Aaah… Villeurbanne… Après le quartier des Gratte-Ciel, désormais épicentre du chic et du bon goût avec le new Bettant, le quartier Salengro / la Doua voit lui aussi pousser des petits îlots de gastronomie. Dans la lignée de Pointe de Rêve et Tracteurs et Bigoudis, un nouveau spot pour les amateurs de plats rustiques sauce bistronome a ouvert ses portes à l’angle de l’avenue Salengro et de la rue Descartes : le Gnafron. On passe devant sans le remarquer, car la devanture est toute petite, mais si on est un peu curieux, on peut voir par la baie vitrée un énorme four à bois qui ne présage que du bon. Entrons !

20151117_120331

C’est exigu certes, et c’est en poussant la porte qu’on découvre un espace cosy et accueillant, avec une petite salle au rez-de-chaussée et deux autres à l’étage. On entre donc dans une sorte de maison de poupées (ah ben ça tombe bien, Gnafron, c’est un peu le thème !) et le charme opère tout de suite.

20151106_135616

Ambiance bistro donc, dans cet appart-restaurant calme et agréable, avec un coup de coeur pour les peintures murales vraiment sympa. Quand le street-art rencontre l’ambiance rustique, ça fonctionne plutôt bien.

20151106_131318

Mais et l’assiette dans tout ça ? C’est quand même pour ça qu’on est venu ! Ici, pas de formules entrée/plat/dessert, mais un plat du jour (à 9-10 euros) et un choix à la carte uniquement. Compter entre 10 et 16 euros pour une entrée, 15 et 20 euros pour un plat, et 5 euros en moyenne pour un dessert. Pour un verre de vin, ajouter entre 4 et 7 euros. Vous êtes sûrement en train de vous dire : « Ah oui, quand même, ça se mouche pas du coude ».

photo 1

Attendez : elle ressemble à ça la carte. Brioche fourrée au reblochon et noisette avec ses champignons frais (ci-dessus). Côte de boeuf au lard cuite au feu de bois. Foie gras et sa gelée au whisky. Gratin d’andouillette. Crumble Nutella-mascarpone. La grosse dalle justifie les moyens ! Le gratin d’andouillettes et ses petites pommes à l’huile ont été un tel moment de bonheur que j’ai failli prendre en photo mon assiette vide (saucée, et tout, hein, j’ai rien laissé, on déconne pas).

20151106_132211

Donc, c’est bon, et c’est copieux. Un plat seul ou une entrée + un dessert suffiront à caler efficacement la moyenne des estomacs. Comme on aime bien râler, on a trouvé la brioche au reblochon un tout petit peu sèche (ça c’est parce que dans la team on est tous diplômés de la Tartiflette Académy et qu’on est capable de détecter à l’oeil nu le moindre défaut dans la consistance du coulant d’un fromage) et le crumble au Nutella un peu trop « bonk » (ça c’est le terme technique pour dire qu’après la brioche, choisir ce dessert c’était peut-être un peu abusé).

photo 2

Le Gnafron a été testé un midi, et autant dire que l’après-midi a été joyeusement digeste et relativement peu productive. Mais on ne regrette pas l’expérience, bien au contraire. L’accueil est sympa et à la bonne franquette, avec un sérieux goût de reviens-y : tout comme le gratin d’andouillette, auquel je repense encore aujourd’hui avec un souvenir ému…

 

ambiance-decontracteavis-allez-y

tarifs-raisonnableLe Gnafron
2, rue Descartes à Villeurbanne – 07 64 08 34 85
Ouvert le midi, du mardi au dimanche. Ouvert également le vendredi et le samedi soir.

Page facebook ici