C’est une véritable institution dont je vais vous parler aujourd’hui : la Brasserie Georges. Figure emblématique de Lyon depuis plus de 180 ans, cette brasserie traditionnelle fait toujours le plein. Comme ce lundi soir où il restait à peine 5 tables disponibles ! Un lundi ! Si vous ne connaissez pas encore ce temple gourmand, suivez-moi…

En sortant du tunnel de Fourvière, on ne voit qu’elle. Et pourtant, quand on vient à pied depuis Perrache, pas toujours facile de savoir où sortir pour accéder à la brasserie. Passé cet obstacle, je me retrouve devant cet immense édifice ouvert en 1836. L’entrée ressemble à celle d’une salle de spectacle. Et du spectacle, il y en a !

brasserie_georges_bar

L’ambiance d’antan

A la Brasserie Georges, l’ambiance est typique. Après un rapide passage au bar pour attendre mes amis, le maître d’hôtel nous accueille et nous place, un serveur nous donne la carte, un autre s’occupe du service des plats. Malgré les tenues tirées à quatre épingles, la clientèle est plutôt familiale et décontractée.

Ce qui frappe du premier coup d’œil dans l’immense salle du restaurant, c’est la « non déco ». Plutôt habitué aux lieux chaleureux où plantes grasses et pierre apparente me mettent à l’aise, je me suis ici laissé charmé par la déco rétro (peintures aux murs et plafonds, jeux de miroirs, banquettes en cuir…). Si l’ensemble paraît épuré, c’est l’architecture de la salle qui impressionne le plus.

brasserie_georges

Autre curiosité : l’orgue de Barbarie. Vous savez, cet ancien instrument de musique à manivelle si typique d’Amélie Poulain. Au moment du dessert, les lumières se tamisent, l’orgue se met à jouer un air connu : « Joyeux anniversaire… ». Tout le monde s’arrête, un serveur sort de cuisine au pas de course, un dessert à la main, surmonté d’un cierge magique. Le dessert est servi, toute la salle applaudit. La lumière reprend son intensité, les discussions reprennent, les coups de fourchette aussi.

Durant tout le repas ce soir-là, ce sont pas moins de 6 anniversaires qui ont été fêtés, avec le même ballet bien organisé à chaque fois. Ça m’a fait sourire de voir ce même scénario se produire plusieurs fois : tout se fige, seul le serveur qui apporte le dessert à l’assiette se presse, le plateau en l’air, tenu par une seule main. Il déboule de la cuisine presqu’en courant. Digne d’un film !

brasserie_goerges_salle

Choucroute et omelette norvégienne

Alors que vient-on manger à la Brasserie Georges ? La première fois que j’y suis allé, j’avais pris le plat du jour (un très bon poisson) et une omelette norvégienne, l’une des spécialités de la maison. Un dessert un peu passé de mode, mais pas sans goût pour ceux qui aiment le mélange glace, meringue et biscuits imbibés à l’alcool ! Le plat arrive en flammes à table et le serveur le coupe pour servir les assiettes.

brasserie_georges_omelette_norvegienne

Et puis certains de mes amis s’étaient étonnés : « Quoi ? Tu n’as pas pris la choucroute ??? ». Quelques mois plus tard, l’occasion d’y retourner se présentait, pour tester cette fameuse choucroute. Le serveur installe une desserte en bout de table et sert nos assiettes : poitrine fumée, kässler, jarret, saucisses de Strasbourg… Le chou cuit et mariné est juste exquis (le meilleur que j’ai mangé jusqu’ici), la charcuterie de la maison Gast est de bonne qualité, avec un bémol pour les saucisses, grasses à mon goût. Comptez 20,50 € pour la choucroute royale.

brasserie_georges_choucroute

A la table d’à côté, un couple avait choisi un tartare de bœuf, autre spécialité de la maison, préparé minute sous vos yeux par le serveur. La Brasserie Georges c’est aussi : salade de lentilles, pâté en croûte royal, escargots de Bourgogne, soupe à l’oignon gratinée, quenelle de brochet, grand aïoli de cabillaud, andouillette, saucisson pistaché, gratin dauphinois… Oubliez votre régime, ici on célèbre la « bonne bière et la bonne chère » !

Pour le dessert, il n’y a pas que de l’omelette norvégienne au menu. Baba au rhum, feuillantin au chocolat Valrhona, île flottante et sa glace aux pralines roses, dôme croustillant chocolat et caramel beurre salé, nougat glacé… C’est finalement un dessert plus contemporain que j’ai choisi cette fois, une banoffee pie (7 €). Si la crème fouettée est un poil trop généreuse par rapport au reste, le caramel et les speculoos se marient à merveille avec les tranches de banane !

brasserie_goerges_banoffee

 

Le saviez-vous ?

  • – C’est un alsacien qui a créé la brasserie, Georges Hoffherr. Pas étonnant qu’on y mange de la choucroute (#cliché) !
  • – La maison sert pas moins de 44 tonnes de choucroute par an…
  • – C’est aussi 345 000 couverts par an, soit 945 couverts par jour en moyenne !
  • – Des célébrités sont venues s’attabler à la Brasserie, comme l’indique le plan de table à l’entrée du restaurant sur lequel on trouve des noms tels que Edith Piaf (table 126), Jules Verne (table 17), Ernest Hemingway (table 10), Luis Mariano (table 13), Demis Roussos (table 108), Auguste Rodin (table 15), Sim (table 22), Michel Galabru (table 118)…

brasserie_goerges_carte

Bières et cocktails signature

Et qu’est-ce qu’on boit dans une brasserie ? De la bière bien sûr. Georges Hoffherr, à l’origine de la Brasserie Georges, estimait que l’eau de Lyon est excellente pour fabriquer de la bière. Au bar de la brasserie, 4 références en bouteille à déguster sur place ou à emporter : Princesse pale ale (bière blonde), Silky weiss (bière blanche douce), More is bitter (légère et amère), Munica brune (bière douce et amère).

Mais la maison ne propose pas que de la bière. Pour accompagner ma choucroute, un grand big up pour le Gewurztraminer, frais et fruité ! La carte affiche 18 références de vin blanc, 2 de rosé, 29 de vin rouge et quelques vins au verre. Pour l’apéro, je vous conseille un cocktail original : l’Aperol Spritz revisité avec du Cerdon pour faire plus local (8,50 €). Bonne idée ! Autre spécialité, le cocktail St Georges (8,50 € – non testé) : bière bitter, Byrrh angostura, liqueur de cerise et cannelle.

brasserie_georges_spritz_cerdon

En résumé

❤ On a aimé :
– l’ambiance d’un autre temps
– les bonnes spécialités qu’on trouve nulle part ailleurs (unique cette omelette norvégienne)
– les assiettes généreuses
– les plats servis rapidement

☁ On a moins aimé : 
– le manque de choix en vins au verre
– le service un poil expéditif et pas particulièrement attentionné

Et vous alors, vous en pensez quoi de la Brasserie Georges ? C’est quoi vos spécialités préférées ? Si vous ne connaissez pas encore, venez assez tôt pour éviter d’attendre, car la maison ne prend pas de réservation.


Brasserie Georges
🏠 30 cours de Verdun Perrache 69002 Lyon
🚇 Métro A Perrache
⏰ Ouvert tous les jours 11h30-23h
☎ 04 72 56 54 54
Suivez la Brasserie Georges sur Facebook
Suivez la Brasserie Georges sur Instagram

14 commentaires

  1. Ce n’est pas précisé dans l’article mais on peut aussi y aller pour le 4h, boire un super bon thé Dammann frères ou encore y goûter un excellent dôme au chocolat pour vraiment pas cher 😉
    En plus, les serveurs seront bien plus sympathiques dû au fait que ça sera bien moins animé !

  2. La Brasserie Georges n’est plus ce qu’elle était. Le service est froid et les choucroutes n’ont plus rien à voir en quantité et en qualité avec ce qu’elles étaient il y a encore 10-12 ans. Mes dernières visites étaient très décevantes, je n’y vais plus. Je ne peux pas aller dans un resto juste pour le décor.

    1. je n’ai pas connu il y a 10 ans, mais je peux t’assurer que celle de 2018 est vraiment bonne. Et côté quantité, j’ai pris un dessert par gourmandise, mais j’avoue que cette choucroute était super copieuse !

  3. J’y suis allé la première fois un peu par hasard. Je devais attendre une correspondance avec mon fils et nous avions le temps de manger tranquillement.
    La brasserie était pleine mais nous n’avons vraiment pas trop attendu grâce à une super organisation au niveau du service.
    Certes il y a eu une petite erreur durant la commande mais sinon c’était impeccable avec un super cadre. Un orchestre accompagné la soirée et l’orgue de barbarie pris le relais plus tard. Une tradition semble t il est de souhaiter un bon anniversaire au convive ( tout le monde participe).
    Je suis parti bien évidemment avec quelques bouteilles de bières maisons:

  4. Bonjour les LCC, je vous trouve un peu dur. Seulement une étoile alors que l’article est flatteur et la partie « en résumé » comporte pas mal de points positifs avec des prix que vous qualifiez de raisonnables.
    Quand je compare avec le dernier article que j’ai lu sur « la commune » dans lequel vous donnez deux étoiles alors que vous avez identifié pas mal de points noirs (prix, serveurs débordés), je comprends encore moins… C’est parce que la brasserie n’est pas aussi branchouille que les restos que vous testés généralement?
    Dommage… 🙁

    1. Hello Juju,
      CityCrunch étant rédigé par des chroniqueurs chaque avis s’avère assez subjectif et certaines chroniqueurs sont plus durs que d’autres.
      A titre de comparaison j’aurais mis 2 étoiles à la Brasserie Georges et 1 étoile à la Commune…

  5. Chez Georges, les p’tits jeunes, c’est ma madeleine de Proust. Lorsqu’on était étudiants désargentés (avant le célèbre mai 68, une plombe quoi !), c’était la virée qu’on se permettait 2 ou 3 fois par an, et où on se faisait péter la panse, car on pouvait même demander du rab’ de choucroute. Puis j’ai quitté Lyon pour faire mon « tour de France » professionnel. Mais à chaque occasion se suis repassé et je repasse par chez Georges, même s’il y a plus huppé à Lyon. Et on se tape régulièrement le limonaire pour l’anniversaire de l’un ou l’autre de nos petits-enfants. Mes spécialités préférées : la tête de veau (eh oui ! comme Chichi !) et naturellement l’incontournable omelette norvégienne (que l’ai même fait goûter à une amie… norvégienne, il n’y en a pas chez eux !!!!) , même si je ne crache pas sur le baba plutôt bien humecté !

  6. Chez Abel il y a une super quenelle !!!
    La BG je n’y vais plus car je trouve que c’est relativement cher
    lorsque toutes les tables sont occupées, on a du mal à suivre
    une conversation, le service est un peu expéditif… mais j’aime
    beaucoup le cadre, je retiens donc l’idée d’un « Tea » accompagné
    d’un dôme au chocolat que je n’ai jamais goûté. Merci pour
    l’info. bon week end

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*