runinlyon

Toujours en quête de nouvelles expériences lyonnaises, la team des chroniqueurs de Lyon CityCrunch s’est lancée cette année dans un incroyable défi : courir les 10 km du Run In Lyon !

Et figurez-vous que, comme pour les meilleurs sportifs professionnels, des partenaires se sont carrément proposés de nous « sponsoriser ». Les malades !!!

Bon, soyons honnêtes, on n’a pas (encore) signé de contrat mirobolant avec un équipementier sportif (mais on ne désespère pas d’y arriver un jour…), on n’a pas eu de baskets offertes* mais la marque Spray’Dol (qui sera présente sur le village du Run In Lyon) nous a offert l’inscription et nous a gentiment envoyé des tee-shirts et des sprays anti-douleurs (pour l’instant, nous n’avons pas encore eu à nous en servir mais nous les gardons précieusement pour l’après-course…).

Présentation de nos 3 sportifs de l’extrême :

Anthony

Pieds-Anthony

Coureur (ir)régulier et motivé, Anthony a déjà couru le semi du beaujolais – qui est LA course mythique pour notre équipe : courir à travers les vignes et être ravitaillé au saucisso-beaujo (véridique) : le rêve… Mais depuis, Anthony a connu une faiblesse du genou (trop de pogos en concerts…) et revient juste de 3 semaines de vacances dans le Sud-Ouest où il a enchainé apéros et restaus.

Son sentiment à J-7 : «J’aime bien courir, mais je suis très irrégulier dans mes entraînements, faute de temps et à cause de plusieurs blessures (c’est l’âge mon bon monsieur…). Ces derniers temps, en plus du genou, j’ai mal sous le talon après chaque course, ça limite encore l’entrainement. Les vacances aussi ont fait du mal. Mais 10 km c’est ce que je faisais à chaque sortie il y a 1 an ou 2, donc c’est largement jouable, même si je ne vais probablement pas exploser le chrono cette fois.»

Son programme d’entraînement :  « J’ai recouru un peu le dernier jour des mes vacances, 2 fois la semaine dernière, et j’ai repris le badminton cette semaine, ça devrait suffire, non ? »

Où il s’entraîne : « Quand je bossais à Vaise, j’aimais bien courir le long des Rives de Saône entre midi et 2, au nord de la passerelle Mazaryk, jusqu’à l’Ile Barbe ou même le Pont de Bocuse quand j’étais motivé. L’été j’aime bien aller à Parilly, le parc est super grand et surtout il y a plein de possibilités pour moduler le parcours pour ne pas avoir l’impression de tourner en rond. Mais en général, je cours juste autour de chez moi, je fais toujours la même boucle qui fait 2,5 km, du coup j’en fais 2, 3 ou 4 selon ma motivation.»

Sa playlist pour courir : «J’écoute toujours la même chose : un mix drum’n bass de Roni Size & DK Kush que j’ai récupéré je ne sais même plus trop où il y a de nombreuses années. Il dure 50 min et a la même vitesse d’un bout à l’autre ce qui permet de me caler facilement et de garder un rythme constant»

Son régime spécial Run In Lyon : «En fait c’est plus un régime post-vacances : manger plus sainement, moins d’apéros (pas facile) et pas d’alcool les 2-3 derniers jours.»

Milie

Pieds-Milie

La « challengeuse » de notre team. Jusqu’à il y a peu, Milie n’aimait pas le sport du tout du tout et préférait largement l’activité Karaoké ou barathon éventuellement. Comme tout arrive (même la volonté), elle s’est mise à la course il y a peu (genre 1 mois en fait). Super motivée et très enthousiaste (comme toujours !) mais pas forcément très sûre d’elle, Milie n’a encore jamais eu l’occasion de courir plus de 7 km. Y arrivera-t-elle dimanche prochain ??? le suspense est total.

Son sentiment à J-7 : « N’ayant jamais couru de ma vie, je n’ai pas envie de m’en dégoutter trop vite. Je n’ai qu’un objectif : arriver à courir pendant 10 km, tout simplement.  J’ai une motivation à toute épreuve (surtout l’épreuve des terrasses remplie de potes), mais quand je cours sur les berges, je constate que même les plus lents des coureurs arrivent à me dépasser avec aisance. Cela dit, je reste digne et concentrée, le sourire aux lèvres, et je ne cesse de me dire que je serais trop fière de moi dimanche prochain.»

Son programme d’entraînement : « Je m’entraîne seule pour une bonne raison : personne ne court aussi lentement que moi. Malgré tout, j’arrive depuis 1 mois à me motiver presque 3 fois par semaine. J’ai même tenté le fractionné (tu cours vite / tu cours pas vite / tu cours vite / tu cours pas vite…etc…), sous les conseils d’un sportif chevronné qui se reconnaîtra, celui là même qui m’a traîné au Look bar samedi soir dernier.»

Où elle s’entraîne : « Au parc de Gerland et au parc des Berges. Le parcours est joli et varié et il permet de faire des boucles (plutôt que les interminables berges du Rhône).  En plus, il y a plein de canards à mater le long des bassins. Je ne m’ennuie presque pas »

Sa playlist pour courir : « ça fait deux mois que je m’enquille tous les podcast de Guillaume Galliène sur France Inter. Mes objectifs étant de ne pas penser à l’effort, et de ne pas m’ennuyer. Ça permet également de me mettre à jour sur les grands classiques de la littérature (je me garde l’Assommoir pour le jour de la course) et m’évite de courir au rythme d’une musique qui me ferait trop accélérer ».

Son régime spécial Run In Lyon : « Vous allez rire. Mon foie n’a pas eu de répit depuis les vacances. Tout naturellement, je n’ai rien changé à ce régime : caillettes, gratins de raviole, soirées enfumées et bars à vin… Je compte même me faire très très plaisir la veille avec la délicieuse street food de la braderie Chevreul . On n’se refait pas. »

 

Clémentine

Pieds-Clem

Clémentine a longtemps été la sportive de la team : enchaînant les tours de parc avec les séances de fitness de toutes sortes, les sorties à la piscine, en kayak, en vélo… Mais ça c’était avant ! Depuis qu’elle a trouvé le grand amour, Clémentine a un peu lâché ses baskets pour les restaus en amoureux et les grasses mat’ avec croissants ; son genou a connu quelques faiblesses lors de la saison précédente et bien que motivée, son entraînement a connu quelques interruptions momentanées…

Son sentiment à J-7 :  « Très mitigé. D’un côté j’ai vraiment envie d’y aller, de courir avec du monde, d’être dans l’ambiance sympa des courses avec mes copains de la team. D’un autre côté c’est un peu la course de la loose. La dernière fois que j’ai couru le Run In Lyon c’était sur le semi-marathon en 2012. Depuis, j’ai cumulé 2 déménagements et plein de petits pépins (Clémentine… pépins…) et tout autant de mauvaises excuses pour ne pas m’entraîner ! Et au final, l’impression d’avoir vraiment régressé…»

Son programme d’entraînement : « À J-21, j’étais ultra boostée, j’ai couru 2 à 3 fois par semaine sur des distances de 5 à 7 km avec une séance de piscine également. À J-15, c’est de nouveau la loose. J’ai été malade une bonne partie de la semaine, je n’ai couru qu’une fois… Cette semaine, il va vraiment falloir que j’envoie !»

Où elle s’entraîne :
« J’ai trois parcours :
– Soit je prends mon vélo et je vais faire mon tour du parc de la Tête d’Or (avec un tour de vélodrome en plus les jours fastes) mais j’avoue que j’ai l’impression d’en connaître chaque arbre par cœur…
– Soit je prends les Quais de Saône depuis la passerelle Mazaryk jusqu’au quai des Celestins avec un retour par tous les escaliers qui montent et qui descendent le long de la berge pour une séance de fractionné.
– Toujours sur les quais de Saône, je pars de l’autre côté : de la passerelle Mazaryk jusqu’à l’île Barbe…»

Sa playlist pour courir : « Quand j’ai de l’énergie à revendre ou que j’ai passé une sale journée au boulot, j’écoute du gros rock qui tâche : Metallica, Incubus, Nine Inch Nails, Deftones… Quand je suis de bonne humeur et que j’ai envie de me détendre, j’écoute des vieux morceaux honteux mais joyeux : « Don’t stop me now » de Queen est LA chansons parfaite pour se mettre en jambes. Je ne sais pas si c’est une bonne idée de raconter ça ici mais dans ces moments là, j’avoue que Bon Jovi, les Gun’s and Roses, Genesis et David Bowie me font bien triper aussi… D’ailleurs, si vous croisez une nana qui chante à moitié en courant, ce n’est pas une échappée de l’hôpital psychiatrique, c’est juste moi ! ;-) »

Son régime spécial :

– Mon « petit déjeuner des champions » chaque matin.
La recette : un porridge froid avec 2 cuillères à soupe de flocons d’avoine, 1 cuillère de graines de chia, quelques raisins secs et des noisettes et amandes concassées. J’arrose copieusement de lait végétal et je laisse reposer la nuit. Au petit matin ça ressemble vraiment à du vomi mais c’est super bon et c’est le seul petit déj avec lequel je n’ai pas faim à 10h30 !

– Pour le midi et le soir,  j’essaye vraiment de faire gaffe et d’avoir des menus relativement équilibrés (mais tout est relatif !). J’ai pas mal restreint les sorties ces derniers jours parce que quand je sors : je fume et je bois TROP et le problème quand tu commence à bien rentrer dans la trentaine c’est que les soirs où tu bois et tu fumes, maintenant, ça fait vraiment mal sur les entrainements suivants !

 

Nos chroniqueurs vont-ils relever le défi et boucler le parcours des 10 km sans pleurer ?
Et vous, vous courrez ? Qui de nos lecteurs seront avec eux parmi les 28 000 coureurs sur la ligne de départ dimanche prochain ?

 

 

*Si le Community Manager de Brooks, Mizuno ou Kalenji passe ici…