Ma maman m’a toujours dit : « Ouhhh, c’est vilain de manger avec les doigts !! ». Grâce à sa persuasion mentale très efficace, j’ai longtemps cru a cette affirmation et la fourchette restait pour moi un allié précieux du repas, même si MacDoc et Pizza Domino avait quelque peu ébranler mes convictions…

Jusqu’au jour ou j’ai mis les pieds (et les mains) au Messob.
Mais qu’est que c’est que le Messob, professeur Qyrool ?
Le Messob c’est un resto éthiopien dans le 6eme arrondissement à Lyon, c’est aussi un récipient utilisé pour la cuisine de ce pays. Et visiblement, en Éthiopie, on mange avec les mains !
Sur une grande crêpe appelée l’Injera on sert équitablement entre chaque convives des préparations à base de viandes, des légumes et d’épices. Et après, on sort ses petites mimines et on déguste tous ces bons ingrédients. Au début c’est bizarre, car planter son doigt dans de la purée de lentilles n’est pas choses courante pour nous autres occidentaux, mais on s’y fait vite et on peut même y mettre un peu de sensualité (il faudra toutefois que je retravaille la sensualité de mon léchage de doigt !!).

A ce moment là de l’article, le lecteur s’étonne que l’auteur de se blog n’est pas encore utilisé de jeux de mots faciles avec « doigt ». Son étonnement va grandissant  au fur et à mesure qu’il passe en revue les nombreuses expressions composées du mot « doigt » (se mettre le doigt dans l’œil, se faire taper sur les doigts, lever un doigt, se mettre le doigt dans le nez, montrer du doigt, faire un doigt, etc..).

Le cadre du resto est assez sympa. Même si la salle principale est assez enfumée, la zone non fumeur située dans les caves renforce par sa simplicité (pas de déco, table en plastique, pas de chauffage) le coté modeste, épurée (mais savoureuse) de la cuisine éthiopienne. Les serveurs sont en tenu et il parait que certains soir on a même droit à un spectacle. S’ajoute à tout cela un volonté de faire découvrir la culture éthiopienne à travers la présentation d’artisanat et d’œuvre d’art.
Mais y’a t il un défaut à cette incroyable restaurant ?

Mais oui, au fait ? ce demande alors le lecteur, persuadé qu’un endroit sans défaut n’existe pas, surtout à Lyon.

Le seul défaut ne vient pas du restaurant en lui même, mais à une certaine partie de la clientèle. Effectivement en étant installé dans le 6e, il fallait s’attendre à voir des Proutprout très chère un peu partout dans le resto.

Les Proutprout très chère sont une race bien particulière. Il y en pas mal à Lyon (ville bourgeoise oblige). Généralement Lyonnaises pure souches, elles sortent à deux pour faire des diners entre copines, pour parler de leur carrière professionnelle, de leur mecs et de leur dernier sac Longchamp. A table, elles parlent très fort et ne font que râler sur la qualité du service et demande 15 fois de ramener leur plat (pas assez cuit, trop cuit, trop épicés, trop salé, ….). Extraits choisis Samedi soir au Messob :

« Putain c’est quoi ces tables de campings ? Autant manger dans le jardin de mes parents »

« De toute façon, dans les restos éthiopiens y’a rien à grailler, ils ont rien à manger là-bas. En fait ils vont nous servir des assiettes vides, c’est le concept ! »

« On va surement avoir droit à un bol de riz »

« Il est hors de question que je mange avec les doigts, je viens de payer 50€ de manucure »

« Shit, c’est quoi ce qu’il nous on servi, on dirait qu’un éthiopien a vomi dans mon assiette »

« Pardon serveur, mais il me semble que vous avez oublié de nous mettre des couverts »

En conclusion :
Merci au Messob, de nous avoir fait découvrir la cuisine et la culture éthiopienne et de nous avoir convertir au repas avec les doigts (bien mieux que ne le fait MacDo et Domino Pizza !) et merci aux Proutprout très chères de nous avoir montrer un bel exemple de choc des cultures. En tout cas LeSud et moi on a choisi notre camp.

J’allais oublié les infos pratiques :

Le Messob
85 rue Massena dans le 6ème
tel : 04 78 24 25 75

Prix : formule dégustation à 15€