur ne franchissez jamais les portes de la capitale où vous risquez la crise cardiaque !

  4. Pupulz, avant de critiquer le contenu de l’article, soigne ton patois auvergnat.. !

    Moi, je ne le trouve pas complètement faux.. un peu exagéré parfois mais ce en quoi je me reconnais est cette certaine innocence qui fait qu’on peut croire facilement les gens et être frustré de devoir se restreindre quand on voudrait saluer les gens, ce qui est le début du lien social.

    Après, Justine B, ne t’inquiète pas, cela ne m’a pas empêché de poursuivre mes études à la Capitale comme tu dis, ni même à l’étranger.. Et mes diverses expériences « sociologiques », en partant de celle de la campagne n’ont été que richesse !

    Alors vous aussi campagnards.. ne soyez pas honteux de vos origines ou de votre provenance. Est-ce cela qui vous fait réagir aussi durement avec l’auteur de l’article.. Après tout, c’est son expérience, respectons-la.

  5. Moi je me retrouve dans ton article 🙂 je me suis pris de belles claques dans cette ville parce que comme tu le dis il faut se blinder. Les grandes villes c’est pas pour les âmes sensibles. Je nuancerai simplement une chose : c’est pas uniquement quand tu viens d’un village que tu te sens un peu secoué, c’est plutôt quand tu es habitué à un environnement calme et convivial 🙂 Bah ici, c’est plutôt pas trop comme ça, sau avec les copains evidemment.

    Merci

    Une sudiste

  6. Très bon article ! J’arrive dans 4 semaines sur Lyon, et je suis sûre que je vais faire la plupart des trucs écris 😉
    Bon, parlons sérieusement, on peut vraiment se faire livrer des burgers ??? Comment ça va marche, je veux tout savoir !

  7. Haha c’est une excellente caricature, qui comme toutes les caricatures, a énormément de vrai.
    Je suis descendue (littéralement : j’habitais en altitude) de ma Haute-Savoie natale en 2002 et Lyon, c’était vraiment la grande ville à mes yeux.

    À tous ceux qui viennent d’un village paumé, j’ajouterais : le métro n’est pas dangereux, même la nuit. Je répète : le métro n’est pas dangereux (dit la fille qui a eu la trouille la première fois qu’elle a pris le métro à 20 h en hiver… oh, l’innocence perdue !).

  8. Bienvenue à tous les nouveaux arrivants 🙂
    Les Lyonnais ont la réputation d’être froids mais en creusant un poil, on se rend compte que rares sont les vrais lyonnais 😉 J’ai débarqué de ma rase campagne à 12 ans et moi aussi, plein de trucs me déroutaient/choquaient au départ (la foule rue de la Ré le samedi, l’deur de pollution certains jours, les pervers ou les fous dans la rue…) mais je me suis vite habituée au rythme citadin et ai appris à apprécier les charmes de cette belle ville. Aujourd’hui maman, je veux que mes enfants grandissent dans une maison avec jardin mais Lyon ne sera qu’à quelques kilomètres et je compte aussi leur faire découvrir les musées, grandes manifestations de Lyon, les parcs.. !!!
    Une Lyonnaise d’adoption depuis 23 ans !!

  9. En fait ce que je retiens avec ce trait forcé du campagnard qui débarque à Lyon c’est que les gens qui habitent à Lyon (et j’en suis) sont des arnaqueurs, des gens tristes, impolis et qui sont prompts à juger leur prochain. Super l’image qui est donnée. Merci bien!!! SI je venais de la campagne j’aurais juste envie d’y retourner en fait!
    Moi je trouve ça génial que les gens arrivent et que naïvement ils s’extasient de leurs découvertes. Pourquoi parce qu’il y a des gros nazes blasés on devraient leur ôter ce plaisir là? C’est quoi cette mentalité de gens blasés qui ne se rendent même plus compte que la ville est belle, qu’on a une chance incroyable d’y habiter et que chaque nouvel habitant qui nous le rappelle est une piqûre de rappel inestimable!
    Nan franchement d’habitude j’adore vos articles un peu pince sans rire mais là… gros flop, gros gros flop. Et venez pas nous dire que c’est du second degré…

    1. Aleyxandra : vraiment navré que cet article t’ait déçu. Il n’a pas été publié par un membre de la team LCC mais par un jeune invité qui nous a proposé ce sujet. On trouvait que cette expérience valait le coup d’être partagé et on pense toujours que c’était une bonne idée, même si effectivement ça nous renvoi e un peu brutalement à notre image d’urbain un peu froid et blasé…

  10. Pour ceux qui le trouve un peux trop naïf ou se sente visé comme étant blasé ou trop triste lyonnais, je veux faire appel à votre second ou troisième degré

    J’aime bien le style de la rédaction, si les traits n’étaient pas forcés, ça ne correspondraient pas à l’esprit se LCC.
    Je suis moi même de la capitale, la vrai, je suis blasé et j’ai tout vu.
    J’ai aussi eu la « chance » de vivre dans des bleds (4000 habitants, c’est un bled)
    L’article fait bien la part des choses, ville / campagne.
    Bravo.
    Ps: d’ailleurs je n’ai rien appris

  11. Merci pour ton article je l’ai trouvé ve-ri-dique ! Contrairement à certains ici, peros je me retrouve bien dans ce que tu as vécu. Dire bonjour dans la rue et PIRE, dans le métro, ou juste sourire, ça te fait passer pour une folle ou une aguicheuse! Et justement là dessus je n’arrive pas à m’y faire, je trouve que ces citadins froids sont d’une tristesse…. Mais bon c’est comme ça dans les grandes villes, il faut essayer de s’y faire 😉

  12. Comment reconnaitre quelqu’un de blasé ? Il s’énerve quand lui dit qu’il est blasé :-).
    Moi je trouve ton article vraiment très bien : bien écrit, probablement basé sur des faits réels légèrement exagérés qui donne une légère pointe d’humour, etc…
    bravo

  13. Mathias, je suis une pure Lyonnaise depuis des générations et ton article est excellent. Tu m’ouvres les yeux. (pourtant j’ai vécu à l’étranger)
    Sérieux reste comme tu es .. c’est nous qui sommes stupides ..arrogants… froids … ridicules …
    Ne change pas. C’est moi qui vais changer et commencer à sourire..m’émerveiller, dire bonjour ..
    Merci pour ton article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*