DSC-03277

Ce mois-ci, c’est moi qui ai accepté de prendre l’avion – c’est dire mon sens du sacrifice – pour aller dégoter des bons plans dans une ville qui vaut vraiment la peine de vaincre sa peur du transport aérien : Copenhague. A l’époque où j’étais étudiante Erasmus en Europe du Nord, j’ai eu l’occasion de visiter pas mal de bars régions scandinaves, mais, par un hasard inexplicable, je n’avais encore jamais eu la chance d’aller à Copenhague. Et c’est bien dommage d’avoir attendu aussi longtemps ! Mais je crois que c’est à cause de la barrière de la langue, en fait.

Essayez un peu de vous mettre au danois par curiosité. C’est vraiment pas… disons… d’un abord facile. On peut tomber sur des langues un peu pragmatiques, qui se prononcent à peu près comme elles s’écrivent. En danois, c’est juste impossible de faire le lien entre les mots que l’on lit et le magma informe qu’on entend (Exemple : comment on dit « Copenhague » en danois). A croire que les danois parlent tout le temps la bouche pleine… Cela dit, vu le top niveau de la gastronomie locale, nous aussi on a passé notre temps à manger… mais on n’est pas devenus bilingues pour autant. La bonne nouvelle, c’est que les Danois parlent tous anglais beaucoup mieux que nous. Donc, à défaut de tenter quelques bribes de danois durement apprises, on vous conseille plutôt de booster votre anglais !

Dans mon périple, j’étais accompagnée par mon chéri, Black Totoro, le plus viking des rédacteurs de CityCrunch (je dis ça parce qu’il fait partie de l’équipe de Sainté CityCrunch et, comme tous les Stéphanois, il boit de la bière dans des casques à cornes et il est capable de faire des tresses dans sa barbe). Voici donc le récit de cet épique week-end ainsi que nos bonnes adresses de derrière les fågøts dans la capitale de Lars Von Trier, de Viggo Mortensen et d’Agnes Obel (mais aussi d’Aqua, tout le monde traîne des casseroles, hein, même les Danois).

Jour 0

_20h_

A peine 2 heures d’avion et hop ! Nous voilà à Kastrup, l’aéroport de Copenhague. Il est très simple de se rendre au centre avec le métro ou le S-tog (l’équivalent du RER) : en 15 minutes c’est plié. Attention par contre de ne pas se planter de quai, sinon on se retrouve directement en Suède (Malmö est juste de l’autre côté du bras de mer Baltique, un tunnel et un pont après l’aéroport).

_21h_

Il est encore temps de profiter de la vie nocturne danoise : un verre dans un quartier branché pourquoi pas, mais par contre pour manger, il faudra se replier sur les fast-foods ou les kébabs. On dîne très tôt ici, et le service dans les restaurants est rare après 21h…

🚲 Plus de coutumes locales dans la rubrique Copenhague Astucieux

Jour 1

_9h_

Il fait un temps magnifique, ce qui n’est pas rare pour le mois de juin, mais on se dit que ça ne va peut-être pas durer. En route pour une promenade à pied le long du Sortedams Sø puis dans le Jardin Botanique, en passant par le Musée National d’Art.

PicMonkey Collage ø

DSC03096

PicMonkey Collage botanique

_11h_

On arrive à Nyhavn, le petit port typique des cartes postales de Copenhague, avec ses galions en bois et ses maisons colorées, pour un brunch 100% danois.

🚲 Plus de clichés dans la rubrique Copenhague Incontournable

PicMonkey Collage brunch

DSC03131

_13h_

Nous décidons de digérer notre copieux petit dej en partant en promenade à vélo : location en magasin ou équivalents des Vélov, à Copenhague on a largement le choix ! On avoue, on a eu un gros coup de cœur pour les vélos en libre-service (parce qu’il y a l’assistance électrique et le GPS, ouais, c’est gueudin).

PicMonkey Collage velo

En selle ! En route pour Christianshavn, ses canaux, son ancien district de l’arsenal reconverti en quartier top design, ses bars et ses terrasses super cosy, sans oublier le village hippie de Christiania.

DSC03158

DSC03153

DSC03171

fleurs

_16h_

On reste sur notre lancée et on fonce de l’autre côté du port pour faire un petit coucou à la Petite Sirène avant de rentrer.

DSC03301 - Copie

(elle est vraiment petite)

_18h_

On dîne tôt ici, on ne se fera pas avoir deux fois. Et tous ces kilomètres à pédaler nous ont donné soif. On porte logiquement notre choix sur l’un des nombreux restos du quartier de Nørrebro, un ancien coin pas très bien réputé qui est en train de se hipsteriser à vue d’œil (toute ressemblance avec la Guill’ ne serait que purement fortuite), et prenons un dernier verre dans un petit bar trop de la hype.

🚲 Plus de miam et de glou dans la rubrique Où sortir à Copenhague

PicMonkey Collage nrrb

_22h_

Bières locales + bornes à vélo + coups de soleil = on s’endort comme des masses.

Jour 2

_9h_

C’est plus nuageux, mais pas encore menaçant : on part à pied en direction du marché couvert de Torvehallerne (les Halles Paul Bocuse locales) pour un petit dej des plus typiques : smørrebrød et bière. Oui, à 10h du matin. On est comme ça. On ne boit pas que de la Carlsberg ici : les microbrasseries fleurissent au Danemark et gagnent vraiment à être connues !

🚲 Plus de mousse dans la rubrique Microbrasseries à Copenhague

PicMonkey Collage légumes

DSC03220

_11h_

A quelques pas du marché couvert commence le « quartier latin » de Copenhague, avec ses ruelles pavées et ses dizaines de boutiques, bars et restaurants. On déambule le long de Strøget, l’équivalent de la rue de la Ré, et on flâne dans les ruelles et les traboules (oui, il y a des traboules ici aussi, et elles sont ultra classe : pas d’odeur de pisse de chien, mais plutôt le siège de Google Danemark par exemple…).

PicMonkey Collage lego

DSC03113

PicMonkey Collage traboules

_14h_

Un petit casse-croute sur le pouce, grâce à une Pølsevogn (littéralement « voiture à saucisses »), comme on en voit partout dans le centre, avant de visiter le Rådhuset (l’Hôtel de Ville).

PicMonkey Collage saucisse

20160613_130759

_15h_

On reste dans le quartier, où se trouve l’un des must-do de Copenhague : le parc de Tivoli, une sorte de Disneyland en plein centre-ville, juste devant la gare. Parcs, scènes de concerts, restaurants, manèges, plans d’eau et boutiques remplies de bonbons : un vrai lieu de perdition pour petits et grands. Pour le dîner, une collègue traductrice nous invite dans le plus danois des restaurants du parc, Grøften, et je commande des harengs, obligé. Et de la bière. Oui, encore.

PicMonkey Collage tivoli2

PicMonkey Collage tivoli

DSC03303

_20h_

Retour à Nørrebro avec nos super vélos, qui roulaient encore à peu près droit après cette journée de dégustation. Puis dernier verre en terrasse avec un petit plaid au bord du lac avant de rentrer (pour tomber comme des masses une fois encore).

DSC03082

Jour 3

_9h_

Encore tant d’endroits à découvrir et si peu de temps avant notre vol retour ! En route (à vélo, évidemment) pour Frederiksberg, le parc, les musées et le château. Mais le temps se fait de plus en plus menaçant…

PicMonkey Collage frkberg

_11h_

On retourne vers le centre car il manque une étape évidente à notre programme danois : Papirøen, l’île fantastique des food-trucks, le paradis ultime de la street food, bref, le temple de la bouffe. D’ailleurs on y a croisé un couple de Lyonnais, comme par hasard. On arrive juste à temps pour garer les vélos, s’abriter et se réchauffer. Rien de tel qu’on bon feu de cheminée en plein mois de juin !

PicMonkey Collage pap1

20160614_115940

PicMonkey Collage pap2

_14h_

Quelques millions de calories plus tard, nous décidons de nous promener à nouveau dans le quartier de Christianshavn, mais un sens de l’orientation malmené par la digestion nous fait tourner en rond sous le crachin. Nous nous réchauffons avec un chocolat chaud au Bastion Café, niché entre mer et verdure.

PicMonkey Collage bastion1

20160614_140720

_16h_

Nous nous dirigeons vers la station de métro, un peu crevés après ces 3 jours de découvertes, et pas complètement secs après cet après-midi sous la pluie, et retournons (déjà !) à l’aéroport, en nous disant que c’est vraiment passé trop vite… et qu’on n’a pas visité un seul musée. Rhooo la honte.

DSC03259

En débriefant du week-end, on a été particulièrement marqué par le calme et la gentillesse des habitants de Copenhague. On a peut-être entendu 3 coups de klaxons en tout et pour tout, et pas un seul kéké en Opel tunée avec la musique à fond. Quand on était perdus, les gens venaient nous aborder avec le sourire pour nous proposer leur aide, et les serveurs dans les restos et les bars ont tous été adorables. Paris, Paris, on t’en… courage à prendre exemple. Par contre, on a quand même eu un vrai choc culturel quand on a découvert qu’au Danemark l’apéro n’existait pas…

On espère que cet aperçu vous a donné envie de faire un tour à Copenhague, et si oui, allez-y dès maintenant, c’est encore la saison agréable, jusqu’à mi-août. Vous trouverez plus de détails dans le cityguide qu’on vous a concocté ci-dessous : visites incontournables, bars et restos, trucs et astuces, et, surtout, le dossier sur les bières danoises !

 

cityguide-COPENHAGUE