Et voilà, une nouvelle année s’achève et comme il est de coutume je me targue d’un petit mot final. Je vous rassure tout de suite, ce ne sera pas long. Comme vous, j’ai très envie de fermer mon ordi pour être enfin en vacances.

On finit l’année 2017, complètement sur les rotules. Ces 12 derniers mois ont été particulièrement compliqués. De nombreuses péripéties tantôt joyeuses tantôt vilaines ont transformé notre quotidien en véritables montagnes-russes émotionnelles. On savait très bien qu’en prenant de l’importance CityCrunch nous demanderait davantage d’énergie, mais les turbulences restent toujours difficiles à gérer surtout quand on n’a pas de ceinture de sécurité.

Mais rassurez-vous tout ça n’a pas entamé ni même égratigné notre motivation, bien au contraire. L’année 2018 nous réserve certainement des surprises (des bonnes, bien entendu), mais on l’attend avec impatience.

Ce que je voulais vraiment vous dire c’est que dans les moments de découragements vous avez été d’une importance capitale, chers lecteurs. Vous ne vous en êtes peut-être pas rendu compte, mais de vous savoir toujours plus nombreux à nous suivre, de vous voir commenter sur le site (alors que plus personne ne commente les blogs), de toujours réagir à nos photos Facebook, Story Insta ou tweets, de commander en un temps record nos Pochettes Surprise, de venir à nos événements… Tout cela nous donne une sacrée patate. Savoir que, derrière CityCrunch, il y a la communauté de lecteurs la plus chouette du monde est un vrai carburant ! Alors quand un coup de moins bien survient, lire vos messages et commentaires suffit à nous remettre en selle.

<Attention instant super cucul, âmes insensibles s’abstenir>

Voilà le but de cet article vous : dire que vous êtes notre plus beau cadeau de Noël !

En un GIF :

<Voilà, vous pouvez ranger votre boite de Kleenex>

Je reviendrai en détails sur 2017 et 2018 dans notre traditionnel 1er article de l’année et j’en profiterai aussi pour remercier toutes les personnes qui œuvrent au succès du site (Je pourrais le faire ici, mais j’ai promis de faire court, alors…).

Je termine juste en vous disant bonnes fêtes et à l’année prochaine !