Sigur Ros 1

Concert très attendu, pour ne pas dire le plus attendu de cet été, et seule date de la saison en France pour le groupe islandais : voilà donc pourquoi le Grand Théâtre était plein à craquer! Je n’étais donc pas le seul à voir ce soir arriver avec impatience.

A peine arrivé dans la fosse, à quelques minutes du début du concert, on est plongé dans une ambiance étrange, éthérée : la fumée envahit peu à peu la scène et des sons un peu psyché. On se laisse vite envahir… Quand le groupe fait son entrée, la tension est à son comble, l’euphorie saisit le public. Le voyage peut commencer.

Dès les premières notes, des frissons dans tout le corps. La voix de Jónsi est saisissante, comme on pouvait s’y attendre. Cependant, moi qui m’attendais à un concert posé et presque calme, je m’étais trompé. Des basses qui vous transpercent, des percussions du tonnerre, un jeu de lumière hallucinant et toujours cette voix qui vous obsède… L’ensemble vous maintient dans une transe extatique à vous en donner les larmes aux yeux. Et quand viennent leur morceaux les plus entrainants (Glósóli, Hoppípolla, Kveikur…), on est loin, très loin… Les coussins volent bien avant la fin du concert, la foule est en délire : oui, c’était un merveilleux concert.

Sigur Ros 2

Difficile d’en partir et de redescendre de Fourvière sans avoir le cœur lourd… Vous y étiez ? Comment l’avez-vous vécu ?